COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

L’horreur des prisons chinoises.

L’horreur des prisons chinoises
racontée par une religieuse bouddhiste.

L’ancienne nonne tibétaine Gyaltsen Drolkar a été emprisonnée pendant 12 ans en Chine. Elle témoigne de la violence du système carcéral chinois.

L'horreur des prisons chinoises.

Officiellement, il n’existe pas de torture dans les prisons chinoises, mais des indices nombreux, sérieux et concordants permettent d’avancer le contraire. Gyaltsen Drolkar a raconté son expérience dans un livre autobiographique, L’insoumise de Lhassa (Éd. Bourin).

Emprisonnée pour une manifestation pacifique

En 1990, Gyaltsen Drolkar avait 19 ans ans et manifestait avec d’autres moniales bouddhistes, réclamant le respect par les autorités chinoises de la liberté d’expression et de culte dans les régions tibétaines. La jeune femme a écopé de quatre ans de prison. Elle relate des conditions carcérales effrayantes. « Nous étions soumises à toutes sortes de tortures, morales et physiques », a-t-elle récemment confié par l’entremise d’un traducteur, à l’AFP. « Par exemple, explique-t-elle, ils m’attachaient, ils me suspendaient, me couvraient le visage et me battaient. »« Ils utilisaient des instruments électriques, ajoute-t-elle. Je perdais conscience, et quand je reprenais conscience, ils recommençaient. » En tant que prisonnières politiques, ses consœurs et elle étaient étroitement surveillées, mais elles sont tout de même parvenues à obtenir un magnétophone sur lequel elles ont enregistré des chants, clamant leur indépendance.

Les 14 nonnes chantantes de Drapchi

Les cassettes de leurs enregistrements ont été clandestinement exfiltrées de la prison, mais leur activité de résistance artistique a été repérée par leurs geôliers. Gyaltsen Drolkar a été condamnée à huit années de prison supplémentaires. Leurs conditions de vie se sont encore dégradées, mais la moniale, comprenant que les autorités ne souhaitaient pas sa mort pour éviter un scandale international, a donc entamé une grève de la faim avec ses compagnes. Leur combat a payé puisque la jeune femme a finalement été libérée en 2002, à l’issue du temps initialement prévu. Fuyant jusqu’au Népal, elle est aujourd’hui réfugiée en Belgique où elle vit dans la crainte que sa famille subisse des représailles.

Tortures à la carte

Un autre dissident, l’écrivain Liao Yiwu a passé quant à lui quatre ans dans une prison de Chengdu, dans la province du Sichuan, pour un simple poème. Il raconte son expérience avec le livre Dans l’empire des ténèbres. L’humour de Yiwu n’enlève rien à l’effroi des pratiques qu’il relate. À son arrivée en prison on lui parle des «108 raretés de Songshan», qui se révèlent être en fait des tortures raffinées. Comble de sadisme, les geôliers font en sorte que les prisonniers s’infligent entre eux les tortures de leur « menu », comme entre autres la «grillade de colonne vertébrale» : l’exécutant plonge une boule de coton dans du pétrole et en frotte la colonne vertébrale du détenu. Il place ensuite la boule de coton dans le dos et y met le feu. Des étincelles jaillissent partout jusque dans la nuque de la victime.

Secret mal caché

La Chine nie l’évidence avec un aplomb considérable, mais certains éléments de témoignages démontrent qu’elle n’est pas complètement insensible aux accusations internationales. Ainsi, lorsque des organisations étrangères de défense de droits de l’homme visitaient la prison de Gyaltsen Drolkar, ses consœurs et elle-même étaient dissimulées par leurs gardiens et remplacées par des prisonnières de droit commun qui se faisaient passer pour elles. Le Parti a besoin d’un vernis – même fragile – de respectabilité. Le travail d’associations comme Amnesty International et le témoignage courageux d’anciens prisonniers pourraient donc participer à améliorer un tant soit peu les conditions de vie des «opposants» chinois…

Sylvain Dorient

Aleteia International 19.03.2015

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

  • 674.779 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Unisciti ad altri 774 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stato una pubblicazione interna di condivisione sul carisma di Comboni. Assegnando questo nome al blog, ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e patrimonio carismatico.
Il sottotitolo Spiritualità e Missione vuole precisare l’obiettivo del blog: promuovere una spiritualità missionaria.

Combonianum was an internal publication of sharing on Comboni’s charism. By assigning this name to the blog, I wanted to revive this title, rich in history and charismatic heritage.
The subtitle
Spirituality and Mission wants to specify the goal of the blog: to promote a missionary spirituality.

Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
I miei interessi: tematiche missionarie, spiritualità (ho lavorato nella formazione) e temi biblici (ho fatto teologia biblica alla PUG di Roma)

I am a Comboni missionary with ALS. I opened and continue to curate this blog (through the eye pointer), animated by the desire to stay in touch with the life of the world and of the Church, and thus continue my small service to the mission.
My interests: missionary themes, spirituality (I was in charge of formation) and biblical themes (I studied biblical theology at the PUG in Rome)

Manuel João Pereira Correia combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: