COMBONIANUM – Formazione Permanente

UNO SGUARDO MISSIONARIO SUL MONDO E LA CHIESA Missionari Comboniani – Formazione Permanente – Comboni Missionaries – Ongoing Formation

Méditation du XIV Dimanche du Temps Ordinaire (B)

14ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année B
Marc 6,1-6 


Mk 6.jpg

L’inquiétante proximité de Dieu
Marcel Domergue

Les étrangers chez lesquels Jésus vient de libérer un homme d’une légion de mauvais esprits l’ont prié de partir de chez eux. De retour dans son pays, il sera rejeté aussi par son propre peuple. Annonce de ce qui se produira plus tard, quand les païens, représentés par Pilate, et les juifs, représentés par le Sanhédrin, se mettront d’accord pour l’éliminer. Ne prenons pas cela pour de l’histoire ancienne : sous des formes différentes se produisent en notre temps de semblables réflexes de rejet. Même dans l’Église : nous sommes toujours tentés de momifier le message évangélique en l’enveloppant dans un bandage de théologie. Bref, Jésus provoque toujours un réflexe de défense, né d’une forme subtile de peur, la peur d’être amenés à nous mettre en question, à sortir de nous-mêmes pour nous mettre vraiment à sa suite. Ses concitoyens sont « stupéfaits » et « choqués ». Pourquoi ? Sans doute parce qu’ils acceptent volontiers que Dieu se tienne là-haut, bien loin, inaccessible. Qu’il semble monter de leur terre, naître dans l’une de leurs familles, bien connue, voilà qui non seulement surprend mais inquiète. Nous avons tous à nous ouvrir à l’évidence de la proximité de Dieu. Une proximité active, qui s’adresse à chacun de nous sous forme d’un appel, l’appel du besoin d’amour de nos pères, mères, soeurs, frères et de tous ceux que nous rencontrons. Nous croyons bien les connaître ; en réalité, nous avons à nous ouvrir à leur mystère. Alors nous trouverons en eux la présence de Dieu.

Il se mit à enseigner 
Tout ce que fait le Christ nous aide à répondre à une question capitale : comment est Dieu ? Capitale, car pour nous, exister consiste à lui ressembler. Ici, nous voyons Jésus se déplacer vers les autres (sur l’une et l’autre rive) et leur parler. Le texte dit : « enseigner ». L’imiter en cela peut nous sembler bien prétentieux. Disons qu’enseigner signifie ici nous révéler nous-mêmes, faire savoir à ceux que nous rencontrons ce que nous sommes et ce que nous croyons, notre vérité.
Nous apprenons que Dieu est déplacement vers nous et communication de soi.
C’est pourquoi Jésus pourra dire en Jean 14,6 qu’il est la vérité. Vérité de Dieu, qui se révèle ainsi révélation de soi. Parole, donc. C’est pour cela qu’au commencement de tout, il y a le Verbe. Une parole qui est fécondité, qui fait exister ce qu’elle dit.
À partir de là, nous pouvons mieux comprendre le sens des guérisons effectuées par Jésus : elles nous disent que Dieu est ennemi de ce qui nous fait mal, de ce qui nous blesse. Non seulement sa Parole fait exister, mais elle fait aussi re-exister ce qui a été détruit : la Résurrection est symboliquement anticipée par les récits de ces guérisons « miraculeuses ». Se communiquant lui-même, c’est la vie que Dieu nous communique.
Voilà donc « comment est Dieu ». Mais n’imaginons pas qu’il n’y a rien à ajouter : Dieu est inépuisable et nous ne le voyons pas encore « tel qu’il est », ni Dieu ni le Christ (1 Jean 3,1-2).

L’impuissance de Dieu
Les compatriotes de Jésus sont choqués de voir en cet homme de chez eux la manifestation de la puissance divine et de l’amour qui nous fonde et nous guérit. Jésus est lui aussi choqué en constatant leur manque de foi. Comment peut-il être surpris ? Ne sait-il pas tout d’avance ? Eh bien non : nous le voyons apprendre, s’étonner, s’émouvoir. Dieu peut-il apprendre quelque chose de l’homme ? Certainement, ne serait-ce que ce mal et ce refus dont il n’a aucune expérience. Face à lui, nous sommes de vrais partenaires, et la notion d’Alliance nous dit déjà cela. Ici, nous voyons Jésus, visibilité du Dieu invisible, réduit à l’impuissance : « Il ne pouvait accomplir aucun miracle. » Comprenons que nous ne sommes auteurs de rien de valable : tout ce qui est bon en nous vient de Dieu, mais nous ne pouvons nous l’approprier que moyennant la foi, c’est-à-dire l’accueil confiant des dons qui nous sont faits et, à travers eux, du donateur lui-même. Et pourtant, après nous avoir dit que Jésus ne pouvait faire là aucun miracle, Marc ajoute qu’il guérit seulement quelques malades en leur imposant les mains. À partir de cela, nous pouvons soupçonner que la gratuité du don de Dieu dépasse même notre accueil dans la foi. Ne pas être reconnu comme « Fils de Dieu » n’empêche pas Jésus de guérir les hommes, même s’il est alors considéré comme un simple thérapeute.
Il s’en va et « parcourt les villages en enseignant ». « Enseigner » encadre notre récit (versets 2 et 6).
C’est bien pour cela qu’il était venu.

http://www.ndweb.org


 

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

w

Connessione a %s...

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 05/07/2018 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

San Daniele Comboni (1831-1881)

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 1.562 follower

Follow COMBONIANUM – Formazione Permanente on WordPress.com
luglio: 2018
L M M G V S D
« Giu    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

  • 199,972 visite

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d'autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all'immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Tag

1-2 Samuele Africa Afrique Ambiente Amore Anthony Bloom Arabia Saudita Arte sacra Bibbia Bible Biblia Boko Haram Book of Genesis Cardinal Newman Carême Chiamate in attesa Chiesa China Chrétiens persécutés Cibo Cina Contemplazione Cristianos perseguidos Cuaresma Curia romana Dal rigattiere di parole Dialogo Diritti umani Economia Enzo Bianchi Eucaristia Europa Famiglia Família Fede France Gabrielle Bossis Genesi Gianfranco Ravasi Giovani Giubileo Gregory of Narek Guerra Guglielmo di Saint-Thierry Gênesis Henri Nouwen Iglesia India Iraq ISIS Islam Jacob José Tolentino Mendonça Kenya La bisaccia del mendicante La Cuaresma con Maurice Zundel La preghiera giorno dopo giorno Laudato si' Le Carême avec Maurice Zundel Lectio Lent LENT with Gregory of Narek Libro del Génesis Magnificat Martin Lutero martiri Matrimonio Maurice Zundel Migranti Misericordia Mission Missione Natale Natale (C) Nigeria P. Cantalamessa Pace Padri del Deserto Pakistan Paolo VI Papa Francesco Papa Francisco Pape François Pedofilia Perdono Persecuted Christians Persecution of Christians Persecuzione dei cristiani Pittura Politica Pope Francis Poveri Povertà Prayers Profughi Quaresima (C) Quaresima con i Padri del Deserto Quaresma Quaresma com Henri Nouwen Raniero Cantalamessa RDC Regola di Vita Rifugiati Sconfinamenti della Missione Silvano Fausti Simone Weil Sinodo Siria Sud Sudan Terrorismo Terrorismo islamico Testimonianza Thomas Merton Tolentino Mendonça Turchia Uganda Vatican Vaticano Venerdì Santo Virgin Mary

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: