COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

Allons de… l’Avent!

Allons de… l’Avent!

Avvento (6)

1. J’attends

J’attends, dit l’empereur Auguste,
le résultat du recensement.
J’ai hâte de savoir le nombre de mes sujets.

J’attends, dit Joseph,
de trouver un logement
pour ma famille qui va s’agrandir.

J’attends, dit Marie,
avec un peu d’angoisse, mais beaucoup d’espoir,
de mettre au monde le Roi du monde.

J’attends, dit le berger,
de voir l’Agneau de Dieu et d’en parler aux autres.

J’attends, dit le mouton,
de connaître ce fameux berger que Dieu envoie
pour les hommes.

J’attends, dit l’Ange,
de chanter à Dieu : ‘‘Gloire !’’
et d’annoncer aux hommes : ‘‘Bonne Nouvelle !’’

J’attends, dit Jésus,
de voir se rassembler en une seule famille
l’empereur et le berger,
l’homme et la femme,
l’ange et la bête :

Dieu les attend !

(Père Pascal Daniel)

2. Le Seigneur vient!

Debout! Le Seigneur vient!
Une voix prophétique
A surgi du désert.
Un désir, une attente
Ont mûri nos esprits.
Préparons-nous!

Debout! Le Seigneur vient!
La Parole s’infiltre,
Elle ébranle nos coeurs.
Et voici le Royaume,
Il approche, il est là.
Réveillons-nous!
Debout! Le Seigneur vient!

Debout! Le Seigneur vient!
L’espérance nouvelle
Entre à flots dans nos vies.
Son mystère féconde
Un silence de foi.
Purifions-nous!

Debout! Le Seigneur vient!
Bienheureux les convives
Au festin de l’amour.
Dieu lui-même s’invite
Et nous verse la joie.
Rassemblons-nous!
Le Seigneur vient!

3. Envoie-moi

Il enviait, chagrin, l’essor de l’hirondelle
Qui, se laissant porter par l’épaule du vent,
S’évadait outre-mer sous les Cieux de l’Avent.
Il implorait : « Mon Dieu ! Si je pouvais, comme elle,
De nuage en lumière aller, sans passerelle,
Avec au fond des yeux l’allégresse d’un chant,
Sûr que je rejoindrais dans le soir finissant,
L’Étoile des bergers que je trouve si belle.

Il faudrait que soufflés par ma plume de bois
S’envolent tous les mots que je prie à la fois
Et que léger, mon coeur, s’attache à leurs jambages.
Alors petit poète entre rimes et Ciel
Enfin je croiserais l’Étoile au gré des pages
Lorsqu’elle effleurera l’Enfant, l’Emmanuel. »
(Marie-Claude Pellerin)

4. Dieu qui se fait homme

Je ne crains pas Dieu qui se fait homme,
Dieu fragile, vulnérable, enfant.
Je crains bien plus l’homme qui se fait Dieu,
violent, barbare, impitoyable.
Mais il est plein de tendresse et de miséricorde,
le Dieu qui se fait homme.
Le Père nous offre sa vie, la vie de son Fils unique.

Ce n’est pas une fable, c’est du réel.
Aussi réel qu’un enfant en chair et en os.
Il s’appelle Jésus, cet enfant,
né de Marie ‘‘au temps d’Hérode’’.

Crois-tu cela ?
Vas-tu longtemps garder ton coeur blindé,
et convoquer Dieu au tribunal du possible,
où siège ta petite raison pleine de suffisance ?
Veux-tu te laisser faire un coeur d’enfant
pour te hausser à la taille du mystère ?

5. Cherchez et vous trouverez

Quand le Christ te rencontre,
tu ne t’y attends pas.
Tu rêves, tu vis tu cours,
Sans savoir où parfois
Et puis un jour tu sens que le Christ est là.

Il est sûrement venu quand tu ne l’attendais pas
Il t’a peut être fait signe et tu n’le voyais pas.
Son souffle imprévisible est descendu sur toi
Et dépose en ton coeur cette brise qui fait revivre.

Mais si le Christ est là, c’est qu’il t’a choisi toi,
toi car il sent que tu veux le suivre pas à pas.

Et quand le Christ arrive qu’ il sent que tu es là
Pour accueillir de lui le brasier de la foi,
Il allume une flamme et ne l’éteindra pas.

Précieuse tellement fragile,
peut être qu’elle vacillera mais chaque jour
dans ta vie patiemment tu pourras la nourrir
d’huile de paix de pardon et de joie
en pressant tendrement les fruits du christ amour

Ecoute sa parole et elle t’éclairera, fais confiance
laisse germer les graines qu’elles plantent en toi

La récolte sera riche car oui tu répondras
et le Christ vivant viendra porter ta croix
Comme toi tu as porté celle de l’attente
de la peur que ta vie ne sache plus prendre un sens

Mais le Christ nous dit ‘‘cherchez et vous trouverez’’

(Florence Melon)

6. L’Espérance

Au milieu d’une Création qui crie sa souffrance
L’Espérance se faufile sans bruit
Elle est bien là, au carrefour de nos errances
Quand elle vient dissiper nos nuits

Au milieu d’un monde qui ne sait plus voir le ciel
L’Espérance chante son hymne
Il suffit que nos regards se tournent vers elle
Pour que soient chassées nos abîmes

L’Espérance se sème à tout vent
Et devient le germe d’une vie plus belle
Elle raffermit les coeurs en leur donnant
Une énergie nouvelle

Au milieu d’un quotidien
Souvent envahi par le doute ou le chagrin
L’Espérance vient rallumer la flamme
Et sécher toutes les larmes

L’Espérance est la Lumière
Qui donne un sens à notre vie
Et les coeurs qu’elle éclaire
Retrouvent paix et harmonie
(Florence Saillen)

7. Notre attente endormie

Dieu, merci de venir réveiller
notre attente endormie
sous les soucis,
la bousculade des jours
et nos ennuis.

Dieu, merci de venir réveiller
notre attente endormie
sous le poids des choses.

Nous sommes si pressés
que nous ne prenons plus le temps d’attendre.
Nous avons tant à faire, à penser.
Nos agendas, nos heures, nos vies sont remplis.
Nous sommes si occupés, envahis, pressés
que nous n’avons jamais plus le temps.

Dieu, merci de venir réveiller notre attente.
Toi, tu nous fais cadeau de ce temps neuf.

Voici les temps nouveaux !
D’un temps qui ne peut se gagner ni se perdre.
D’un temps pour respirer, pour espérer, pour vivre.

Dieu, merci pour ce temps d’Avent.
Merci d’arriver à l’improviste,
visiteur inattendu !

Car si Noël est programmé sur nos calendriers,
Toi, Dieu, tu n’as jamais fini de nous surprendre ! (Auteur inconnu)

(auteur inconnu…)

8. Marie de l’espérance

Marie, Mère de l’espérance,
marche avec nous !
Apprends-nous à proclamer le Dieu vivant;
aide-nous à témoigner de Jésus l’unique Sauveur :
rends-nous serviables envers notre prochain,
accueillants envers ceux
qui sont dans le besoin, artisans de justice,
bâtisseurs passionnés d’un monde plus juste,
intercède pour nous
qui oeuvrons dans l’histoire,
avec la certitude
que le dessein du Père s’accomplira.

Aurore d’un monde nouveau,
montre-toi la Mère de l’espérance
et veille sur nous !
Veille sur l’Eglise en Europe :
qu’elle soit transparente à l’Evangile,
qu’elle soit un authentique lieu
de communion,
qu’elle vive sa mission
d’annoncer, de célébrer et de servir
l’Evangile de l’espérance
pour la paix et la joie de tous.

Reine de la paix,
protège l’humanité du troisième millénaire !
Veille sur tous les chrétiens :
qu’ils avancent dans la confiance
sur le chemin de l’unité,
comme un ferment de pour la concorde
sur le continent.
Veille sur les jeunes,
espérance de l’avenir,
qu’ils répondent généreusement
à l’appel de Jésus;
veille sur les responsables des nations :
qu’ils s’emploient à édifier
une maison commune,
dans laquelle soient respectés la dignité
et les droits de chacun.

Marie, donne-nous Jésus !
Fais que nous le suivions
et que nous l’aimions !
C’est Lui,le responsable de l’Eglise,
de l’Europe et de l’humanité.
C’est Lui qui vit avec nous, au milieu de nous,
dans son Eglise.
Avec toi, nous disons
‘‘Viens, Seigneur Jésus !’’ (Ap 22, 20)
Que l’espérance de la gloire
déposée par Lui en nos coeurs
porte des fruits de justice et de paix !
Jean-Paul II

9. Le désir de Dieu

Aube nouvelle dans notre nuit:
Pour sauver ton peuple, Dieu va venir.
Joie pour les pauvres, fête aujourd’hui:
Il faut préparer la route au Seigneur.

Bonne nouvelle, cris et chansons:
Pour sauver son peuple, Dieu va venir.
Voix qui s’élève dans nos déserts:
Il faut préparer la route au Seigneur.
Terre nouvelle, monde nouveau:
Pour sauver son peuple, Dieu va venir.
Paix sur la terre, ciel parmi nous:
Il faut préparer la route au Seigneur.

10. Lumière dans notre nuit

Car elle est puissante la nuit en cet Avent
et ses alliés sont très nombreux :
la violence, la haine, la guerre,
le mépris, l’exclusion, la crise économique….
Quand se lèvera le jour d’un monde fraternel, enfin vivant?

Il nous faut la Lumière
qui transforme ces nuits en jour
et nous tienne éveillés, debout,
pour apporter la réconciliation,
pour rassasier de pain et d’amour,
pour offrir l’amitié et le respect,
pour allumer dans toutes les nuits du monde,
la lumière de l’espérance.

Il nous faut la Lumière
pour n’être pas condamnés à la nuit.
Il nous faut la Lumière
pour veiller et ne pas se laisser surprendre,
alerter les voisins, lorsque la nuit tente
de se faufiler dans nos vies.
Il nous faut la Lumière pour avancer,
confiants en l’avenir.

Il nous faut la Lumière, dites-vous !
Mais elle est déjà venue !
Elle est avec nous ! Elle s’appelle Jésus Christ.
Elle a brillé en pleine nuit du monde,
du temps et des coeurs.
En naissant, Jésus Christ a enraciné en nous,
la Lumière de Dieu.

A nous de quitter la nuit
et de devenir enfants de Lumière
A nous, de nous laisser réveiller
par les multiples appels de nos frères.
Retrouvons, en nous, les sources cachées de l’Evangile :
c’est la Lumière qui nous empêche de nous endormir.
Urgence. Il faut se lever !
Père Philippe Muller

11. Préparez les voies du Seigneur.

Vienne la rosée sur la terre,
Naisse l’espérance en nos coeurs,
Brille dans la nuit la lumière:
Descends vite à notre secours;
Au désert un cri s’élève:
Préparez les voies du Seigneur.

Berger d’Israël tend l’oreille,
Bientôt va germer le Sauveur.
Et nos yeux verront tes merveilles,
Nos voix chanteront ton amour.
Fille de Sion, tressaille,
Le Seigneur déjà vient vers toi.

Réveille, ô Seigneur, ta vaillance,
Etablis ton règne de paix;
Que les peuples voient ta puissance,
Acclamant ton Nom à jamais.
L’Univers attend ta gloire,
Et nous préparons ton retour.

12. D’où vient la paix sur la terre

D’où vient la paix sur la terre, sinon de ce que la Vérité a germé de la terre, autrement dit, que le Christ est né de la chair? Et c’est lui qui est notre paix, lui qui des deux a fait un seul peuple, pour que nous soyons des hommes pleins de bienveillance, tendrement attachés les uns aux autres par le lien de l’unité.

En ce jour de grâce, réjouissons-nous, pour trouver notre gloire dans le témoignage de notre conscience; alors, ce n’est pas en nous, mais en Dieu que nous mettrons notre gloire. C’est pour cela qu’il est dit: Seigneur, tu es ma gloire, tu me tiens la tête haute. Dieu pouvait-il faire briller sur nous une grâce plus grande que celle-ci: son Fils unique, il en a fait un fils d’homme et, en retour, il transforme des fils d’hommes en fils de Dieu?

Saint Augustin

13. Le Seigneur vient nous visiter

«Soleil levant, lumière d’en haut, le Seigneur vient nous visiter pour diriger nos pas sur le chemin de la paix» (Lc 1, 78-79)

Seigneur, aide-nous à fuir nos préoccupations, à taire le tumulte de nos activités, à déposer à tes pieds nos soucis, nos tracas, nos lourds soucis pour préparer nos cœurs à ta venue si proche.

Nous nous reposons en Toi en cette fin d’année où tout se précipite. C’est l’hiver et la grisaille et pourtant nos cœurs sont faits pour la lumière et la joie. Parle à nos cœurs en ces jours qui nous rapprochent de la joie de Noël.

Pour transformer le monde, Tu as choisi Marie, l’humble jeune fille de Nazareth et Tu lui as adressé cette salutation : « Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi ! » Fais-nous méditer ces paroles de l’Ange dans lesquelles se trouvent le secret de la joie de Noël. Tu répètes ces paroles à chacun de nous : « Soyez dans la joie, le Seigneur est proche ! » Avec l’aide de Notre-Dame, nous nous ouvrons tout entiers à ta présence afin que le monde T’accueille à travers notre famille. Notre famille prie pour tous ceux qui nous entourent, ceux que nous aimons et ceux que nous aimons moins, prions pour tous ceux qui sont loin, tous ceux qui habitent cette terre où Tu viens habiter et qui pourtant se ferment à Ta lumière. Comment sera leur Noël ? Viens Seigneur Jésus, ne tarde plus.

Amen.

Extrait de Ludovic Lécuru, 100 prières en famille, éd.Salvator.

14. Veiller en attendant

Si tu m’apprenais à veiller, mon Dieu,
Veiller sans crainte, veiller sans peur,
Sans passer mon temps à compter mes battements de coeur,
Sans inquiétude des lendemains,
Ceux qui se vivront sans moi.

Si tu m’apprenais à veiller, mon Dieu,
Un peu comme quelqu’un
Qui se prépare à une vie autre,
Une vie pleine, même quand apparemment
On est peu rentable, peu efficace,
Alors que s’allument les braises de la sagesse.

Si tu m’apprenais à veiller, mon Dieu,
Un peu comme ceux qui attendent,
Une attente sereine, calme ou peut-être tourmentée.

Je ne sais ni le jour ni l’heure.
Je ne sais surtout pas le « comment ».
Mais ce que je sais, mon Dieu,
Ce qui est sûr, c’est que Toi, tu seras là.

Je n’aurai pas veillé en vain.

15. Le sens de l’Avent

L’Eglise nous demande de comprendre ceci: de même qu’il (Jésus) est venu au monde une seule fois en s’incarnant, de même, si nous enlevons tout obstacle de notre part, il est prêt à venir à nous de nouveau, à toute heure et à tout instant, pour habiter spirituellement dans nos coeurs avec l’abondance de ses grâces.

Aussi l’Eglise,… à l’occasion de ce temps, nous enseigne, par des hymnes, des cantiques, et par toutes les paroles et les rites que lui a inspirés le Saint-Esprit, comment accueillir avec gratitude un si grand bienfait et comment nous enrichir de ses fruits. Ainsi notre âme se disposera à l’avènement du Christ avec autant de soin que s’il devait encore venir au monde, et de la manière même dont les pères de l’Ancien Testament, par leurs paroles comme par leurs exemples, nous ont appris à les imiter.

Saint Charles Borromée,
Le sens de l’Avent, Liturgie des heures vol. 1, p.26

16. Le voici qui vient !

Jouez hautbois,
Résonnez musettes,
Que retentissent les tambourins
Devant le Seigneur qui vient.

Il est déjà venu, certes,
Au temps du roi Hérode.
Son passage en nos vies
Fut un trait de lumière.

Depuis la ténèbre n’est plus ténèbre,
Son Jour n’a pas de nuit.
Il viendra de nouveau,
Il l’a promis,

À l’heure qu’il fixera lui-même.
Il essuiera toutes les larmes,
Il mettra fin à la souffrance,
À la violence, à l’injustice :
Le bonheur sera pour tous.

Le savoir, l’attendre,
Préparer sa venue
Est source de joie,
Objets de veilles, de jeûnes
Et de prières.

Revêts tes habits les plus beaux,
Mets-toi le coeur en fête :
Sois prêt ! Le voici qui vient !

17. Le temps de l’Espérance

Il paraît que les chrétiens se sont endormis…
Ils auraient baissés les bras…
On les comprend !
Voici tellement longtemps qu’il est venu !

Ils ont égaré sa Parole…
Elle ne les stimule plus.
Ils sont fatigués.
Ils restent entre eux et discutent toujours de leurs identiques problèmes.
Ils ont peur de sortir.
Ils n’osent plus.
Ils ont perdu l’audace d’entreprendre chaque matin, encore une fois, l’édification du monde humain en vue de quoi Dieu les a créés.
Ils ont égaré l’espérance.

“Sommes-nous encore bons, se demandent-ils anxieusement, pour l’annonce de l’extraordinaire nouvelle qui renverse les sombres structures anciennes et trace les plans d’un monde renouvelé dans la fraternité ? ”

Ils ont égaré la joie. On les comprend !

Les causes sont tellement nombreuses de leur abattement :
d’abord les habitudes de vivre et de croire, puis le manque d’enthousiasme provenant de l’inévitable usure quotidienne, puis les échecs à chaque tournant, puis l’ardeur d’aimer qui s’éteint, et, par dessus tout, les événements du monde et leurs cortèges d’horreurs, de paix ratées, d’économie en faillites, de pauvreté en hausse et de misère qui s’installe.

Il est temps qu’ils entrent en Avent !
Il est temps qu’ils se mettent à Noël afin de ne pas oublier la présence de Celui qui, quelque part dans un endroit d’abandon, est venu parmi eux afin de partager, sans la moindre retenue, leur humaine condition, leur existence quotidienne, leur mort, leurs angoisses, leurs rêves, leur amour et ce désir d’infini en eux…

L’Avent, Noël, l’Épiphanie…
C’est le temps où Dieu vient lui-même réveiller l’espérance de ses enfants en leur donnant son Fils pour frère.

C’est le temps où les chrétiens, ranimés par la présence du Christ né chez eux, retrouvent la persévérance de vivre en hommes et en femmes dignes de ce nom… l’obstination de transformer la terre en humanité digne de ce nom.

Chemins d’Avent, Ed. Signe, 1997, p.1-2

18. Flamme d’espérance

Dieu de tous les humains,
nous nous confions à toi,
dans un esprit de reconnaissance.
Tu nous tires loin
de nos hésitations.
Tu nous donnes de transmettre
à d’autres une flamme d’espérance
à travers nos vies.
Frère Roger

19. “Heureuse, toi qui as cru.”

Heureux vous aussi qui avez entendu et qui avez cru; car toute âme qui croit conçoit et engendre le Verbe et le reconnaît à ses oeuvres.

Que l’âme de Marie soit en chacun de vous, pour qu’elle exalte le Seigneur; que l’esprit de Marie soit en chacun de vous, pour qu’il exulte en Dieu. S’il n’y a, selon la chair, qu’une seule mère du Christ, tous engendrent le Christ selon la foi. Car toute âme reçoit le Verbe de Dieu, pourvu qu’elle soit irréprochable et préservée des vices en gardant la chasteté dans une pureté intégrale.

Toute âme qui peut vivre ainsi exalte le Seigneur, comme l’âme de Marie a exalté le Seigneur, et comme son esprit a exulté en Dieu son Sauveur.

Saint Ambroise
“Heureuse, toi qui as cru.”, Liturgie des heures vol. I, p. 188-189

20. Je me tiens à la porte de ton coeur

Je me tiens à la porte de ton coeur, jour et nuit. Même quand tu ne m’écoutes pas, même quand tu doutes que ce puisse être moi, c’est moi qui suis là. J’attends le moindre petit signe de réponse de ta part, le plus léger murmure d’invitation, qui me permettra d’entrer en toi. Je veux que tu saches que chaque fois que tu m’inviteras, je vais réellement venir. Je serais toujours là, sans faute. Silencieux, invisible, je viens, mais avec l’infini pouvoir de mon amour.

Je viens, apportant tous les dons de l’Esprit Saint. Je viens avec ma miséricorde, avec mon désir de te pardonner, de te guérir, avec tout l’amour que j’ai pour toi ; un amour au-delà de toute compréhension, un amour où chaque battement du coeur est celui que j’ai reçu du Père même.

Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Je viens, assoiffé de te consoler, de te donner ma force, de te relever, de t’unir à moi, dans toutes mes blessures.

Je vais t’apporter ma lumière. Je viens écarter les ténèbres et tous les doutes de ton coeur. Je viens avec mon pouvoir capable de te porter toi-même et de porter tous tes fardeaux. Je viens avec ma grâce pour toucher ton coeur et transformer ta vie. Je viens avec ma paix, qui va apporter le calme et la sérénité à ton âme. Je te connais de part en part. Je connais tout de toi. Même les cheveux de ta tête, je les ai tous comptés.

Mère Teresa

21. Les 4 bougies

Les quatre bougies brûlaient lentement.
L’ambiance était tellement silencieuse
qu’on pouvait entendre leur conversation.

La première dit :
‘‘ Je suis la Paix !
Cependant personne
n’arrive à me maintenir allumée.
Je crois que je vais m’éteindre.’’
Sa flamme diminua rapidement,
et elle s’éteignit complètement.

La deuxième dit :
‘‘ Je suis la Foi !
Dorénavant je ne suis plus indispensable,
cela n’a pas de sens
que je reste allumée plus longtemps.’’
Quand elle eut fini de parler,
une brise souffla sur elle et l’éteignit.

Triste, la troisième bougie se manifesta à son tour :
‘‘ Je suis l’Amour !
Je n’ai pas de force pour rester allumée.
Les personnes me laissent de côté et
ne comprennent pas mon importance.
Elles oublient même d’aimer ceux
qui sont proches d’eux.’’
Et, sans plus attendre, elle s’éteignit.

Soudain… un enfant entre
et voit les trois bougies éteintes.
‘‘ Pourquoi êtes-vous éteintes ?
Vous deviez être allumées jusqu’à la fin’’
En disant cela, l’enfant commença à pleurer.

Alors, la quatrième bougie parla :
‘‘ N’aie pas peur, tant que j’ai ma flamme
nous pourrons allumer les autres bougies,
je suis l’Espérance ! »

Avec des yeux brillants,
l’enfant prit la bougie de l’Espérance…
et alluma les autres.

Que l’Espérance ne s’éteigne jamais
en nos coeurs et que chacun de nous
puisse être l’outil nécessaire pour maintenir
l’Espérance, la Foi, la Paix et l’Amour !

22. C’est aujourd’hui

Il s’agit de vaincre la mort aujourd’hui même.
Le ciel n’est pas là-bas : il est ici;
l’au-delà n’est pas derrière les nuages,
il est au-dedans.

L’au-delà est au-dedans,
comme le ciel est ici maintenant.

C’est aujourd’hui que la vie doit s’éterniser,
c’est aujourd’hui que nous sommes appelés
à vaincre la mort, à devenir source et origine,
à recueillir l’histoire, pour qu’elle fasse,
à travers nous un nouveau départ.

Aujourd’hui, nous avons à donner
à toute réalité une dimension humaine
pour que le monde soit habitable,
digne de nous et digne de Dieu.
Maurice Zundel

23. Pourquoi ton coeur pleurait ?

Pourquoi ce matin ton coeur pleurait,
En cette immense peur d’exister ?
Pourquoi ces larmes salées,
Alors que Dieu est à tes côtés ?

Le doute est aussi une histoire d’amour.

Il ne lâchera jamais ta main même demain,
Celui dont Tu as fais don de ta Vie.
Laisse tomber ce futile chagrin,
Il a souffert pour Toi de ton manque de Foi et de certitudes à aimer.

Les fleurs s’épanouissent même dans ses déserts.

Pourquoi ces jeunes qui meurent d’indifférence,
Te font porter une peine sans raison?
Pourquoi tes colères sont-elles toujours de passion ?
Pourquoi cette impression de n’être point compris,
Par tes contemporains que tu aimes à la folie?
Pourquoi toutes ces questions te reviennent,
Tel un coup de couteau dans tes illusions?
Pourquoi le fonctionnement du monde,
Ne tourne plus comme tu le désirais ?
Pourquoi ne veux-tu point te poser,
Comme les autres le font pour ne pas s’inquiéter ?
Pourquoi ton esprit est empli de regrets ?
L’impression d’avoir vécu pour personne,
De n’être plus qu’un pâle fantôme …

Homme de peu de Foi je t’Aime,
Et c’est ma raison de te faire vivre à fond,
Loin des superficielles visions d’un autre temps.

Je suis de toutes éternités.

Avant de pleurer il suffisait de me parler.
Je suis là pour écouter ton âme gémir,
Et te donner l’Espérance qui donne la Force
De vivre en assumant toutes tes fautes,
Tes déraisons, tes coups de gueule.

Tes combats contre les Injustices,
Sont les miens aussi…

Alors, je t’en prie ne pleure plus,
L’avenir commence aujourd’hui,
C’est ainsi que je l’ai voulu.

Sois mon combattant d’Amour,
Et le monde sera splendeur plus que chagrin.
Crois-moi !

Bruno Leroy, éducateur de rue

23. Regardez là-haut !!!

Regardez là-haut !!!
Quelle est cette étrange lueur ?
Dans cette nuit pleine de douceur,
Une étoile au ciel brille, plus haut que les autres,
Une étoile, qui, de sa clarté
Illumine le chemin.

La route de Lumière
Nous mène à une crèche
Et là, dans la paille
Repose un nouveau-né.
Regardez-le, ce tout petit
Aussi innocent que l’agneau qui vient de naître,
Aussi fragile que la rose qui fleurit à l’aurore,
Ce bambin tout petit,
C’est Dieu qui vient sur terre
Sous les traits d’un petit être assoiffé d’amour.

Si petit sur un tas de paille, et pourtant, son passage
Changera le coeur des hommes.
Messager d’amour
Qui laissera se graine dans le coeur
De ceux qui veulent bien l’accueillir.

Laissez les peurs s’envoler de vos esprits
Ouvrez vos coeurs et vos mains à Dieu,
Car c’est lui qui vient en esprit et en corps
Laissez-vous envahir par son soleil et guider par son Amour.

Ce bébé si petit au creux des mains de Marie,
Bercé avec tant de douceur et de simplicité
Apporte l’espoir à tous ainsi que
Sa paix et sa joie
Jésus vient nous sauver.

Laurence Moniotte (14 ans) et sa maman

24. Noël

Longtemps, longtemps avant de le voir,
Longtemps : neuf mois dans la foi, dans le noir,
Déjà elle lui parlait.
Quand dans son sein très léger il bougeait,
Déjà elle le berçait,
Déjà elle le priait.

Jésus… Jésus… Jésus…!
C’est tout ce qu’elle disait,
C’est tout ce qu’elle savait :
Son Nom, l’ange le lui avait dit :
Jésus… Jésus… Jésus…!

Ce nom : une lumière,
Le chant de sa prière.

Enfin ! Aujourd’hui c’est Noël !
Noël ! Noël ! Noël !

Le ciel frappe à son corps,
A son coeur le Ciel carillonne :

Noël ! Noël ! Noël !
Enfin elle le voit, le contemple !

Ce petit, ce Jésus !
Son petit, son Jésus !
Jésus… Jésus… Jésus…

Marie exulte en te voyant,
Tu montres ton visage
Et déjà nous sommes sauvés.

25. Naissance !

Voici Noël.
Voici qu’humblement,
Dieu se fait petit enfant,
Dieu vient naître parmi nous.
Dieu cherche à naître en nous.

Il se peut que le grand problème de notre vie
ne soit pas tellement de vivre,
mais finalement de naître !
Partout, il est dit que nous avons le mal de vivre :
n’aurions-nous pas plutôt le mal de naître ?
C’est-à-dire de devenir
celui que nous sommes véritablement.
Nous ne sommes pas l’homme
que nous paraissons être :
célèbre ou inconnu, riche ou démuni,
habile ou maladroit…
Tout cela, c’est l’apparence des choses.
Nous sommes un homme qui cherche à naître.

Si tu saisis en toi cette pulsation merveilleuse
qui te porte à ne pas être aujourd’hui
ce que tu étais hier,
tu es en train de naître.

Si tu te sens aujourd’hui
capable d’un amour tout neuf
que tu n’espérais pas hier,
tu es en train de naître.

Si tu te fais aujourd’hui tout petit devant Jésus
pour te laisser conduire dans sa Lumière,
tu es en train de naître.

Sois sûre que la plus grande chose de la vie,
ce n’est pas de vivre,
c’est de naître constamment
pour ne pas être vieux.

Puisses-tu garder de cette nuit
la saveur d’une rencontre :
Dieu vient remplir tes mains de pauvre;
la nouveauté que tu espères,
il peut la faire jaillir en toi.
Puisses-tu garder de cette nuit
la confiante et humble certitude
que tu es appelé indéfiniment à être
et, tout autant, appelé à faire naître les autres.
Et voici qu’inlassablement,
Noël après Noël, jour après jour,
Dieu frappe à ta porte
et te demande à naître en toi.

http://www.coopdonbosco.be/enaventtous/

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 12/12/2013 da in Foi et Spiritualité, FRANÇAIS con tag , .

  • 470.205 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Unisciti ad altri 883 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: