COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

Ainsi je changerai l’Église

FP au fil du temps: Pape François – Scalfari (entretien)

“Ainsi je changerai l’Église”

Extraits du dialogue d’EUGENIO SCALFARI (non-croyant, fondateur du journal italien La Reppublica)avec le PAPE FRANÇOIS

Journal La Reppublica, 1er Octobre – par EUGENIO SCALFARI

papascalfari1_394456625Le Pape François me dit ceci :”Les maux les plus graves qui affligent le monde aujourd’hui sont le chômage des jeunes et la solitude dans laquelle sont abandonnés les vieillards. Les personnes âgées ont besoin de soins et de compagnie; les jeunes de travail et d’espérance, mais ils n’ont ni l’un ni l’autre et, hélas, ils ne les recherchent même plus. Ils ont été écrasés par le présent. Dites-moi: peut-on vivre écrasé par le présent? Sans mémoire du passé et sans désir de se projeter dans l’avenir en construisant un projet, un avenir, une famille? Peut-on continuer ainsi? Voilà, selon moi, le problème le plus urgent auquel l’Église est confrontée.”

Votre Sainteté, lui dis-je, c’est avant tout un problème politique et économique qui concerne les États, les gouvernements, les partis, les associations syndicales.

“Oui, vous avez raison, mais ce problème concerne aussi l’Église, je dirai même surtout l’Église car cette situation ne blesse pas seulement les corps, mais aussi les âmes. L’Église doit se sentir responsable des âmes, comme des corps.”

Votre Sainteté, vous dites que l’Église doit se sentir responsable. Dois-je en déduire que l’Église n’est pas consciente de ce problème et que vous souhaitez la sensibiliser?

“Dans une large mesure, cette conscience existe mais ce n’est pas encore suffisant. Je désire qu’elle soit plus forte. Ce n’est pas le seul problème auquel nous soyons confrontés, mais c’est surement le plus urgent et le plus dramatique”

La rencontre avec le Pape François a eu lieu mardi dernier chez lui, à la résidence Santa-Marta, dans une pièce minuscule meublée d’une table et de cinq ou six chaises, avec pour tout ornement un tableau accroché au mur. L’entretien avait été précédé d’un appel téléphonique que, de ma vie, je n’oublierai jamais…

Me voici arrivé. Le Pape entre et me serre la main, nous nous asseyons. Le Pape sourit et me dit: “Certains de mes collaborateurs qui vous connaissent m’ont averti que vous allez essayer de me convertir.”

A ce trait d’esprit, je réponds: mes amis vous prêtent la même intention a’ mon endroit.

Il sourit et répond: “Le prosélytisme est une pompeuse absurdité, cela n’a aucun sens. Il faut savoir se connaître, s’écouter les uns les autres et faire grandir la connaissance du monde qui nous entoure. Il m’arrive qu’après une rencontre j’ai envie d’en avoir un autre car de nouvelles idées ont vu le jour et de nouveaux besoins s’imposent. C’est cela qui est important : se connaître, s’écouter, élargir le cercle des pensée. Le monde est parcouru de routes qui rapprochent et éloignent, mais l’important c’est qu’elles conduisent vers le Bien”

Votre Sainteté, existe-t-il une vision unique du Bien? Et qui en décide?

“Tout être humain possède sa propre vision du Bien, mais aussi du Mal. Notre tâche est de l’inciter à’ suivre la voie tracée par ce qu’il estime être le Bien.”

Votre Sainteté, vous-même l’aviez écrit dans une lettre que vous m’avez adressée. La conscience est autonome, disiez-vous, et chacun doit obéir à sa conscience. A mon avis, c’est l’une des paroles les plus courageuses qu’un Pape ait prononcée.

“Et je suis prêt à la répéter. Chacun a sa propre conception du Bien et du Mal et chacun doit choisir et suivre le Bien et combattre le Mal selon l’idée qu’il s’en fait. Il suffirait de cela pour vivre dans un monde meilleur.”

Jésus prêchait que l’agapé, l’amour pour les autres, est la seule façon d’aimer Dieu. Corrigez-moi si je me trompe.

“Non, c’est bien cela. Le Fils de Dieu s’est incarné pour faire pénétrer  dans l’âme des hommes le sentiment de la fraternité. Tous les frères et tous les enfants de Dieu. Abbà, ainsi qu’il appelait le Père. Je suis  la Voie, disait-il. Suivez-moi et vous trouverez le Père et vous serez tous ses enfants et il se complaira en vous. L’agapé, l’amour de chacun de nous pour tous les autres, des plus proches aux plus lointains, est justement la seule manière que Jésus nous a indiquée pour trouver la voie du salut et des Béatitudes.”

Toutefois, l’exhortation de Jésus, nous le rappelions tout à l’heure, est que l’amour pour le prochain doit être égal à celui que nous avons pour nous-mêmes. Par conséquent, ce que l’on a coutume d’appeler le narcissisme est reconnu comme valable, positif, au même titre que l’autre. Nous avons longuement discuté de cette question.

“Je n’aime pas   –   disait le Pape   –  le mot narcissisme, qui indique un amour sans bornes pour soi-même qui ne convient pas parce qu’il peut produire de très graves dommages non seulement dans l’âme de celui qui en est atteint, mais aussi dans la relation avec les autres et avec la société. Le vrai problème c’est que ceux sont touchés par cette affection, qui est en quelque sorte un trouble mental, sont généralement les personnes qui détiennent le plus de pouvoir. Les dirigeants sont bien souvent des Narcisses.”

Maints dirigeants au sein de l’Église l’ont été eux aussi.

“Vous savez ce que j’en pense? Les dirigeants de l’Église ont été souvent des narcisses en proie aux flatteries et aux coups d’aiguillons de leurs propres courtisans. L’esprit de cour est la lèpre de la papauté.”

La lèpre de la papauté, c’est bien l’expression utilisée par vous. Mais quelle est cette cour? Faites-vous allusion à la Curie? ai-je demandé.

“Non, il peut y avoir parfois des courtisans dans la Curie, mais la Curie dans son ensemble, ce n’est pas cela. Elle correspond à ce que l’on a coutume d’appeler l’intendance dans une armée. En tant que telle, elle gère les services dont le  Saint-Siège a besoin, mais elle a un défaut : elle est ‘vaticano-centrée’. Elle voit et suit les intérêts du Vatican, qui sont encore en majorité des intérêts temporels. Cette vision axée sur le Vatican néglige le monde qui nous entoure. Je ne partage pas cette vision et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour la modifier. L’Église est ou doit redevenir une communauté du peuple de Dieu et les religieux, les curés, les Évêques ayant charge d’âmes sont au service du peuple de Dieu. L’Église c’est cela. Il ne faut pas confondre l’appellation avec celle du Saint-Siège, dont la fonction est importante, certes, mais qui est au service de l’Église. Je n’aurais pu avoir pleinement foi en Dieu et en son Fils si je n’avais pas été formé au sein de l’Église et j’ai eu la chance de me trouver, en Argentine, au sein d’une communauté sans laquelle je n’aurais jamais pris conscience de ce que j’étais et de ma foi.”

Vous les chrétiens, êtes devenus une minorité … Vous êtes nombreux, certes, particulièrement en Afrique et en Amérique latine, mais néanmoins en minorité.

“Nous l’avons toujours été, mais le thème d’aujourd’hui est autre. Personnellement, je pense qu’être une minorité est même une force. Nous devons être un levain de vie et d’amour et le levain est une quantité infiniment plus petite que la masse de fruits, de fleurs et d’arbres qui naissent de ce levain. Il me semble avoir déjà dit au début de nos propos que notre objectif n’est pas le prosélytisme mais l’écoute des besoins, des vœux, des illusions perdues, du désespoir, de l’espérance. Nous devons rendre espoir aux jeunes, aider les vieux, nous tourner vers l’avenir, répandre l’amour. Pauvres parmi les pauvres. Nous devons ouvrir la porte aux exclus et prêcher la paix. Le Concile Vatican II, inspiré par le Pape Jean et par Paul VI, a décidé de regarder l’avenir dans un esprit moderne et de s’ouvrir a’ la culture moderne. Les pères conciliaires savaient que cette ouverture à la culture moderne était synonyme d’œcuménisme religieux et de dialogue avec les non-croyants. Après eux, on fit bien peu dans cette direction. J’ai l’humilité et l’ambition de vouloir le faire.”

D’autant que  –  me permettrai-je d’ajouter  –  la société moderne, partout dans le monde,  traverse en ce moment une crise profonde qui touche l’économie, certes, mais aussi la sphère sociale et spirituelle. Au début de notre rencontre, vous avez décrit une génération écrasée par le présent. Nous aussi, non-croyants nous ressentons cette souffrance presque anthropologique. Pour cela, nous voulons dialoguer avec les croyants et avec leur représentant le meilleur.

” Je ne sais si je suis le meilleur de ses représentants, mais la Providence m’a placé à la tête de l’Église et du Diocèse de Pierre. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour remplir le mandat qui m’a été confié.”

Jésus, vous l’avez rappelé, a dit ; aime ton prochain comme toi-même. Pensez-vous que ce précepte soit devenu réalité?

“Hélas, non. L’égoïsme a augmenté et l’amour envers les autres a diminué.”

C’est donc l’objectif qui nous réunit : atteindre au moins la même courbe d’intensité pour ces deux versants de l’amour. Votre Église est-elle préparée et équipée pour accomplir cette tâche?

“Comment voyez-vous la chose?”.

Je pense que l’amour pour le pouvoir temporel est encore plus fort entre les murs du Vatican et dans la structure institutionnelle de toute l’Église. Je pense que l’Institution prédomine sur l’Église pauvre et missionnaire que vous appelez de vos vœux.

“Effectivement, il en est ainsi et, dans ce domaine, il n’y a pas de miracle. Je vous rappelle que François lui-même, à son époque, dut négocier longuement avec la hiérarchie romaine et avec le Pape pour faire reconnaître la règle de son Ordre. Finalement, il obtint gain de cause au prix de vastes compromis.”

Devrez-vous suivre la même voie?

“Je ne suis pas François d’Assise et je n’ai ni sa force ni sa sainteté. Mais je suis l’Évêque de Rome et le Pape du monde catholique. J’ai décidé comme première chose de nommer un groupe de huit cardinaux pour former mon conseil. Pas de courtisans, mais des personnalités sages et animées des mêmes sentiments que les miens. C’est l’amorce d’une Église qui ne fonctionne pas seulement selon une hiérarchie verticale, mais aussi horizontalement. Quand le Cardinal Martini en parlait en mettant l’accent sur les Conciles et les Synodes, il savait pertinemment combien ce chemin était long et difficile à parcourir. Avec prudence, mais fermeté et ténacité.”

Et la politique?

“Pourquoi posez-vous la question? Je vous ai déjà dit que l’Église ne s’occupera pas de politique.”

Cependant, il y a quelques jours, vous avez adressé un appel pour inviter les catholiques a’ s’engager au plan civil et politique.

“Je ne me suis pas adressé uniquement aux catholiques mais à tous les hommes de bonne volonté. J’ai dit que la politique est la première des activités civiles et qu’elle a son propre champ d’action, qui n’est pas celui de la religion. Les institutions politiques sont laïques par définition et opèrent dans des domaines indépendants. Mes prédécesseurs, depuis déjà de nombreuses années, n’ont cessé de le dire, chacun à sa manière. Je crois que les catholiques engagés dans la politique portent en eux les valeurs de la religion avec toute la maturité de conscience et les compétences nécessaires pour les mettre en œuvre. L’Église ne franchira jamais les limites de sa tâche, qui est d’exprimer et de communiquer ses valeurs  –  du moins tant que j’y serai.”

Mais l’Église n’a pas toujours agi ainsi.

“En réalité, presque jamais. Très souvent l’Église en tant qu’institution a été dominée par l’attachement au pouvoir temporel et de nombreux représentants et hautes personnalités catholiques voient encore les choses ainsi. A mon tour, maintenant, de vous poser une question : vous, laïc, qui ne croyez pas en Dieu, en quoi croyez-vous? Vous êtes un écrivain et un penseur. Vous croyez sûrement en quelque chose, vous avez sûrement des valeurs dominantes. Ne me répondez pas par des mots comme honnêteté, recherche, vision du bien commun, qui sont autant de principes et de valeurs essentiels. Non ce n’est pas le sens de ma question. Je vous demande ce que vous pensez de l’essence du monde, ou plutôt, de l’univers. Vous vous êtes sans doute demandé, comme tout le monde, qui nous sommes, d’où nous venons, où nous allons. Un enfant se pose déjà ces questions. Et vous?”

Je vous suis reconnaissant de m’avoir posé la question. Voici ma réponse : je crois dans l’Être, c’est-à-dire le tissu d’où jaillissent les formes, les Entités.

“Et moi, je crois en Dieu. Pas dans un Dieu catholique, car il n’existe pas de Dieu catholique, il existe un Dieu. Et je crois en Jésus Christ, son incarnation. Jésus est mon maître et mon pasteur, mais Dieu, le Père, Abbà, est la lumière et le Créateur. Tel est mon Être. Dites-moi, sommes-nous si éloignés l’un de l’autre?”

Nous sommes éloignés dans les pensées, mais semblables en tant que personnes, animées inconsciemment de nos instincts qui se transforment en pulsions, en sentiments, en volonté, en pensée et en raison. En cela, nous sommes semblables.

Mais revenons au présent. Nous avons franchi un pas dans notre dialogue. Nous avons constaté que dans la société et dans le monde où nous vivons, l’égoïsme s’est développé beaucoup plus que l’amour pour les autres et que les hommes de bonne volonté, chacun avec sa force et ses compétences, doivent opérer pour que l’amour envers les autres augmente jusqu’à égaler, voire dépasser l’amour envers soi-même.”

Ici, la politique entre en jeu.

“Sans aucun doute. Personnellement, je pense que ce que l’on désigne par ‘libéralisme sauvage ne fait que rendre plus forts les forts tandis qu’il affaiblit les faibles et aggrave l’exclusion. Il faut une grande liberté, une absence totale de discrimination, pas de démagogie et beaucoup d’amour. Il faut des règles de comportement et aussi, au besoin, des interventions directes de l’État, pour corriger les disparités les plus intolérables.” …

Nous nous serrons la main et il reste debout, les deux doigts levés en signe de bénédiction. Je le salue a’ travers la vitre. Le Pape François, c’est tout cela. Si l’Église devient un jour ainsi qu’il la conçoit et qu’il la souhaite, une époque sera décidément révolue.

 Traduzione di Isabelle Marbot-Bianchini

http://www.repubblica.it/cultura/2013/10/01/news/le_pape_a_scalfari_ainsi_je_changerai_l_glise-67693549/

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 03/10/2013 da in FRANÇAIS con tag , , .

  • 457.665 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Unisciti ad altri 874 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: