COMBONIANUM – Formazione Permanente

UNO SGUARDO MISSIONARIO SUL MONDO E LA CHIESA Missionari Comboniani – Formazione Permanente – Comboni Missionaries – Ongoing Formation

FP.fr 9/2017 Avent, dans l’attente de la naissance!

Attente et naissance

– Adrienne von Speyr –

Née à la Chaux-de-Fonds (Suisse). Fille d’un médecin protestant. Médecin elle-même, mariée, mère de famille, elle se convertit au catholicisme en 1940, suite à sa rencontre avec le père Hans Urs von Balthasar. Avec la collaboration de ce dernier —pendant vingt-sept ans— elle fonde un institut séculier et publie une œuvre théologique considérable (environ soixante volumes) d’une grande richesse spirituelle et biblique. Elle meurt à Bâle en 1967.

st-lucia-festival-of-lights.jpg

Le oui total de la Vierge a été le sein spirituel de l’Enfant. Et ce n’est qu’après ce oui que son corps aussi est devenu sein fécond. Dès l’instant où l’ange lui a parlé, son attente change. Elle passe de l’attente de l’Ancienne Alliance à l’attente de la Nouvelle. Jusque-là elle guettait l’avènement de la plénitude promise; maintenant, ce qu’elle espère, la promesse, en elle est déjà accomplie.

Quand elle a prononcé son oui, elle représentait l’humanité vis-à-vis de Dieu : en donnant son consentement à la Rédemption, elle en devenait par là une de ses conditions, comme le consentement d’une mère ordinaire et de son sein est la condition pour concevoir un enfant. L’alliance conclue autrefois par Dieu avec l’humanité en Abraham et Moïse s’achève par l’incarnation du Fils; et le oui de la Mère est l’ultime condition permettant sa réalisation. La créature prépare la venue de Dieu, lui cède la place. Mais en faisant cela, en se préparant à être le vase de l’incarnation, Marie accomplit le dessein formé et déterminé d’avance dans le Fils, de faire d’elle sa Mère. Elle ne fait rien de négatif, elle ne cède pas simplement la place, elle embrasse dans la foi la fécondité infinie que Dieu lui a réservée quand il a décidé l’incarnation de la grâce dans le Fils.

L’avènement de la grâce signifie que la liberté de l’homme et sa dépendance vis-à-vis de Dieu ne sont plus régies désormais par la loi mais sont fondées dans la fécondité efficace de la Rédemption même. Dans le oui de la Mère, le fiat de l’Ancienne Alliance est racheté en vue de la Rédemption du Fils; ainsi par elle il devient un fiat co-rédempteur et faisant partie intégrale du plan et de la réalité de la Rédemption, il reçoit par-delà tout ce qui a précédé la force infinie qui caractérise la Nouvelle Alliance.

Quand Marie dit oui à une personne, à Joseph par exemple, elle le fait comme personne privée et la force de son oui est limitée. Mais quand elle le dit à Dieu, au moment où celui-ci décide l’incarnation de la grâce en elle, c’est cette grâce même qui fait éclater ce oui en des dimensions correspondant à la manifestation de Dieu. Ce n’est plus un oui privé, mais un oui catholique. Il devient le berceau de toute la chrétienté. Marie parle au nom de tous ceux qui doivent participer à la Rédemption. Et dès maintenant, la règle de la contemplation chrétienne sera que la réponse à Dieu de l’âme qui prie, devra toujours se faire au nom de tous ceux que concerne la mission en question, qui lui sont liés de quelque manière.

Ainsi, le oui de la Mère devient aussi condition de l’Eucharistie : le partage infini du Christ en particules innombrables est un mystère de représentation : son amour est livré, son sang répandu pour la Rédemption de la multitude. Et parmi les voix de ceux qui reçoivent le Fils, le Père tient toujours à entendre aussi celle de tous ceux qui devraient le recevoir. Et la Mère par son oui accomplit l’acte préparatoire à la Rédemption de la multitude. Et parce que ce oui de Marie est intégré dans l’oeuvre de la grâce rédemptrice, il a déjà un caractère néotestamentaire, c’est-à-dire un caractère de représentation intérieure, un caractère social, eucharistique. Marie résume ainsi toute l’attente de l’Ancienne Alliance et la transporte à cette nouvelle forme de l’attente correspondant à la présence de Dieu dans le Nouveau Tabernacle.

Dès l’instant où elle a dit oui, la Mère attend une promesse qui s’est déjà accomplie. La plénitude est déjà en elle, le Verbe de Dieu grandit en elle et son attente modèle à présent cette croissance et croît avec elle. Ce n’est plus sa propre attente qui s’accomplit, son attente naît maintenant de l’accomplissement, en devient fonction. Son attente jaillit de l’accomplissement en elle de la promesse : l’attente du Fils déjà présent en elle, le mystère de l’Avent que la Mère transmettra comme tout le reste à l’Église comme un état permanent. Aussi cette attente est-elle d’abord spirituelle, et ensuite seulement physique; mais ce rapport en elle entre l’esprit et le corps ne met pas en question la réalisation de sa grossesse.

Elle n’a pas vu l’Esprit qui, comme représentant du Père, l’a couverte de son ombre. Elle n’a vu que l’ange qui lui a promis Dieu pour fils. Ainsi elle ne peut s’imaginer ce que sera l’Enfant qu’elle attend. Elle ne peut le comparer en pensée à son père comme une mère a coutume de le faire. Elle ne peut pas regarder Joseph pour s’habituer à ce caractère de son futur Enfant. Personne n’a jamais vu le Père de son Enfant. Elle sait seulement que ce qu’elle sait du Père s’accomplira dans son Fils, et cela de façon infiniment plus parfaite que ce qu’elle, sa Mère, peut s’imaginer et attendre. La présence de son Fils en elle force son attente à s’ouvrir absolument dans l’infini.

En disant : « Qu’il me soit fait selon ta parole », elle n’a pas seulement accepté l’Enfant mais consenti à tout ce que l’attente fait d’elle et tout ce qui arrivera après la naissance du Fils. « Qu’il me soit fait selon ta parole » signifie qu’elle se met comme femme à la disposition du Verbe actif et créateur de Dieu en elle. Ainsi elle est comme amenée à la contemplation de la grossesse et de l’attente, après que son action personnelle s’est épuisée dans son oui, ce oui qui lui-même était le fruit de sa continuelle contemplation. Car c’est cela qui a été la préparation à son mariage avec Joseph. Durant cette époque, la fiancée de Joseph ne s’est pas occupée de regarder son fiancé, mais Dieu. Toute sa préparation au mariage a consisté à s’abandonner à la volonté divine. Et  cette volonté de Dieu, elle peut maintenant l’attendre en elle comme le fruit vivant de son oui.

Dans cette attente de la naissance, la Mère s’épanouit en même temps que son Fils, mais toute cette attente est comme l’attente anticipée de la Croix. L’Esprit de l’Avent est comme une anticipation de l’Esprit du Carême et de la Passion. Le centre de gravité de l’Avent ne se trouve pas en lui-même, mais dans le temps qui précède Pâques. En se rendant si totalement disponible dans l’attente du Fils, la Mère apprend déjà à se rendre disponible à la Croix à venir. De même elle sait que Noël est consommé à Pâques, que c’est presque davantage une fête de la promesse qu’une fête de l’accomplissement

Son amour pour l’Enfant croît avec lui ; et ce n’est pas que son amour humain, maternel, qui grandit : c’est aussi l’amour du Seigneur en elle, qui la rend toujours plus apte à aimer, et augmente ainsi le mérite qu’elle retire de la vie du Fils, parce que la semence et le noyau de tout mérite chrétien résident dans l’amour. Et à mesure que croissent son amour et son mérite, non seulement ils s’amoncellent en elle, mais ils prennent encore toute la profusion et la surabondance que leur donne le Fils, profusion et surabondance que la Mère laisse prospérer en elle et qui seront offertes à l’Eglise.

Une mère met tout avec surabondance à la disposition de son enfant, lui fait une sorte de crédit illimité. Et une mère a tant d’amour maternel que même l’enfant le plus aimant ne peut le lui rendre — en tout cas pas durant le temps de la grossesse. Cette surabondance, elle la tient en réserve pour lui, pour les bons et les mauvais jours à venir. La Mère du Seigneur connaît aussi ce mystère. Mais même de celui-ci la grâce de son Fils a déjà disposé. De sorte que la Mère réserve cette surabondance non seulement à son Enfant, par pur amour maternel, mais pour tous les plans, tous les projets et tous les intérêts de l’Enfant, non seulement à la mesure de leur extension universelle mais aussi conformément à leur profondeur divine, surnaturelle. La surabondance d’amour de la Mère qui attend l’Enfant se répand déjà secrètement sur l’Église et le monde entier.

Cette attente est donc une préparation à la souffrance. Rien tout d’abord n’est encore visible de la Passion. Seules apparaissent les épreuves que doit « endurer » toute grossesse. La conception par l’Esprit était déjà une épreuve ; celle-ci s’accroît durant l’attente de la naissance, pour être dépassée encore par la naissance elle-même. Et ce qu’elle endure passivement en se laissant faire devient une préparation immédiate au chemin de la Croix. Dans ce crescendo qui va de simples épreuves de la Passion concrète, il n’y a pas seulement un renforcement de la passivité mais aussi de l’activité. Car il est exigé de la Mère une disponibilité toujours plus grande, une conformité toujours croissante. Elle n’endure pas seulement la souffrance, elle l’embrasse de toute son âme, elle l’approuve, elle y coopère comme un cadeau que Dieu fait à son âme. Elle l’accueille comme si elle n’avait jamais attendu autre chose, comme si ce cadeau était le comble de ses désirs.

L’accueil actif de la souffrance s’intensifie à la mesure de son abandon passif. Dès le moment où elle attend l’Enfant, elle est prête à donner aux hommes son Fils ; et on se sert sans cesse de sa disponibilité. Elle le donne déjà constamment pendant qu’elle l’attend. II n’y a pas dans sa vie un moment de pure attente qui serait suivi ensuite du pur état de la mère qui a accouché pour faire place finalement à ce bout de chemin allant à la Croix. Bien au contraire, la Mère donne le Fils sans interruption au monde et au Père, à quelque moment de sa vie qu’elle se trouve. Elle se veut tellement dans la main du Père, du Fils et de l’Esprit que même au temps où elle le forme et l’abrite en elle, elle ne considère jamais son Fils comme sa propriété, qu’elle se sait uniquement au service d’une mission qui la dépasse de loin.

C’est pourquoi on ne peut pas dire non plus que dans sa mission il y a quelque part un arrêt, un moment de repos, de détente, une interruption. Elle ne peut jamais déposer cette mission, comme on dépose un fardeau trop lourd, pour se reprendre un peu. Elle fait tellement un avec sa mission qu’elle ne trouve de repos qu’en elle, c’est-à-dire à l’intérieur de l’exigence divine. Tout ce qu’elle reçoit elle doit aussitôt l’utiliser dans le sens de sa mission, et donc le transmettre à Dieu et au monde. Chaque fois qu’elle discerne quelque chose et le comprend, ce discernement est fait de telle manière qu’il est revendiqué par Dieu. Non seulement pendant la Passion, mais de tout temps, aussi longtemps qu’elle a eu le Fils, elle a vécu dans cet état de « reddition » du Fils. Toutes ses expériences ne sont pas purement temporelles, déterminées seulement par le déroulement de sa vie dans le monde. Elles participent mystérieusement à la temporalité surnaturelle des expériences du Fils.

Cette exigence continuelle de devoir abandonner le Fils la met ainsi constamment dans la situation du donneur. En tant que Mère dans le monde, déjà, elle sait que Dieu donne les enfants pour les reprendre plus tard. Mais comme Mère du Fils éternel, elle apprend comment le Père éternel lui prend éternellement ce Fils qu’il lui donne éternellement. Et en acceptant à son tour d’elle le Fils, il lui prodigue en même temps sa présence toujours plus grande : la présence du Dieu trinitaire. A la place d’une intimité humaine avec ce Fils qui va naître, il la fait participer à l’intimité infinie du Père et du Fils, à laquelle il l’initie en tant que Mère de son Fils.

Tout amour appelé à durer doit consentir à cette dilatation du subjectif dans l’objectif. Une fiancée, une épouse humaine doit aussi se laisser de bonne grâce initier aux intérêts de son mari et comprendre que partager ses pensées personnelles est une voie pour mieux le connaître et l’aimer. C’est là qu’elle doit le trouver et chercher à le trouver, et non exclusivement dans leurs rapports conjugaux. Or c’est ainsi que Marie est entraînée, par-delà son intimité personnelle avec l’Enfant, dans les profondeurs des mystères entre le Père et le Fils. Il lui est par là donné en partage l’indifférence parfaite et c’est véritablement de ce qui appartient au Père et au Fils qu’elle peut seulement vivre encore. Plus jamais elle ne cherchera quelque chose pour elle-même, une chose qu’elle pourrait avoir et obtenir en propre du Fils ; elle devient si indifférente à elle-même qu’elle veut uniquement ce qui lui est donné. Son initiation progressive à la relation du Père et du Fils n’est rien que l’exacte réponse à sa propre offrande : « Qu’il me soit fait selon ta parole ». parce que cette offrande elle-même émane déjà de l’amour actif de cette relation entre le Père et le Fils. Dieu exauce son renoncement à elle-même en le prenant au sérieux.

En Marie se résume tout espoir du monde. La Rédemption est promise à l’humanité ; son Sauveur est déjà présent, caché en son sein. Mais est-ce qu’un être humain pourra enfanter le Fils de Dieu ? Est-ce que l’attente du monde va suffire pour porter à son terme la promesse de Dieu ? Ce n’est pas que la foi de Marie aurait fait défaut. Mais sa foi pendant son attente doit participer à l’obscurité de la foi du Fils sur la Croix, lui qui, en assumant ce mystère de sa Mère, enfantera dans la déréliction totale et la nuit de l’esprit le monde nouveau et la Rédemption. Les deux mystères, celui de l’Avent et celui de la Croix, se comprennent mutuellement. Dans son Avent, la Mère participe par avance aux douleurs spirituelles de l’enfantement de son Fils, en y assumant son rôle féminin de co-rédemptrice.

Ainsi, elle vit l’Avent dans le crépuscule séparant l’Ancienne Alliance de la Nouvelle. Dans l’Ancienne Alliance, un enfant servait à la famille, à la tribu, et les soins que la femme donnait à l’enfant étaient un service rendu à sa communauté. Enceinte, le souci de la femme était de pouvoir mettre au monde un enfant qui soit utile à sa tribu, à sa race. Mais pour le Fils de Marie, la tribu de l’Ancienne Alliance s’élargit à l’Église et au monde. Et le service de Marie est un service qu’elle rend au monde. Sera-t-elle à la hauteur de ce service ? Comment cette angoissante question pouvait-elle ne pas s’élever dans son cœur ? Elle aurait pu ne pas sentir cette crainte. Elle aurait été libre de rester dans l’état radieux où la mettait son oui, car elle n’avait pas à subir la punition d’Eve. Mais elle laisse Dieu transformer son oui en service à l’Enfant. Le oui lui-même avait été grand, large, aisé. L’ange médiateur entre Dieu et elle était l’expression de la splendeur de ce oui. Mais maintenant l’ange a disparu et le oui ne resplendit plus. Dieu s’en sert dans le sens de la Rédemption du Fils. Il est soumis à l’austérité d’un service effacé, ordonné à la Croix que le Fils porte en représentation de l’humanité.

Mais de même que la semence qui a été déposée en elle par l’Esprit Saint a pénétré de manière spirituelle son sein maternel, le fruit mûr, le Fils, lui non plus ne quittera pas son sein de façon naturelle. Pas plus que la conception, la naissance du Fils ne va violer sa virginité. Le mystère de l’Avent qui s’intensifie à l’approche de la naissance ne se transforme pourtant pas en douleurs pendant et après la naissance ; car le Fils quitte son sein de manière aussi spirituelle qu’il y est entré, comme, plus tard, il entrera et sortira à travers les portes closes de la salle de la Cène et de l’Église. Sans doute l’attente de Marie, qui récapitule tous les espoirs angoissés et douloureux du monde, peut-elle s’intensifier comme la grande vigile qui prépare la Nativité, mais à la naissance elle-même, elle va se transformer en pleine Joie de la Noël où la Mère peut non seulement accueillir l’Enfant comme le don parfait du Père, mais même coopérer, dans la joie suprême, à son enfantement. Ce que Marie, sous le voile de la foi ne pouvait qu’attendre pendant la grossesse avec assiduité et patience lui est donné maintenant avec une joie qui dépasse infiniment toute attente, cela parce qu’aussi elle reconnaît à présent combien féconde sa propre foi est devenue pour Dieu lui-même. Ce qu’elle met au monde à Noël n’est pas seulement le fruit de son sein ; c’est aussi le don que, de la plénitude de sa fécondité virginale, elle offre à Dieu et aux hommes, dans la reconnaissance débordant de son âme et de son corps.

Ni l’angoisse de l’attente ni la joie de la naissance ne portent atteinte à son intégrité. Celle-ci reste au contraire constamment la condition de possibilité même de ces souffrances autant que de cette joie. Seulement, par cette intégrité, elle échappe à la malédiction du péché originel et obtient ce qui avait été promis à Eve au Paradis mais perdu par sa faute : l’union de la virginité et de la fécondité. Pour Marie, la virginité n’a de sens que pour autant qu’elle garantisse une plus grande fécondité pour Dieu : c’est à lui qu’elle remet son intégrité pour qu’il la façonne à son bon plaisir. Et Dieu se sert de son abandon pour en faire une fécondité surabondante et surnaturelle. C’est un don réciproque : la virginité immuable de Marie est un don que lui fait son Fils et qu’elle lui rend pour permettre à l’Esprit de la couvrir de son ombre et laisser s’accomplir la grossesse, mais que le Fils lui restitue avec reconnaissance, pour la posséder aussi pendant sa maternité comme l’Epouse éternellement vierge.

Et Marie .peut faire rayonner quelque chose de ce privilège sur d’autres femmes. Il y a des femmes qui ont mis au monde des enfants, peut-être même beaucoup, et qui pourtant ont gardé l’esprit vierge. Elles ont choisi le mariage et rempli fidèlement leurs devoirs conjugaux. Mais arrivées à l’âge où elles ne peuvent plus avoir d’enfants, elles retrouvent l’essence virginale de leurs années de virginité. Peut-être leur mari n’a-t-il plus besoin d’elles, peut-être les époux se sont-ils mis d’accord ou peut-être Dieu leur a-t-il donné l’esprit de renoncement Ce qui les anime là, c’est certainement une grâce mariale. Comme si celle qui a toujours été Vierge en même temps que Mère pouvait gratifier d’une sorte de retour à la virginité, non pas physique mais spirituelle. Ce qu’il y avait dans le mariage est comme voilé dans l’oubli et ce voile est un voile de grâce.

Que Dieu donne les enfants pour les reprendre, Marie ne le sait pas seulement d’un savoir humain, mais bien plus encore par sa connaissance du Fils dans la foi. Car son Fils est celui qui vient du Père et retourne au Père. Elle n’a été investie de sa maternité que pour pouvoir donner au Père ce Fils comme un Fils fait homme. Mais elle le donne à Dieu tout en respectant sa volonté qui est de s’abandonner au monde. Ainsi à Noël, elle le donne à la fois au monde et au Père. Elle le donne au monde crée par Dieu pour qu’il puisse être sauvé et elle le donne au Père pour qu’il sauve le monde. Dans un tel acte, elle accomplit une double mission : elle fait don de son Fils unique à Dieu et au monde : au monde qui réclame à grands cris la Rédemption, et à Dieu qui aspire à son retour. Elle se tient au foyer de ce double appel à la Rédemption, celui de Dieu et celui du monde.

L’attente qui était une plénitude cachée devient à la naissance de Fils une plénitude manifeste. La promesse a pris forme dans l’apparition du Dieu incarné. La mère qui l’a mis au monde et le serre dans ses bras porte l’Enfant que son corps a formé, mais elle porte aussi son Dieu en qui elle croit, ce Dieu qui a façonné et lui a donné toute sa foi. Ainsi sait-elle aussi qu’à l’avenir elle devra vivre davantage pour la foi que pour l’Enfant, pour Dieu que pour le Fils, et que, devenue la Mère du Fils unique, elle doit devenir la Mère de tous.

Dans la conception il n’y avait rien de sensible; il n’y avait que la foi. Maintenant elle serre l’Enfant dans ses bras. C’est déjà là un développement prodigieux du petit grain de moutarde de la foi. Mais bien plus important sera le progrès qu’il faut encore attendre ; le pas qui mène de la crèche à la Croix, de l’Enfant à l’humanité. Cette ouverture est aussi pour Marie le véritable mystère de la Nativité.

Et de même que la Mère est devenue féconde pour recevoir le Fils, elle devient désormais féconde en lui pour devenir la Mère de tous. Ainsi dorénavant il y aura une double fécondité : celle du Fils dans la Mère et celle de la Mère dans le Fils.

http://www.spiritualite2000.com

vedi testo: FP 2005-12 Attente et Naissance

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 03/12/2017 da in Article mensuel, Foi et Spiritualité, FRANÇAIS con tag .

San Daniele Comboni (1831-1881)

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 1.373 follower

Follow COMBONIANUM – Formazione Permanente on WordPress.com
dicembre: 2017
L M M G V S D
« Nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

  • 151,584 visite

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d'autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all'immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Tag

Aborto Advent Advento Adviento Africa Afrique Alegria Ambiente America Amor Amore Amoris laetitia Anthony Bloom Arabia Saudita Arte Arte cristiana Arte sacra Asia Bibi Ateismo Avent Avvento Bellezza Benedetto XVI Bibbia Bible Biblia Boko Haram Book of Genesis Bruno Forte Cardinal Newman Carême Chiamate in attesa Chiesa China Chrétiens persécutés Church Cibo Cina Cinema Colombia Confessione Contemplazione Cristianesimo Cristiani perseguitati Cristianos perseguidos Cuaresma Cuba Cultura Curia romana Daesh Dialogo Dialogo Interreligioso Dialogue Dio Diritti umani Domenica del Tempo ordinario (A) Domenica del Tempo Ordinario (C) Domenica Tempo ordinario (C) Donna Ecologia Economia Ecumenismo Enciclica Enzo Bianchi Epifania Estados Unidos Eucaristia Europa Evangelizzazione Fame Famiglia Famille Family Família Fede Fondamentalismo France Gabrielle Bossis Genesi Gianfranco Ravasi Giovani Giovedì Santo Giubileo Gregory of Narek Guerra Guglielmo di Saint-Thierry Gênesis Henri Nouwen Iglesia India Iraq ISIS Islam Italia Jacob José Tolentino Mendonça Kenya La bisaccia del mendicante La Cuaresma con Maurice Zundel La Madonna nell’arte La preghiera giorno dopo giorno Laudato si' Le Carême avec Maurice Zundel Lectio Lectio della Domenica - A Lectio Divina Lent LENT with Gregory of Narek Le prediche di Spoleto Libia Libro del Génesis Libro dell'esodo Libro della Genesi Litany of Loreto Litany of Mary Livre de la Genèse Livro do Gênesis Madonna Magnificat Maria Martin Lutero martiri Matrimonio Maurice Zundel Medio Oriente Messico Migranti Misericordia Mission Missione Morte México Natale Nigeria Noël October Oração Pace Padre nostro Padri del Deserto Paix Pakistan Papa Francesco Papa Francisco Pape François Paraguay Paul VI Paz Pedofilia Perdono Persecuted Christians Persecution of Christians Persecuzione anti-cristiani Persecuzione dei cristiani Pittura Pobres Pobreza Politica Pope Francis Poveri Povertà Prayers Preghiera Profughi Quaresima Quaresima con i Padri del Deserto Quaresma Quaresma com Henri Nouwen Raniero Cantalamessa Rifugiati Rosary Sacramento della Misericordia Santità Scienza Sconfinamenti della Missione Settimana del Tempo Ordinario Silvano Fausti Simone Weil Sinodo Siria Solidarietà Spiritualità Stati Uniti Sud Sudan Synod Terrorismo Terrorismo islamico Testimoni Testimonianza Thomas Merton Tolentino Mendonça Turchia Uganda Vatican Vaticano Venerdì Santo Viaggio apostolico Violenza Virgin Mary Von Balthasar

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: