COMBONIANUM – Formazione e Missione

–– Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA –– Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa A missionary look on the life of the world and the church –– VIDA y MISIÓN – VIE et MISSION – VIDA e MISSÃO ––

4ème Dimanche de Carême (C)

Méditation pour le IV Dimanche de Carême  – Année C
Luc 15,11-32


Demarche-spirituelle-pour-petit-groupe-792x1024

Un troisième fils
Pape François

Dans le chapitre 15 de l’Évangile de Luc, nous trouvons les trois paraboles de la miséricorde : celle de la brebis retrouvée (vv. 4-7), celle de la monnaie retrouvée (vv. 8-10), et la grande parabole du fils prodigue, ou mieux, du père miséricordieux (vv. 11-32). Aujourd’hui, il serait beau que chacun de nous prenne l’Évangile, ce chapitre 15 de l’Evangile selon Luc, et lise les trois paraboles. Au sein de l’itinéraire quadragésimal, l’Évangile nous présente précisément cette dernière parabole du père miséricordieux, qui a comme protagoniste un père avec ses deux fils. Le récit nous fait comprendre certains traits de caractère de ce père : c’est un homme toujours prêt à pardonner et qui espère contre toute espérance. Ce qui frappe avant tout est sa tolérance face à la décision de son plus jeune fils de quitter le foyer : il aurait pu s’opposer, le sachant encore peu mûr, un jeune garçon, ou chercher un avocat pour ne pas lui donner l’héritage, étant encore vivant. Au contraire, il lui permet de partir, bien qu’en prévoyant les risques possibles. C’est ainsi que Dieu agit avec nous : il nous laisse libres, même de nous tromper, parce qu’en nous créant, il nous fait le grand don de la liberté. C’est à nous d’en faire bon usage. Ce don de la liberté que Dieu nous donne me surprend toujours !

Mais le détachement de ce fils n’est que physique ; le père le porte toujours dans son cœur ; il attend son retour confiant ; il scrute la route dans l’espoir de le voir. Et un jour, il le voit apparaître au loin (cf. v. 20). Mais cela signifie que ce père, chaque jour, montait sur la terrasse pour voir si son fils revenait ! Alors il s’émeut en le voyant, il court à sa rencontre, le serre dans ses bras, l’embrasse. Combien de tendresse ! Et ce fils en avait fait des bêtises ! Mais le père l’accueille ainsi.

Le père réserve la même attitude également au fils aîné, qui est toujours resté à la maison, et à présent est indigné et proteste parce qu’il ne comprend pas et ne partage pas toute cette bonté envers son frère qui avait commis des erreurs. Le père va à la rencontre de ce fils et lui rappelle qu’ils ont toujours été ensemble, qu’ils ont tout en commun (v. 31), mais il faut accueillir avec joie le frère qui qui est enfin rentré à la maison. Et cela me fait penser à une chose : lorsqu’on se sent pécheur, on se sent vraiment peu de choses ou, comme je l’ai entendu dire par certaines personnes — beaucoup de personnes — : « Père, je me sens sale ! », alors, le moment est venu d’aller vers le Père. En revanche, lorsque l’on se sent juste — « J’ai toujours fait les choses correctement… » —, le Père vient également nous chercher, parce que cette attitude de se sentir juste est une mauvaise attitude : c’est l’orgueil ! Cela vient du diable. Le père attend ceux qui se reconnaissent pécheurs et va chercher ceux qui se sentent justes. C’est ainsi qu’est notre Père !

Dans cette parabole, on peut entrevoir également un troisième fils. Un troisième fils ? Où cela ? Il est caché ! C’est celui qui « ne retient pas jalousement le rang qui l’égalait [au Père], mais il s’anéantit lui-même, prenant condition d’esclave » (Ph 2, 6-7). Ce fils-esclave, c’est Jésus ! Il est l’extension des bras et du cœur du Père : c’est Lui qui a accueilli le prodigue et a lavé ses pieds sales ; c’est Lui qui a préparé le banquet pour la fête du pardon. C’est Lui, Jésus, qui nous enseigne à être « miséricordieux comme le Père ».

La figure du père de la parabole dévoile le cœur de Dieu. Il est le Père miséricordieux qui, en Jésus, nous aime au-delà de toute mesure, il attend toujours notre conversion chaque fois que nous nous trompons ; il attend notre retour quand nous nous éloignons de lui en pensant pouvoir nous passer de lui ; il est toujours prêt à nous ouvrir ses bras, quoi qu’il arrive. Comme le père de l’Évangile, Dieu continue lui aussi à nous considérer comme ses enfants lorsque nous nous sommes égarés, et il vient à notre rencontre avec tendresse quand nous revenons à Lui. Et il nous parle avec beaucoup de bonté quand nous croyons être justes. Les erreurs que nous commettons, même si elles sont grandes, n’affectent pas la fidélité de son amour. Dans le sacrement de la Réconciliation, nous pouvons toujours repartir à nouveau: Il nous accueille, il nous restitue la dignité de ses enfants et nous dit : « Va de l’avant! Sois en paix! Lève-toi, va de l’avant ! ».

En ce temps de Carême qui nous sépare encore de Pâques, nous sommes appelés à intensifier le chemin intérieur de conversion. Laissons-nous toucher par le regard plein d’amour de notre Père, et retournons à Lui de tout notre cœur, en rejetant tout compromis avec le péché. Que la Vierge Marie nous accompagne jusqu’au baiser régénérant avec la Divine Miséricorde.

Angelus, 6 mars 2016

La paternité de Dieu
Maurice Zundel

Retraite avec Maurice Zundel, 4ème jour, 4ème rencontre.

« Il faut voir toute l’Histoire sous l’aspect d’une tragédie divine où le mal est d’abord le mal de Dieu, où Dieu souffre en toute ago­nie, en toute maladie, en tout désespoir, en toute solitude, en tou­te mort, où Il est le premier frappé parce que le mal finalement est d’abord une blessure faite à Son Amour.

C’est par là que toute l’histoire s’éclaire, c’est par là que s’affirme de la façon la plus profonde et la plus délicate la pater­nité de Dieu, le chef-d’oeuvre de la paternité en effet étant déjà dans les rapports humains le respect de l’autonomie.

Jamais un père n’est davantage père que lorsqu’il est à genoux devant la conscience de son enfant et qu’il veut la laisser mûrir dans une entière liberté et qu’il ne l’appelle au Bien que par le rayonnement de sa présence aimante et droite : à l’infini Dieu est ce Père qui nous remet à l’arbitre de notre propre liberté et nous livre Sa Vie comme le trésor que nous avons à garder car le Bien, c’est précisément Sa Vie au coeur de la nôtre. Rien ne peut nous stimuler davantage que cette vision !

Il ne s’agit pas pour nous de nous assujettir à des commandements et de nous soumettre à une Loi mais bien plutôt de prendre soin de cette Vie Divine qui est confiée à notre amour, qui peut constamment s’affirmer à travers nous, et qui malheureusement aussi peut continuellement être défigurée par nos comportements. Mais la pensée qu’il s’agit de Quelqu’un, et que Dieu nous a fait ce crédit, ne peut que réveil­ler notre générosité et, lorsque nous prenons conscience qu’il en est ainsi, que c’est vraiment Dieu qui est remis entre nos mains et confié à notre amour, il est impossible que nous n’arrivions pas à resurgir dans un élan de véritable amour.

Tout cela d’ailleurs, nous le devons à Jésus-Christ : c’est dans la Vie de Jésus-Christ sinon dans Sa Parole, c’est dans la tragédie qu’il a vécue et qu’il vit depuis le commencement du monde jusqu’à sa fin, que nous apprenons finalement à reconnaître le vrai visage de Dieu.. »

Retraite au Mont des Cats, décembre 1971, début de la 5ème conférence.

Le mal maintenant ne peut plus être ressenti comme un problème ou une question parfaitement insolubles, mais seulement comme une invitation permanente à la compassion : on souffre avec Dieu des blessures de l’homme que le mal peut tuer, et on souffre avec l’homme parce que Dieu est blessé et va jusqu’à mourir du mal, mais cette souffrance n’est plus un poids, bien au contraire, elle allège le poids de la vie et de la misère humaine pourtant plus sensiblement ressentie dans cette compassion.

– Relire ici la parabole du Père infiniment aimant en Luc, 15, 11-32.

Ce Père infiniment aimant qui a sinon livré sa vie, du moins remis à son fils qui le lui demande, son bien …. et celui-là le gas­pille … Et ce gaspillage dans l’absence, l’éloignement et la dé­bauche va révéler l’infinité de l’amour du Père à tel point que lors­que l’absence aura pris fin à la suite d’une décision courageuse du prodigue, une nouvelle joie devra régner dans la maison du père, parfaite et partagée par tous.

Et l’infinie bonté du père va se révéler davantage encore dans son comportement avec le fils aîné qui se fâche, refuse même d’entrer dans la salie des réjouissances ! et son père le supplie d’entrer (15, 28). Aucun reproche devant cette dureté de coeur et cette jalousie qui l’ont mené jusqu’à la colère. Au contraire une parole merveilleuse : Pour toi, tout ce qui est à moi est à toi !

« Jamais père n’est davantage père que lorsqu’il est à genoux devant la conscience de son enfant. »

Ce père qu’on peut voir à genoux devant la conscience du cadet revenu à la vie, d’abord bourrelé de remords (« Père, j’ai péché contre Toi .. verset 18) mais ensuite couvert de baisers par son père qui se jette à son cou !

Peut-on imaginer comment ces deux fils ont vécu par la suite dans la maison de leur père? Leur comportement que l’on peut supposer peut modeler le nôtre.

La tragédie divine que constitue toute l’histoire des hommes est racontée ici : l’humanité est à la fois ce fils perdu et retrouvé, mort et maintenant vivant ET ce fils aîné, fidèle mais au coeur dur qui refuse de reconnaître l’amour, et qui lui aussi hérite de la bonté du père de façon magnifique, et tout se termine dans la joie des retrouvailles. L’un et l’autre ont fait souffrir le père, infiniment si son amour est infini, et l’un et l’autre fina­lement se réjouissent ensemble avec le Père clans Sa maison.

On peut penser aussi que les pécheurs auxquels Jésus fait bon accueil, et les pharisiens qui Le rejettent, sont racontés dans cette parabole, ces pharisiens qui pourtant étaient d’honnêtes gens respectés de tous ! Ce sont pourtant eux, des hommes éminemment religieux, qui ont condamnés Jésus ! Une telle dérive ne reste-t-elle pas toujours possible à nous autres, hommes d’Eglise, respectés encore beaucoup dans le monde contemporain?

http://www.mauricezundel.com

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 27/03/2019 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .
Follow COMBONIANUM – Formazione e Missione on WordPress.com

Categorie

Traduci – Translate

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: