COMBONIANUM – Formazione Permanente

UNO SGUARDO MISSIONARIO SUL MONDO E LA CHIESA Missionari Comboniani – Formazione Permanente – Comboni Missionaries – Ongoing Formation

Méditation du dimanche des Rameaux (B)

Dimanche des Rameaux (B)
Mc 14,1-15,47

Dimanche des Rameaux_Lorenzetti

À quoi bon ce gaspillage?
Par Armand Veilleux

À chacune des trois années du cycle liturgique, nous lisons l’Évangile de la Passion selon un des trois Évangiles synoptiques. Cette année c’est Marc qui nous conduit depuis le repas de Jésus à Béthanie, jusqu’au Calvaire, en passant par Gethsémani, la Cène, le procès et le crucifiement. Il serait inutile et erroné d’essayer de reconstituer le détail des événements en complétant un Évangile par l’autre. Chacun doit être considéré en lui-même, parce que chaque Évangéliste nous livre un message qui lui est propre et nous le livre dans le choix qu’il fait des événements et dans sa façon de les interpréter. Marc est à la fois très soucieux des détails historiques concrets et très attentif aux gestes symboliques.

Dans cette brève homélie je voudrais concentrer notre attention sur un de ces gestes symboliques. Celui de la sépulture de Jésus mentionnée au début et à la fin du récit. Il n’y a pas de geste plus gratuit que le soin porté au corps d’une personne après sa mort. Il s’agit d’un geste à la fois de respect et d’amour – d’amour tout à fait désintéressé, car il n’y a plus rien à attendre en retour ici-bas.

Le récit de Marc s’ouvre par un repas à Béthanie. Béthanie est le lieu où habitaient les amis intimes de Jésus: Marthe, Marie et Lazare. Mais cette fois-ci Jésus est invité à manger non pas par eux mais par un autre de ses amis une certain Simon le lépreux, qui n’est pas mentionné ailleurs dans l’Évangile. La femme qui oint la tête de Jésus n’est pas nommée. Elle ne prononce pas un mot. Seul son geste parle; et il parle si fort que Jésus proclame: “partout où la Bonne Nouvelle sera proclamée dans le monde entier, on racontera, en mémoire d’elle, ce qu’elle vient de faire” – utilisant la même expression qu’il utilisera à la Cène en disant de répéter la fraction du pain “en mémoire de moi”.

Le geste de la femme est un pur gaspillage, comme le disent les témoins, et ce que Jésus ne nie pas. Elle vient avec un parfum de haute qualité et de grande valeur, et elle l’apporte dans un vase d’albâtre. Non seulement elle verse le parfum mais brise le vase dans lequel il est contenu. Geste excessif et de folle gratuité que seul l’amour peut expliquer et justifier.

À quoi bon ce gaspillage? disent ceux qui ont un peu plus de sens pratique. A quoi bon être chrétien? À quoi bon prier? À quoi bon jeûner. Ça sert à quoi d’être moine? À quoi sert la messe dominicale? Ceux qui sont tourmentés par les hauts et les bas de leurs actions en bourse se posent sans cesse ce genre de question. A quoi bon? Pourquoi ce gaspillage?

Ce gaspillage ne sert à rien mais il a une signification profonde. En brisant son vase d’albâtre et en laissant couler l’huile parfumée sur la tête de Jésus, à la façon dont les prophètes de l’Ancien Testament instituaient les rois, cette femme reconnaît Jésus comme le Messie. Jésus donne lui-même à ce geste un sens ultérieur. Il a déjà donné sa vie et ce geste est déjà sa sépulture. En effet, à la fin de l’Évangile, après la mise au tombeau de Jésus, Marc mentionne laconiquement la présence de Marie-Madeleine et de l’autre Marie, la mère de José, qui regardent l’endroit où on a mis le corps. Elle reviendront le matin de Pâques avec leurs aromates; mais elle ne pourront pas embaumer le corps de Jésus car il ne sera plus là. Ce geste de la femme à Béthanie est donc, à proprement parler, l’ensevelissement de Jésus, avant même sa mort. Et ce geste de gratuité est mis en opposition aussi bien à celui de Judas, qui livrera Jésus pour de l’argent qu’à tous les calculs politiques des chefs du peuple ainsi que d’Hérode et de Pilate.

Puisse l’exemple de cette femme nous apprendre à poser de ces gestes fous de désappropriation, qui ne servent à rien, mais dont la force symbolique transforme ceux qui les posent aussi bien que ceux qui en sont l’objet.

 

Et lui s’est laissé faire
Par Jacques Marcotte, o.p.

Avec simplicité et ferveur nous avons porté des rameaux pour acclamer Jésus, pour célébrer l’annonce de sa victoire prochaine. Notre geste était beau et touchant, déjà triomphal, plein de joie et d’espérance.

Mais tout de suite après ce moment d’euphorie et de liesse, c’était la tristesse et le choc brutal de la souffrance et de la mort. Parce qu’il a choisi d’aimer jusqu’au bout, de donner sa vie, de glorifier le Père par sa fidélité, Jésus s’est laissé faire par ceux qui injustement le torturaient, le jugeaient et le condamnaient.

Son parcours de douleur nous révèle un Jésus impressionnant d’endurance et de courage; il nous fait voir du même coup notre comportement et nos manières dans ce qu’elles ont de plus choquants, de plus injustes. La Passion du Seigneur fait écho à tous ces malheurs dont nous faisons l’expérience : la trahison, l’abandon, la violence, la jalousie, le rejet, les sévices de toutes sortes.

En relisant ce récit nous retrouvons les empreintes du mal dans notre chair, la souffrance des hommes, des femmes et des enfants de partout sur la terre.

En méditant sur les épreuves du Christ et sur la façon dont il les traverse, nous apprenons comment il a épousé notre cause. Le Christ se révèle tellement proche de nous, tellement pareil à nous dans la souffrance. Et tellement différent aussi, par l’amour indéfectible qui l’anime, par l’absence de révolte, par sa profonde liberté.

Mais sachons-le bien : nos peines et nos douleurs nous font mystérieusement communier à son sort. Si nous souffrons avec lui, avec lui nous vivrons, si nous mourons avec lui, avec lui nous règnerons. Puissions-nous imiter son courage, sa force d’âme, sa paix intérieure, son amour inconditionnel, sa fidélité à la volonté du Père.

Puissions-nous, tout au long de cette semaine, apprendre comment vivre nos chemins de croix personnels et communautaires; puissions-nous en faire des chemins d’espérance, à cause du Christ qui est allé lui-même à l’extrême de ce qui nous arrive de difficile et qui en a fait le chemin du plus grand amour, un passage de confiance et d’abandon, vers le Père, une route pascale.

 http://www.spiritualite2000.com


 

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

w

Connessione a %s...

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 22/03/2018 da in Foi et Spiritualité, FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag , .

San Daniele Comboni (1831-1881)

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 1.562 follower

Follow COMBONIANUM – Formazione Permanente on WordPress.com

  • 200,037 visite

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d'autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all'immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Tag

1-2 Samuele Africa Afrique Ambiente Amore Anthony Bloom Arabia Saudita Arte sacra Bibbia Bible Biblia Boko Haram Book of Genesis Cardinal Newman Carême Chiamate in attesa Chiesa China Chrétiens persécutés Cibo Cina Contemplazione Cristianos perseguidos Cuaresma Curia romana Dal rigattiere di parole Dialogo Diritti umani Economia Enzo Bianchi Eucaristia Europa Famiglia Família Fede France Gabrielle Bossis Genesi Gianfranco Ravasi Giovani Giubileo Gregory of Narek Guerra Guglielmo di Saint-Thierry Gênesis Henri Nouwen Iglesia India Iraq ISIS Islam Jacob José Tolentino Mendonça Kenya La bisaccia del mendicante La Cuaresma con Maurice Zundel La preghiera giorno dopo giorno Laudato si' Le Carême avec Maurice Zundel Lectio Lent LENT with Gregory of Narek Libro del Génesis Magnificat Martin Lutero martiri Matrimonio Maurice Zundel Migranti Misericordia Mission Missione Natale Natale (C) Nigeria P. Cantalamessa Pace Padri del Deserto Pakistan Paolo VI Papa Francesco Papa Francisco Pape François Pedofilia Perdono Persecuted Christians Persecution of Christians Persecuzione dei cristiani Pittura Politica Pope Francis Poveri Povertà Prayers Profughi Quaresima (C) Quaresima con i Padri del Deserto Quaresma Quaresma com Henri Nouwen Raniero Cantalamessa RDC Regola di Vita Rifugiati Sconfinamenti della Missione Silvano Fausti Simone Weil Sinodo Siria Sud Sudan Terrorismo Terrorismo islamico Testimonianza Thomas Merton Tolentino Mendonça Turchia Uganda Vatican Vaticano Venerdì Santo Virgin Mary

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: