COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

En 2017, communier ensemble ?

3381952496_facf01fdbc_zUn célèbre père du désert, Evagre le Pontique, donnait ce conseil : « Si tu as une difficulté avec un frère, invite-le à déjeuner ». Ce faisant, en effet, on se met d’avance dans une attitude de pardon qui va faciliter la réconciliation. D’abord on traite la personne de manière honorable, on la « reconnaît » puisqu’on l’invite ; ensuite on lui offre des vivres et donc, au moins pour ce repas, on lui donne la vie, on lui dit par le geste que sa vie nous est précieuse. Si le frère accepte l’invitation, c’est qu’il a estimé qu’une rencontre peut être, si peu que ce soit, une étape dans la relation. Le cadre ainsi posé aidera à ce que des paroles puissent être échangées avec quelque douceur. On s’apercevra peut-être qu’il n’y a pas nécessairement à être d’accord en tout et qu’on peut se permettre mutuellement des divergences d’appréciation ou de conduite, tout en restant en communion.

Est-ce qu’il n’y aurait pas dans ce conseil venant de la sagesse des Pères, une suggestion en ce qui concerne l’union des Eglises ? L’intercommunion est actuellement conçue et appliquée comme un terme : on communiera ensemble lorsqu’on sera d’accord sur l’expression de la foi, des mœurs, de l’institution de l’Eglise et lorsqu’on sera venu à bout des contentieux qui encombrent la mémoire des Eglises et pèsent sur leur présent. Mais est-ce la bonne méthode ? Cela fait maintenant plus de cinquante ans que le Patriarche Athénagoras et le Pape Paul VI ont solennellement levé les excommunications jadis portées par Michel Cérulaire et par le cardinal Humbert. Pourtant, on ne communie toujours pas dans la liturgie de l’autre Eglise ; on attend que des accords soient formulés, sur l’autorité du Pape par exemple, ou que des situations issues du passé, comme par exemple les églises uniates, soient réglées. On peut se demander si le processus inverse ne serait pas, à moyen ou long terme, plus efficace : d’abord parce qu’il impliquerait des personnes réelles dans des communautés concrètes, ensuite parce qu’il créerait justement un climat de communion qui permettrait des dialogues et des pardons finalement impossibles quand on reste sur ses positions.

Ce genre de démarche (communion d’abord, discussions ensuite) est pourtant peut-être actuellement impossible avec les Eglises d’Orient. Celles-ci appartiennent en effet à un monde culturel différent du nôtre depuis longtemps déjà (les Pères grecs et les Pères latins n’avaient pas tout à fait la même mentalité), ce qui se manifeste en particulier dans la différence des liturgies. Leur identité même est difficilement séparable de l’histoire politique où l’Occident chrétien apparaît comme coupable (sac de Constantinople en 1204, non assistance à Constantinople contre l’Islam en 1453, processus de latinisation ou de catholicisation par les « latins » dans les terres d’Orient aux Temps modernes…). Mais il n’en va pas de même avec les communautés issues de le Réforme : elles appartiennent au même monde historique et culturel que les communautés catholiques, celui finalement de l’Europe. Les langages et les références sont les mêmes. Nos discussions sur la grâce se développent sous l’ombre tutélaire d’Augustin ; les questions de sacrement, d’eucharistie, de ministère, nous agitent depuis le haut Moyen Age ; le monde politique (avec ses arrière-plans financiers) était le même : l’empereur, le pape, les rois, les princes, les évêques et finalement le peuple. Le grand événement qui a ouvert l’époque contemporaine est en fait commun à tous, même s’il s’appelle la Révolution « française ». L’œcuménisme est d’abord né entre nous : après s’être violemment opposé, on a commencé à se demander comment remédier aux séparations, et on a fait pas mal de chemin pour se rapprocher.

C’est pourquoi je me demande si la commémoration du 5e centenaire de la Réforme ne devrait pas se centrer sur la question : comment communier ensemble en 2017 ? Et la réponse à la question se situe peut-être davantage du côté catholique que du côté protestant : de ce dernier côté en effet l’invitation est faite. Du coup, la question se déplace : les catholiques, se basant sur les évolutions de Vatican II sur l’Eglise et la liturgie, ne pourraient-ils pas revoir leur double refus : et d’inviter la Réforme à la Sainte Table et de répondre à l’invitation de la Réforme à la Sainte Cène ? Et les communautés protestantes ne pourraient-elles pas s’interroger sur ce qui, chez elles, est un obstacle à une réponse catholique positive à leur table ouverte ? Encore une fois, je ne pense pas que la réponse à ces questions doive comporter un accord complet sur les litiges – seulement le minimum indispensable à une communion liturgique authentique. Je suis peut-être optimiste en parlant ainsi et pourtant, dans l’état actuel des choses, je crois qu’il y a des possibilités et j’aimerais que ce soit dans cette perspective d’union liturgique qu’on envisage l’événement de 2017.

di Ghislain Lafont
Pubblicato il 25 settembre 2015 nel blog:

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 18/01/2016 da in Actualité religieuse, FRANÇAIS con tag , , , .

  • 542.021 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Unisciti ad altri 931 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stato una pubblicazione interna di condivisione sul carisma di Comboni. Assegnando questo nome al blog, ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e patrimonio carismatico.
Il sottotitolo Spiritualità e Missione vuole precisare l’obiettivo del blog: promuovere una spiritualità missionaria.

Combonianum was an internal publication of sharing on Comboni’s charism. By assigning this name to the blog, I wanted to revive this title, rich in history and charismatic heritage.
The subtitle
Spirituality and Mission wants to specify the goal of the blog: to promote a missionary spirituality.

Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
I miei interessi: tematiche missionarie, spiritualità (ho lavorato nella formazione) e temi biblici (ho fatto teologia biblica alla PUG di Roma)

I am a Comboni missionary with ALS. I opened and continue to curate this blog (through the eye pointer), animated by the desire to stay in touch with the life of the world and of the Church, and thus continue my small service to the mission.
My interests: missionary themes, spirituality (I was in charge of formation) and biblical themes (I studied biblical theology at the PUG in Rome)

Manuel João Pereira Correia combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: