COMBONIANUM – Formazione e Missione

–– Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA –– Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa A missionary look on the life of the world and the church –– VIDA y MISIÓN – VIE et MISSION – VIDA e MISSÃO ––

La visite du Pape vue par la presse arménienne



Du 24 au 26 juin, l’Arménie a accueilli une visite historique du pape François, qui a monopolisé l’actualité arménienne pendant ces jours-ci. De l’aéroport Zvartnots, où il a été accueilli par le Président Sarkissian et le Catholicos de tous les Arméniens Karékine II, le Pape s’est rendu au Saint-Siège d’Etchmiadzine pour une cérémonie religieuse de salut. Le Pape et le Catholicos arménien ont prié pour la paix de leurs fidèles et pour le monde entier. « Alors que les crises spirituelles, politiques, économiques et humanitaires ne cessent de s’amplifier, la prière commune et la coopération des Églises sœurs (…) doivent être privilégiées afin de garantir dans le monde les choses essentielles que sont le droit à la sûreté et à une existence décente », a déclaré Karékine II. Il a rendu hommage au Pape François pour son importante contribution au renforcement des relations fraternelles entre l’Eglise catholique et l’Eglise apostolique et pour son attachement tout particulier au peuple et à l’église arméniens. Il l’a également remercié pour la messe solennelle célébrée en la basilique Saint Pierre du Vatican le 12 avril 2015 en souvenir des victimes du génocide arménien et pour son discours condamnant le génocide.

En réponse au Catholicos arménien, le chef de l’Église catholique a rappelé que « la foi dans le Christ n’a pas été pour l’Arménie comme un vêtement que l’on peut mettre ou retirer selon les circonstances ou les convenances, mais une réalité constitutive de son identité même, un don d’une immense portée à accueillir avec joie et à garder avec application et force, au prix de la vie elle-même ». Le Pape a retracé les différentes étapes du dialogue entre les deux Églises, notamment la Déclaration commune signée en 2001 par Jean-Paul II et Karékine II.

Après son passage au Palais présidentiel, le Pape est retourné au Saint-Siège d’Etchmiadzine pour une nouvelle rencontre avec le Catholicos Karékine II et les 45 évêques de l’Eglise apostolique arménienne.

Le Pape au Palais présidentiel arménien

Le Pape François a rencontré les autorités politiques, le corps diplomatique, la société civile et culturelle arménienne lors d’une réception organisée en son honneur au palais présidentiel le 24 juin. Dans un discours, le Saint-Père a fait part de sa « grande joie » de pouvoir se trouver en Arménie, de fouler le sol de « cette terre arménienne si chère », de rendre visite à un « peuple aux traditions antiques et riches, qui a témoigné avec courage de sa foi, qui a beaucoup souffert, mais qui est parvenu à toujours renaître ». Un an après la célèbre messe du 12 avril où il avait utilisé le terme de « génocide », le Pape l’a répété, parlant d’une « tragédie », d’un « génocide », dont a été victime le peuple arménien, qui a été rendu possible par « d’aberrantes motivations raciales, idéologiques ou religieuses, qui ont enténébré l’esprit des bourreaux au point qu’ils se sont fixé le dessein d’anéantir des peuples entiers ». Le Saint-Père a rendu hommage à tout le peuple arménien, et à sa fidélité à « la Croix », « même dans les moments les plus tragiques de son histoire ». « Cela révèle combien sont profondes les racines de la foi chrétienne et quel infini trésor de consolation et d’espérance elle contient », a souligné le Pape, appelant à tirer les leçons de ce passé marqué par « la haine, le préjugé et le désir effréné de domination ». Dénonçant « les projets de guerre, d’abus et de persécution violente » de ceux qui instrumentalisent le nom de Dieu, le Saint-Père a aussi insisté sur le sort des chrétiens aujourd’hui. Le Pape a encouragé l’Arménie « à ne pas priver la communauté internationale de sa précieuse contribution ». Il a par ailleurs exhorté les responsables politiques à rechercher toujours « la paix, la défense et l’accueil de ceux qui sont la cible d’agressions et de persécutions », à faire prévaloir le dialogue et la collaboration « en vue de construire un climat de confiance propice à la conclusion d’accords durables ».

Alors que l’Arménie fête cette année le 25ème anniversaire de son indépendance, le Pape a invité les autorités arméniennes à « garder en mémoire les objectifs atteints et à se proposer de nouveaux buts vers lesquels tendre ». « C’est un moment spécial, qui doit permettre de recueillir et coordonner les énergies, en vue de favoriser un développement civil et social du pays, équitable et inclusif », a-t-il dit.

Le président Sarkissian, quant à lui, a vivement remercié le Pape pour cette visite historique. Un voyage « très attendu dans notre pays » a-t-il dit, insistant sur l’admiration du peuple arménien pour le Pape, dévoué « aux idées humanitaires et aux valeurs universelles de l’amour, de la paix et de la bonté, et avec le souci constant pour les problèmes qui concernent les Arméniens ». Le Président Sarkissian a tenu à approuver la devise officielle de ce voyage apostolique du pontife (« visite à la première nation chrétienne ») et à saluer un voyage qualifié de « pèlerinage », ce qui atteste, selon lui, « du lien unique entre l’Église catholique romaine et l’Église apostolique arménienne ». Il a aussi vivement remercié le Pape pour avoir reconnu la vérité historique, tout en notant que « nous ne cherchons pas de coupables, nous ne professons pas d’accusations, nous souhaitons tout simplement que les choses soient appelées par leur nom, ce qui permettra aux deux peuples voisins, en reconnaissant le passé, de s’avancer, avec une conscience propre, vers une véritable réconciliation et un avenir prospère commun ». S’agissant du conflit du HK, le Chef de l’Etat arménien a noté qu’aujourd’hui, l’Arménie aspire toujours à la paix. « Nous préférons la négociation pacifique aux tirs. Nous sommes prêts à la cohabitation régionale pacifique, aussi dur que soit le chemin vers la paix ».

Les médias arméniens ont largement rendu compte des échos que le terme de « génocide » a suscités auprès des médias internationaux, ainsi qu’à Ankara. Un vice-PM turc a regretté les propos du Pape, qui reflète, selon lui, la « mentalité des croisés » de la papauté et du Pape.

En réponse aux propos du vice-PM turc, le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, a déclaré lors d’une conférence de presse à Erevan que « le Pape ne fait pas de croisades ». « Si l’on écoute le Pape, il n’y a rien (dans ses propos) qui évoque un esprit de croisade. Sa volonté est de construire des ponts au lieu de murs. Son intention réelle est de construire les fondations pour la paix et la réconciliation. François a prié pour la réconciliation de tous, n’a pas prononcé un mot contre le peuple turc. Le Pape ne fait pas de croisades, ne cherche pas à organiser de guerres », a déclaré le porte-parole. Il a par ailleurs indiqué que dans le texte initial du discours du Pape, le mot « génocide » n’était pas inscrit et que le Pape l’avait ajouté selon sa volonté propre.

Visite au mémorial du Génocide arménien

Au deuxième jour de son voyage en Arménie, le Pape s’est rendu au mémorial du Génocide arménien, accompagné du président Sarkissian et du Catholicos Karékine II. Le Pape a déposé une gerbe et s’est recueilli devant la flamme éternelle. Après avoir planté un sapin, il a signé le livre d’or en écrivant ces mots : « Ici je prie, avec de la douleur dans le cœur, pour que jamais plus il n’y ait de tragédie comme celle-ci, pour que l’humanité n’oublie pas et sache vaincre le mal, avec le bien. Que Dieu concède au bien-aimé peuple arménien et au monde entier paix et consolation. Que Dieu cultive la mémoire du peuple arménien. La mémoire ne doit pas être annihilée ni oubliée, la mémoire est source de paix et de futur ». Avant de quitter le mémorial, le Pape a rencontré une dizaine de descendants d’Arméniens rescapés du génocide, qui ont été protégés par le Vatican dans les années 1920, sous le pontificat du Pape Pie XI.

Messe catholique en plein air à Gumri

Le 25 juin, le Pape François a célébré une messe sur la place Vardanants de Gumri, deuxième ville de l’Arménie, devant plus de 20 000 personnes, dont la communauté catholique arménienne et des fidèles de l’église catholique venus des pays voisins. Le Pape François a commencé son homélie en évoquant le souvenir tragique du séisme de 1988, qui avait dévasté la ville de Gumri. Invitant les fidèles à se demander « ce que le Seigneur nous invite à construire aujourd’hui dans la vie », le Pape a proposé « trois fondements stables » : tout d’abord la « mémoire », la mémoire personnelle de notre relation avec Dieu, puis « la foi », qui ne doit pas être « enfermée dans les archives de l’histoire » et, troisième fondement, « l’amour miséricordieux ». Le catholicos Karékine II a assisté à la messe avec les évêques de l’Église apostolique. Autre signe fort d’œcuménisme : c’est ensemble que Karékine II et François ont béni la foule, en circulant en papamobile sur la place de Gumri après la messe.

Prière œcuménique pour la paix sur la place de la République d’Erevan

Le soir du 25 juin, le Pape François et le Catholicos de tous les Arméniens Karékine II ont célébré ensemble une prière œcuménique devant une foule de quelques dizaines de milliers de personnes sur la place de la République d’Erevan. Le Pape a félicité les liens croissants entre l’Église catholique romaine et l’Église apostolique arménienne, exprimant son espoir qu’elles – ainsi que d’autres Églises chrétiennes – parviennent un jour à s’unir. « Dirigeons nous vers une communion complète », a-t-il déclaré, en s’adressant à la foule. Le pontife a de nouveau évoqué « l’immense et insensé massacre » du peuple arménien dans l’Empire Ottoman. Le Pape a invité les jeunes à ne pas être des notaires du statu quo, mais des promoteurs actifs d’une culture de la rencontre et de la réconciliation. Le Pape a souhaité que soit repris « le chemin de la réconciliation entre le peuple arménien et le peuple turc, et que la paix advienne aussi au Haut-Karabakh ».

Le Catholicos Karékine II, quant à lui, a fustigé la Turquie, en dénonçant le déni persistant d’Ankara concernant le génocide arménien et son « blocus illégal » imposé à l’Arménie, ainsi que l’Azerbaïdjan pour l’escalade du conflit du HK en avril dernier. Le Pape et le Catholicos ont terminé le service en arrosant une vigne plantée dans une représentation en bois de l’Arche de Noé, qui, selon la Bible, aurait échoué sur le Mont Ararat.

Divine Liturgie au Saint-Siège d’Etchmiadzine

Le 26 juin, le Pape François a participé à la Divine Liturgie selon le rite arménien en plein air au Saint-Siège d’Etchmiadzine. Dans son homélie, le Catholicos arménien a estimé que « la foi en Dieu est aujourd’hui contestée, remise en cause. Les âmes des hommes sont endurcies par les difficultés et les problèmes des uns, par la richesse et l’opulence des autres, en particulier lorsque ceux-ci vivent coupés de ceux qui sont affamés ou dans des difficultés et des souffrances. La foi est également remise en cause par des idéologies extrémistes, du fait de la haine de l’autre, du fait des égarements, des scandales et des intérêts personnels ». Et d’ajouter que « ces jours derniers, en compagnie de notre frère le Pape François, par nos visites et nos prières communes, nous avons une nouvelle fois prouvé que la Sainte Eglise du Christ est UNE par son œuvre d’évangélisation, par sa volonté de préserver la Création ».

Le Pape François, quant à lui, a souhaité que « l’Eglise Arménienne marche dans la paix et que la communion entre nous soit pleine ».

Déclaration conjointe

Le Pape François et le Catholicos Karékine II ont signé une déclaration commune le 26 juin, au Saint-Siège d’Etchmiadzine, à l’issue d’une rencontre du Pape avec les délégués et bienfaiteurs de l’Eglise apostolique arménienne. Le préambule du texte fait état des « relations chaleureuses et fraternelles » existantes entre l’Eglise catholique romaine et l’Eglise arménienne apostolique. Cette proximité n’a cessé de se renforcer depuis la visite du Pape Jean-Paul II en 2001 et la messe solennelle célébrée le 12 juin 2015, en la Basilique St Pierre, à la mémoire des victimes du génocide arménien.

Dans cette nouvelle déclaration commune, le Pape François et le Catholicos Karékine II reviennent sur l’immense tragédie qui se déroule aujourd’hui sous nos yeux, lorsque d’innombrables personnes innocentes sont tuées, déportées ou contraintes de choisir un exil douloureux et incertain, en raison des conflits ethniques, politiques et religieux au Moyen-Orient et dans d’autres parties du monde. La persécution des minorités religieuses, souligne le texte, est devenue une réalité quotidienne, et touche toutes les Eglises. « Nous implorons les chefs des nations, à écouter la requête de millions d’êtres humains, qui attendent avec angoisse l’avènement de la paix et de la justice dans le monde, qui demandent le respect de leurs droits, qui ont un besoin urgent de pain, et non d’armes ».

Le Pape et le Catholicos déplorent en outre la « présentation de la religion et de ses valeurs » sous un prisme fondamentaliste vecteur de haine, de discrimination et de violence. Ils ont dit espérer une solution pacifique au conflit du HK.

Le chef de l’Eglise catholique et celui de l’Eglise arménienne apostolique s’inquiètent par ailleurs de la sécularisation des sociétés, laquelle tend à rejeter tout ce qui se rapporte au divin ou au spirituel, ainsi que la crise que traversent les familles dans de nombreux pays.

Les fidèles des deux églises sont appelés à « travailler en harmonie afin de promouvoir les valeurs chrétiennes ».

Visite du Pape au monastère de Khor Virap

Le pape François a achevé sa visite de trois jours en Arménie par un geste symbolique de paix. Avec le Catholicos Karékine II, ils ont lâché chacun une colombe depuis le monastère de Khor Virap, lieu symbolique pour le christianisme arménien, vers le Mont Ararat et vers la frontière arméno-turque fermée.

De retour au Vatican, le pontife a écrit sur Tweeter avoir été heureux d’effectuer ce voyage en Arménie et a remercié pour le chaleureux accueil qui lui a été réservé.

Il est à noter qu’à l’occasion de la visite du Pape, la poste arménienne HayPost a émis une série de timbres. La Banque centrale d’Arménie, quant à elle, a émis une pièce de monnaie commémorative dédiée à cette visite.

Alors que la presse écrite ne paraît pas le lundi en Arménie, les quotidiens de samedi estiment que le Pape a amené avec lui de l’amour, de l’espoir, de la sagesse, de la tolérance et un message de paix, ainsi qu’un exemple de vie modeste. Plusieurs quotidiens remarquent qu’en Arménie, le Pape a voyagé à bord d’une voiture modeste de marque Renault, « à côté de laquelle la luxueuse Mercedes du Catholicos arménien sautait aux yeux ». L’éditorial d’Aravot observe que la visite du Pape a rendu évident le fait qu’en Arménie, « il y a une demande d’avoir un chef spirituel modeste, qui se promène à bord d’un Renault, qui ne laisse pas les gardes du corps chasser la foule rassemblée près de sa voiture, qui voyage en classe économe et qui parle bas, sans pathos, bref un chef spirituel comme le Pape François ».

Extrait de la revue de presse de l’Ambassade de France en Arménie en date du 27 juin 2016

mardi 28 juin 2016,
 http://armenews.com
Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Follow COMBONIANUM – Formazione e Missione on WordPress.com

Categorie

Traduci – Translate

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: