COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

La théorie du genre

Homme et femme.

Le genre, qu’est-ce que c’est ?

Ces dernières années, la «théorie du genre» est venue bousculer la notion de différence sexuelle. Qu’en est-il au juste ? Qu’en pense l’Église?

theorie du genreLe «genre» est un terme traduit de l’anglo-américain gender. Contrairement à une idée reçue, ce n’est pas un concept univoque qui se rattacherait à une «théorie» unifiée. Ce mot a plusieurs définitions et sert à de nombreux usages académiques ou militants.

De quoi s’agit-il ?

Il est apparu dans les années 1970, dans le cadre d’études américaines sur les «anomalies» de la sexuation. Il existe en effet de très rares cas de personnes ayant le sentiment subjectif d’être des hommes alors qu’elles sont biologiquement des femmes et inversement. D’où l’idée de distinguer le sexe biologique, corporel, du genre qui correspond au sentiment d’appartenir à l’un ou l’autre sexe. Les psychiatres, sociologues, anthropologues qui se sont penchés sur cette question ont vite compris qu’un certain nombre d’habitudes culturelles renforçaient le genre dans le lent processus d’éducation. On connaît bien le trop fameux : «Les filles sont douces et les garçons brutaux». Mais de façon plus subtile on dit aussi par exemple d’un bébé qui crie qu’«il aura du caractère» si c’est un garçon, alors qu’une petite fille attirera plutôt la compassion : «Elle est malheureuse»… D’où l’idée, assez simple au fond, que le genre est construit par les idées toutes faites, les «stéréotypes» culturels du milieu ambiant. Tout, ensuite, est une question de curseur : un peu construit, beaucoup construit ou, pour les extrémistes, totalement construit ?

Sur ce point, il faut bien dire que toutes les écoles ne sont pas d’accord. Ce n’est que tardivement, en 1990, qu’est apparue, avec Judith Butler, la Queer theory (théorie étrange) qui prône une déconnexion totale du biologique et du culturel afin de «subvertir» la domination masculine.

Cette théorie est-elle vraiment menaçante?

En soi, une théorie aussi vague et générale n’a rien de menaçant. Au contraire, certains apports des études de genre sont très utiles pour que les hommes et les femmes prennent conscience, ensemble, de leurs préjugés respectifs. Ceci notamment pour parvenir à une plus grande égalité et à une meilleure entente.

On songe notamment à l’apport trop méconnu de Carol Gilligan, une psychologue, qui, dans les années 1980, a ouvert les recherches sur le «care» par une étude très concrète menée avec des hommes et des femmes à partir d’une batterie d’entretiens. Il en ressortait que les caractéristiques mêmes de la génération (une femme est issue d’un corps semblable au sien, un homme d’un corps différent du sien), induisaient des comportements différents devant la vie et les relations humaines.

Mais il faut bien avouer qu’en dehors de milieux universitaires assez pointus, c’est la théorie la plus extrémiste – que l’on a appelée, à tort, la «théorie du genre» – qui a surtout été véhiculée en France par les médias. Les promoteurs du mariage entre personnes de même sexe ont trouvé, dans cette théorie extrême, un appui idéologique ou une forme de confirmation.

Quel est le point de vue de l’Église?

L’Église n’a pas de point de vue précis sur les études de genre en général. Mais elle a une position assez claire sur l’anthropologie elle-même. Elle affirme, elle n’est pas la seule à le faire, que l’on ne peut dissocier le corps et l’idée que l’on s’en fait. Le genre (le sentiment que nous avons de notre identité sexuée) peut bien être en grande partie construit, il repose aussi sur une réalité physique (notre sexe corporel). Cette réalité physique nous fait nous souvenir que nous sommes des êtres finis, incomplets, dépendants. Créés par Dieu «mâles et femelles», nous avons à devenir vraiment «hommes et femmes». C’est un travail de relation fait de respect, de reconnaissance, d’amour, d’écoute. Un travail toujours inachevé, toujours à reprendre, toujours à poursuivre.

Jean-Pierre Rosa. Article paru dans ” les Cahiers Croire” n ° 288 sur le Corps.
 http://www.croire.com

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 09/02/2014 da in Actualité, Société, Culture, FRANÇAIS con tag , .

  • 545.481 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Unisciti ad altri 929 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stato una pubblicazione interna di condivisione sul carisma di Comboni. Assegnando questo nome al blog, ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e patrimonio carismatico.
Il sottotitolo Spiritualità e Missione vuole precisare l’obiettivo del blog: promuovere una spiritualità missionaria.

Combonianum was an internal publication of sharing on Comboni’s charism. By assigning this name to the blog, I wanted to revive this title, rich in history and charismatic heritage.
The subtitle
Spirituality and Mission wants to specify the goal of the blog: to promote a missionary spirituality.

Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
I miei interessi: tematiche missionarie, spiritualità (ho lavorato nella formazione) e temi biblici (ho fatto teologia biblica alla PUG di Roma)

I am a Comboni missionary with ALS. I opened and continue to curate this blog (through the eye pointer), animated by the desire to stay in touch with the life of the world and of the Church, and thus continue my small service to the mission.
My interests: missionary themes, spirituality (I was in charge of formation) and biblical themes (I studied biblical theology at the PUG in Rome)

Manuel João Pereira Correia combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: