COMBONIANUM – Formazione e Missione

— Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA — Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa — Blog of MISSIONARY ONGOING FORMATION — A missionary look on the life of the world and the church

Les enfants rejoignent “volontairement” les groupes armés en RDC

RCA

Un ex-enfant soldat témoigne à Rutshuru, Nord-Kivu, RDC, le 6 septembre 2017. (VOA/Charly Kasereka)


La grande majorité des enfants qui rejoignent les groupes armés en République démocratique du Congo le font “volontairement” faute d’alternatives, a indiqué un rapport de l’ONG suédoise War Child publié à Kinshasa.

Depuis le départ de RDC de Joseph Kony (Armée de résistance du seigneur – LRA), fin 2012, on assiste de moins en moins, à des recrutements forcés d’enfants par des groupes armés, a déclaré lors de la présentation de ce rapport, le professeur Bavon Mupenda, consultant indépendant ayant participé à son élaboration.

Joseph Kony est le chef insaisissable de la rébellion ougandaise LRA. Il s’est forgé une effroyable réputation à force d’enlèvements d’enfants et de mutilations de civils à grande échelle.

“Le recrutement des enfants, même s’il n’est pas contraint, semble toutefois naître moins d’un désir que d’un choix fait au sein d’un ensemble limité d’options socio-économiques”, selon le rapport.

Il s’agit d’une intégration “volontaire” considérée comme “un dernier choix” qui s’offre à ces enfants, a expliqué Alexandre Becquevort, directeur national de War Child en RDC, une organisation qui défend les droits des enfants pris dans les conflits.

Parmi les “facteurs d’incitation”, le rapport cite la pauvreté, le chômage, la faim, le tribalisme, la recherche d’un refuge pour échapper aux arrestations, les mauvais traitements au sein du foyer, par la police et par d’autres groupes armés ou le désir de vengeance.

Intitulé, “Enfants tiraillés: recrues +volontaires+ dans les groupes armés en République démocratique du Congo”, ce rapport concerne les seules provinces du Nord et Sud-Kivu, déchirées par les conflits armés depuis plus de vingt ans. Plus de 70 groupes armés actifs y ont été recensés en décembre 2017, selon le rapport.

Difficile reconversion des anciens enfants soldats
au Sud-Kivu – RDC

RDC1

Ex-enfants soldats apprenant la mécanique avec la fondation Solidarité des hommes à Bukavu, en RDC, le 14 octobre 2016. (VOA/Ernest Muhero)

Dans l’est de la RDC, la réinsertion sociale de milliers d’enfants sortis des milices et forces armées, obligés de se droguer et forcés à tuer, reste l’un des défis majeurs après les ravages des conflits armés.

À Bukavu, des organisations non gouvernementales soutenues par l’Unicef tentent d’aider ces victimes des conflits à devenir des adultes utiles à la société.

Les guerres et les nombreux conflits armés en RDC ont créé, depuis 1996, une catégorie d’enfants incorporés de force au sein des milices et forces armées pendant les différentes guerres et rebellions.

Ces enfants vident le rang de l’armée régulière mais sont encore identifiés dans des milices et groupes armés, 20 ans après, selon le Lieutenant-colonel Floribert Mufungizi, commandant du service d’éducation civique patriotique et d’action social au sein de l’armée au Sud-Kivu.

“Une fois que l’enfant est confirmé mineur, sans condition, nous le prenons pour commencer son insertion”, explique-t-il.

Le Bureau pour le volontariat au service de l’enfance et de la santé (BVES) estime que 50 000 ex-enfants soldats ont été démobilisés et réinsérés dans la communauté ces quinze dernières années.

Un ex-enfant soldat de 14 ans, encadré depuis 2015 au BVES, explique le calvaire qu’il a traversé, après avoir été incorporé de force à 11 ans dans une milice en territoire de Shabunda.

“Ils m’ont attrapé alors que je chassais près de mon village. On m’a donné une ‘potion magique’ et j’ai intégré le groupe armé, car sinon ils m’auraient tué. On a fait des choses pas correctes”, témoigne le jeune garçon.

Il explique qu’il souhaite apprendre un métier, “qui sait ? Peut-être, je serai un enseignant ou un médecin dans mon village”.

Ces mineurs sont privés de leur enfance. Pour l’ONG, la mission première est de les reconstruire et leur redonner goût à la vie.

“La plupart des enfants reviennent d’une situation très sauvage. On commence avec des programmes d’aides sociales. On emmène les filles dans des locaux médicaux, 100% d’entres elles étaient des esclaves sexuelles”, confie Murhabazi Namegabe, membre du BVES, parlant d’un travail extrêmement complexe.

Dans le centre d’apprentissage, Ephrem Mukungu, ex-enfant soldat, est devenu mécanicien. En 2011, il a été embrigadé de force à 15 ans dans une milice armée en territoire de Walungu. Il a réussi à s’échapper et a été récupéré par la fondation Solidarité des hommes.

“Je vis de mieux en mieux car la peur commence à partir”, témoigne-t-il, “et j’espère que pourra Solidarité des hommes sortir d’autres enfants de cela car ce n’est pas une vie”.

Reportage Ernest Muhero, à Bukavu
https://www.voaafrique.com

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 16/06/2018 da in Actualité, Société, Culture, FRANÇAIS con tag , , .

San Daniele Comboni (1831-1881)

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 418 follower

Follow COMBONIANUM – Formazione e Missione on WordPress.com
giugno: 2018
L M M G V S D
« Mag   Lug »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

  • 221.398 visite

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d'autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all'immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: