COMBONIANUM – Formazione Permanente

UNO SGUARDO MISSIONARIO SUL MONDO E LA CHIESA Missionari Comboniani – Formazione Permanente – Comboni Missionaries – Ongoing Formation

Zundel: Joseph, le Géant du silence

LE GEANT DU SILENCE
Maurice Zundel

San Giuseppe9Ceux qui s’adressent à lui, comme au Père nourricier, pour lui confier leurs affaires temporelles, oublient un peu trop, parfois, de quel Pain lui-même se nourrissait. Il semblait ne penser à rien, prodigieusement abstrait et insensible. Plongé dans une adoration éperdue, il contemplait: “les mystères de clameur qui s’accomplissaient dans le silence de Dieu!”

Combien de fois l’ai-je regardé, quand l’ombre envahissait l’église, et que la lueur d’un cierge faisait flotter un nimbe de douceur autour de sa statue, adossée au pilier du transept! Il avait son lys dans les mains, il tenait les yeux baissés, il était couvert de poussière. Il y avait pourtant dans ce plâtre, tant de morne indifférence, et une si prodigieuse absence de mouvement, qu’il en devenait saisissant. Comme quelqu’un qui est là, et qui n’y est pas… Comme un aveugle vous regarde avec des yeux morts… Comme quelqu’un qui garde un formidable secret. “Joseph, ne crains pas de prendre Marie pour ton Epouse.” C’est à cela peut-être qu’il songe. Ah! mon Dieu, quel moment!

Nous imaginons aisément la rencontre de Dante et de Béatrice, mais pouvons-nous nous représenter la rencontre de Joseph et de Marie, et la qualité de leur Amour? L’Homme qui put faire ce qu’il fit, dut être capable d’une tendresse sans exemple.

Il y avait dans son coeur des abîmes, que cette lumière pouvait seule combler. Au premier contact, il fut pris tout entier – mais en même temps, il fut étreint par la plus affreuse angoisse : Mon Dieu, que s’était-il donc passé? Elle portait dans son regard la Virginité de son coeur. Il ne demanda rien: les mots étaient trop faibles pour exprimer sa Douleur et son Respect. Celui qui a mis la main sur ce trésor, mon Dieu, qu’il en ait la garde! Il Résolut ainsi de s’effacer devant le Père de l’Enfant.

« Comme il était juste, et qu’il ne voulait point la diffamer, il décida de la renvoyer en secret. » Et il s’endormit dans l’accablement du Sacrifice, où son Amour venait de s’immoler, avec une délicatesse héroïque, qui laisse soupçonner à la fois, tout ce qu’il donnait, et tout ce qu’il perdait.

Au coeur de la nuit, l’Ange le toucha : Joseph, fils de David – c’est vrai qu’il était fils de Roi, le pauvre Homme et qu’il allait recevoir un peu plus qu’un royaume – ne crains pas – une immense allégresse déjà remplissait son coeur – de prendre Marie – l’Ange s’incline à ce nom devant la plénitude de grâces dont il est le symbole, et le prononce avec tant de douceur et tant de révérence que Joseph en éprouve une admirable ivresse – pour ton Epouse – Dieu te la donne. Et l’Homme ne peut point séparer ce que Dieu a uni. Car ce qui est né en Elle est l’oeuvre du Saint-Esprit. Elle enfantera un Fils, et on lui donnera le nom de Jésus. C’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. Ainsi, l’enfant, ce sera le Messie, et cette Femme: c’est la Vierge que contempla dans sa vision le prophète Isaïe? Ainsi les temps sont accomplis, et le Vieux Testament s’achève dans la petite maison, où, pour la première fois, ils viennent d’entrer ensemble?

Voir le Sauveur, et puis mourir, c’était assez pour remplir la longue vie d’un Siméon – mais lui servir de Père dans le coeur du plus saint des Juifs, quel écho devait éveiller cet appel : Mon coeur est prêt, Seigneur, mon coeur est prêt; Je chanterai sur la harpe, je chanterai dans la gloire.

Comme Elle est belle à ses yeux, maintenant, et comme son Amour est immense. La Joie monte en lui comme un flot lumineux. Mais aussi, dans le même temps, une douleur inconnue qui n’en pourra plus être séparée – pas plus que de la Passion de Jésus, la vision béatifique. Je sais maintenant de quel Règne il s’agit, et que dans tous ses chemins, la Croix marchera devant lui.

Quand il s’éveilla, une invisible couronne d’épines ceignait son front. Il s’abîma dans le Mystère, et désormais son regard fut tourné au dedans. Les apparences n’avaient pas changé: l’évidence physique restait la même. La Foi seule le guidait: Il crut qu’Elle était Vierge, il crut que l’Enfant était le Messie, et que son vrai Père était Dieu – car, bien sûr, c’était des choses qui ne se laissaient pas voir avec les yeux de la chair. II crut, mais il ne vit point. Il n’était d’ailleurs pas curieux de voir: il n’était occupé qu’à entendre la Parole qui lui était dite au-dedans:

« Lève-toi, prends l’Enfant et sa Mère, et fuis en Egypte. » Alors il se leva, et il partit. Il revint de même sur l’ordre de Dieu, bouleversant ses plans au premier signe, ne demandant jamais à comprendre: n’étant qu’un cri d’adhésion silencieuse à la Sagesse qui le menait.

Il s’établit à Nazareth: l’Enfant grandissait. Et il y eut ce voyage à Jérusalem. “Enfant, pourquoi nous avoir fait cela: voici que ton père et moi, tout affligés, nous te cherchions.” C’est Elle qui parle et qui rend témoignage à sa douleur – et qui dit aussi si doucement: ton père. Lui, pourtant mesure l’écart de lui à Elle, et d’Elle à l’Enfant. Et il adore, et il vénère, et il prie silencieusement. “Et ils ne comprirent pas la parole qu’il leur dit.”

Ils retournèrent à Nazareth et ils reprirent leur travail. Vie cachée dont l’histoire n’a rien pu fixer. Une grandeur trop réelle pour avoir besoin d’un cadre qui la relève: aucun événement qui se puisse noter.

Quand Jésus eut atteint l’âge d’Homme, et qu’il fut à même d’assurer l’indépendance de sa Mère, Joseph mourut. On peut supposer qu’il était jeune encore, pour autant qu’une telle vie tombe sous la prise du temps. Ce fut son suprême: Domine non dignus. Le fruit était mûr, et il s’offrait à son Maître. La contemplation qui n’avait cessé de croître en lui, avait consumé sa chair: il n’était plus qu’une âme. Alors il passa au séjour des âmes.

Jésus n’avait encore fait aucun miracle, ni propagé aucune doctrine. Tout ce qu’il put pressentir de Sa grandeur, il le connut par la Foi. Il crut invinciblement que le salut viendrait par Lui. Comment et en quel temps, il ne s’en enquit point. Tout son rôle était d’obéir, et de dire: “me voici’ à son Maître qui l’appelait.

Aussi bien le titre de Juste, prend-il, quand il s’applique à lui, des dimensions colossales. Il a vraiment faim et soif de Justice: la Grandeur de Dieu le transperce et il connaît trop le peu qu’il offre, pour en distraire une seule parcelle. C’est la source de son recueillement, et le mobile de son effacement: Il se tait parce qu’il habite au-dessus du discours.

Ceux qui s’adressent à lui, comme au Père nourricier, pour lui confier leurs affaires temporelles, oublient un peu trop, parfois, de quel Pain lui-même se nourrissait. Il semblait ne penser à rien, prodigieusement abstrait et insensible. Plongé dans une adoration éperdue, il contemplait: “les mystères de clameur qui s’accomplissaient dans le silence de Dieu!”

Maurice Zundel
“LES CAUSERIES” – n ° 3 – Mars 1927 (Recueil littéraire mensuel Fribourg)


Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

w

Connessione a %s...

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 18/03/2018 da in Foi et Spiritualité, FRANÇAIS con tag , .

San Daniele Comboni (1831-1881)

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 1.601 follower

Follow COMBONIANUM – Formazione Permanente on WordPress.com

  • 187,911 visite

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d'autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all'immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Tag

Advento Africa Afrique Amore Anthony Bloom Arabia Saudita Arte sacra Bibbia Bible Biblia Boko Haram Book of Genesis Cardinal Newman Carême Chiamate in attesa Chiesa China Chrétiens persécutés Cina Contemplazione Cristianos perseguidos Cuaresma Curia romana Daesh Dal rigattiere di parole Dialogo Diritti umani Economia Enzo Bianchi Eucaristia Europa Famiglia Family Família Fede France Gabrielle Bossis Genesi Gianfranco Ravasi Giovani Giubileo Gregory of Narek Guerra Guglielmo di Saint-Thierry Gênesis Henri Nouwen Iglesia India Iraq ISIS Islam Italia Jacob José Tolentino Mendonça Kenya La bisaccia del mendicante La Cuaresma con Maurice Zundel La preghiera giorno dopo giorno Laudato si' Le Carême avec Maurice Zundel Lectio Lent LENT with Gregory of Narek Libro del Génesis Magnificat Martin Lutero martiri Matrimonio Maurice Zundel Migranti Misericordia Missione Natal Natale Natale (C) Nigeria Noël P. Cantalamessa Pace Padri del Deserto Pakistan Paolo VI Papa Francesco Papa Francisco Pape François Paz Pedofilia Perdono Persecuted Christians Persecution of Christians Persecuzione dei cristiani Pittura Pope Francis Poveri Povertà Prayers Profughi Quaresima (C) Quaresima con i Padri del Deserto Quaresma Quaresma com Henri Nouwen Raniero Cantalamessa Rifugiati Sconfinamenti della Missione Silvano Fausti Simone Weil Sinodo Siria Sud Sudan Terrorismo Terrorismo islamico Testimonianza Thomas Merton Tolentino Mendonça Turchia Uganda Vatican Vaticano Venerdì Santo Virgin Mary

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: