COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

–– Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA –– Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa A missionary look on the life of the world and the church –– VIDA y MISIÓN – VIE et MISSION – VIDA e MISSÃO ––

Une place au paradis pour les animaux ?


Y a-t-il une place au paradis pour les animaux ?

L’enfant qui pleure la mort de son chien le retrouvera-t-il dans l’au-delà ? Le P. Jean-Michel Maldamé, théologien dominicain, propose un début de réponse à un sujet qui a beaucoup agité les réseaux sociaux le 15 décembre, suite à des propos attribués au pape sur la question.

Le pape François reçoit le 13 décembre 2014, fête de sainte Lucie, le conseil national de l’Union italienne des aveugles et malvoyants.« Les chrétiens disent attendre “une nouvelle création”. Cette expression biblique, qui englobe l’idée d’une humanité nouvelle, va au-delà. Rien n’empêche de dire que le monde animal ne sera pas exclu de cette “nouvelle création”. Plus encore : le Credo parle de la résurrection de la chair, et ainsi utilise un mot qui concerne les animaux (cf. 1 Co 15, 39).

La représentation de notre relation aux animaux a changé

La première question est de savoir quelles représentations nous pouvons en avoir. Si ces représentations passent par les images, elles ne seront pas comme des images scientifiques ou sur un mode platement descriptif. Elles ont une dimension symbolique, liée à notre existence et à nos engagements vécus. Pour cela, la représentation de notre relation aux animaux a changé. Dans la culture rurale qui a précédé la nôtre, le berger et le chasseur aimaient leur chien sur un mode différent de celui que l’on observe aujourd’hui avec les animaux de compagnie. L’enfant qui pleure la mort de son chien est dans un rapport différent, puisqu’il grandit affectivement grâce à l’animal. De même, l’homme qui promène son chien et lui impose des règles ou la personne seule que son chat vient “caresser” peuvent trouver dans ce rapport des compensations à des manques.

Ce changement dans le rapport de l’homme d’Occident à l’animal est aussi lié aux études et aux observations des scientifiques, les éthologues, qui étudient le comportement animal. Tantôt ils lisent le monde animal à travers des catégories anthropologiques, tantôt ils tendent à réduire l’humain à son animalité. Aussi est-il utile d’avoir conscience de la mobilité de nos représentations.

Comment la résurrection de la chair assume la part animale de la Nature

La deuxième question est de savoir comment la résurrection de la chair assume la part animale de la Nature. Les textes bibliques montrent clairement que la résurrection n’est pas le prolongement de la vie habituelle. Notre imaginaire a tendance à dire : “Ce sera comme ici-bas, moins tout ce qui nous dérange.” Saint Paul parle en effet de transformation. Il utilise l’image de la graine et de la plante pour exprimer à la fois une continuité – c’est le même être – et une discontinuité – l’arbre n’a plus la forme de la graine. De même la forme de vie nouvelle qui adviendra à la résurrection sera celle du même être, mais la vie sera différente.

Paul parle aussi de la récapitulation accomplie dans la résurrection. Quel accomplissement ? Ce sera une plénitude réalisée : l’être humain aura le charme de l’enfance, sans l’immaturité, le dynamisme de la jeunesse, la sagesse de la maturité – sans les trous de mémoire. Les mots de “transformation” et de “récapitulation” permettent de répondre à la question de l’enfant : son désir de retrouver son chien sera accompli, mais pas dans la forme de la relation qu’il a connue. Ce sera bien mieux ! »

Recueilli par Christophe Chaland

19/12/14 http://www.la-croix.com


Ce qu’a dit le pape sur les animaux et le paradis

Une succession d’approximations journalistiques a conduit à attribuer au pape une hypothétique parole sur la place des animaux au paradis. Éclaircissements.

En quelques jours, le sujet a fait le buzz sur la Toile. Mercredi 26 novembre, en marge de l’audience du pape place Saint-Pierre, le pape François aurait échangé quelques mots avec un petit garçon désolé par la mort de son chien, rapportaient divers médias, notamment le prestigieux New York Times jeudi 11 décembre. « Le paradis est ouvert à toutes les créatures de Dieu », aurait dit le pape à l’enfant.

L’information a eu un énorme retentissement dans certains milieux : « Ma boîte de courrier a été saturée, a témoigné Christine Gutleben, directrice de Humane Society, la plus grande organisation de protection des animaux aux États-Unis. Presque instantanément, tout le monde en parlait. »

Mais si le pape a bien prononcé un enseignement sur « les cieux nouveaux et la terre nouvelle », sur « le paradis », lors de cette audience devant la foule rassemblée place Saint-Pierre, comme chaque mercredi, il n’a rien dit sur la présence des animaux au paradis.

Les règles du métier de journaliste…

Samedi 13 décembre, le Vatican est revenu sur la prétendue déclaration du pape, précisant qu’il s’agissait d’une mauvaise interprétation. Le porte-parole du Saint-Siège a rappelé à cette occasion quelques principes du journalisme : « Il y a une règle fondamentale dans le journalisme. Cela s’appelle la vérification des sources et, dans le cas présent, elle n’a pas été appliquée. »

En l’occurrence, c’est une lecture fautive de l’article publié dès le lendemain de l’audience, par le site du Corriere della Serra, qui a été à l’origine de l’information erronée. Le quotidien italien, rendant compte de l’enseignement du pape François, rapportait en incise des propos attribués à Paul VI : « On raconte que Paul VI avait consolé un enfant en larmes après la mort de son chien, lui disant : “Un jour, nous reverrons nos animaux dans l’éternité du Christ” », écrivait le journaliste. Mais le titre de l’article poussait l’ambigüité à la limite : « Le pape et les animaux : “le paradis est ouvert à toutes les créatures.” »

Depuis, le New York Times, comme la chaîne CNN, ont reconnu leur erreur.

Vers une plénitude pour chaque chose

Que les amis des animaux se consolent. Le pape François, s’il n’a pas prononcé la formule qui lui a été attribuée, a bien dit cependant ceci : « Tout l’univers sera renouvelé et sera libéré une fois pour toutes de toute trace de mal et de la mort elle-même. Ce qui s’annonce comme l’accomplissement d’une transformation, qui en réalité est déjà en cours depuis la mort et la résurrection du Christ, est donc une nouvelle création ; ce n’est donc pas un anéantissement de l’univers et de tout ce qui l’entoure, mais l’accompagnement de chaque chose vers sa plénitude d’être, de vérité, de beauté. Tel est le dessein que Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, veut depuis toujours réaliser et qu’il est en train de réaliser. »

16/12/14 http://www.la-croix.com

 

 

 

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 20/12/2014 da in Actualité religieuse, FRANÇAIS con tag , , , , .

  • 327.686 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 735 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: