COMBONIANUM – Formazione e Missione

–– Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA –– Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa A missionary look on the life of the world and the church –– VIDA y MISIÓN – VIE et MISSION – VIDA e MISSÃO ––

3ème Dimanche de Carême (C)

Méditation pour le III Dimanche de Carême  – Année C
Luc 13,1-9


Conversion

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc, Lc 13, 1-9
Un jour, des gens vinrent rapporter à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer pendant qu’ils offraient un sacrifice.
Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ? Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous comme eux.
Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Eh bien non, je vous le dis ; et si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de la même manière.»
Jésus leur disait encore cette parabole : « Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas. Il dit alors à son vigneron : ‘Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. A quoi bon le laisser épuiser le sol ?’
Mais le vigneron lui répondit : ‘Seigneur, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.’ »

Dieu est innocent du mal que nous faisons
Le commentaire du P. Marcel Domergue, jésuite

Malgré le livre de Job et bien d’autres passages de la Bible, les Hébreux liaient facilement le malheur au péché. Il est rassurant, quand on est témoin d’une catastrophe, de pouvoir dire des victimes : « Ils ne l’ont pas volé ». L’image du Dieu punisseur n’a pas totalement disparu de nos mentalités, et l’on entend encore des parents dire à leur enfant coupable d’une sottise : « Le bon Dieu te punira ». Eh bien non ! Dieu ne punit pas, il ne provoque en aucune façon le mal qui nous afflige. Genèse 1 nous dit qu’à la fin de la création, « il vit que cela était bon ». Mais, toujours dans le même chapitre, nous lisons que cet univers est confié à l’homme pour qu’il le domine, le gère, l’humanise. Dieu ne pouvait-il pas l’humaniser d’entrée de jeu ? Non, car alors il n’aurait pas été à l’image et ressemblance de Dieu. Pour cela, il faut qu’il soit lui aussi créateur. Seulement voilà : toujours pour être image de Dieu, c’est librement que l’homme fait de bonnes choses ; nous ne pouvions être condamnés, forcés, à « faire le bien ». C’est Pilate, et non pas Dieu, qui a choisi le mal et la mort en faisant massacrer les Galiléens en train d’offrir un sacrifice. C’est son péché qui est à l’origine du drame, non celui des victimes. La volonté de Dieu est de faire vivre et non de faire mourir. Réfractaires à la vérité qui déclare que tout dans le monde est soumis à l’homme, certains se demandent pourquoi Dieu a « permis » cela. Dieu n’a rien permis du tout, ni rien interdit ; il a simplement prescrit l’amour par lequel nous parvenons à sa ressemblance. La justice de Dieu n’est pas ce que nous pensons. Pour nous justifier, il faudra qu’un juste donne sa vie et subisse ainsi le sort du coupable. Injustice excessive à laquelle le Fils, parfaite image du Père, souscrira : Dieu n’a pas voulu se ranger parmi nos meurtriers mais parmi leurs victimes.

L’homme en conflit

Il n’y a pas que les maux dont nous sommes responsables. Il y a aussi les tremblements de terre, les inondations, les accidents. De nos jours, on cherche toujours une défaillance humaine à la source des sinistres. Mais on se trouve souvent devant l’imprévisible et l’impossibilité de désigner des responsables. Alors, Dieu ? La Bible voit les choses autrement. Au chapitre 3 de la Genèse, Dieu constate que le péché de l’homme, sa volonté de décider par lui-même ce qui est bon et ce qui est mauvais, l’a mis dans un conflit multiforme : conflit entre l’homme et la femme (3,16) ; conflit entre l’homme et la nature (3,17-19) ; conflit entre l’homme et l’homme (4,9…). Ces diverses oppositions vont courir à travers toute la Bible, jusqu’au jour où le maître se placera, à la Croix, dans la situation de l’esclave. Alors Paul pourra écrire : Il n’y a plus (du point de vue du statut social) ni homme ni femme, ni esclave ni homme libre, ni juif ni païen… Il n’y a plus que le Christ qui est tout en tous. C’est qu’il y a un autre conflit, plus fondamental, que Genèse 3 symbolise par l’image de l’hostilité entre la descendance de la femme et le serpent, figure du mal. Cette descendance, c’est, à l’horizon, le Christ, le « Fils de l’homme ». Il se fera serpent (Jean 3,14) pour que le mal de l’homme soit crucifié.

L’injustice de Dieu

Mais que veut nous faire comprendre Jésus quand il dit : « Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de la même manière » ? Ne revenons-nous pas à l’idée d’une punition divine ? Pas du tout ! Nous convertir signifie : aller vers notre vérité d’hommes, nous humaniser. En dehors de cela, il n’y a pour nous que le néant. Ou nous sommes image et ressemblance de Dieu, ou nous ne sommes rien, promis à la mort. Seul l’amour, par lequel nous ressemblons à Dieu, peut nous faire franchir cette mort. C’est donc à l’amour que nous avons à nous convertir, cet amour qui nous fait surmonter les divisions et les conflits. C’est cet amour qui a conduit le Christ à se soumettre à la mort qui nous attend tous, solidaires que nous sommes, de diverses façons, du mal, l’anti-amour qui empoisonne le monde. Mais voilà, lui est le seul juste, le seul qui n’était pas promis à la mort. Le seul en accord avec la nature et avec ses semblables (c’est là un des sens des guérisons et autres « signes »).
Par lui, crucifié, nous sommes mis sous le régime de l’injustice de Dieu, cette injustice qui fait donner la même somme à l’ouvrier de la dernière heure qu’à celui qui est au travail depuis le matin. Selon la logique de la justice, nous devrions tous « périr de la même manière ». Mais, sur le chemin de notre mort, nous rencontrons le Christ crucifié. Il franchit la mort et, parce qu’il s’est fait solidaire de nous dans notre destin de pécheurs, nous sommes solidaires de lui dans sa résurrection. Du côté de l’homme, il est impossible d’entrer dans le royaume de Dieu. Mais ce qui est impossible à l’homme est possible à Dieu (Luc, 18,27). La patience du vigneron vis-à-vis du sarment stérile est inépuisable.

https://www.ndweb.org

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 21/03/2019 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

  • 303.238 visite
Follow COMBONIANUM – Formazione e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 586 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: