COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

–– Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA –– Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa A missionary look on the life of the world and the church –– VIDA y MISIÓN – VIE et MISSION – VIDA e MISSÃO ––

25ème Dimanche du Temps Ordinaire (C)

25ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année C
Luc 16,1-13


25C


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens.
Il le convoqua et lui dit : “Qu’est-ce que j’apprends à ton sujet ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car tu ne peux plus être mon gérant.”
Le gérant se dit en lui-même : “Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gestion ? Travailler la terre ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte.
Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, des gens m’accueillent chez eux.”
Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : “Combien dois-tu à mon maître ?”
Il répondit : “Cent barils d’huile.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.”
Puis il demanda à un autre : “Et toi, combien dois-tu ?” Il répondit : “Cent sacs de blé.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu, écris quatre-vingts.”
Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté ; en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière.
Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.
Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande.
Si donc vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ?
Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ?
Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. »


Le choix de Dieu

Pourquoi l’argent est-il qualifié de malhonnête ? Pour celui des exploiteurs. Pour la réussite d’une vie, les paroles de Jésus posent le problème essentiel, celui de la construction d’une unité intérieure chez un être humain, chez tout être inévitablement affronté à ses divisions.

En arrière-fond, le double commandement de l’amour : la relation à Dieu passe par la relation à l’autre dans l’altérité, c’est-à-dire dans la reconnaissance de sa différence.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Chaque individu est engagé dans une terrible bataille avec ses pulsions qui le divisent en l’entraînant dans mille et une directions. Il doit y mettre des limites, renoncer à certaines ou les déplacer (la sublimation), s’il veut se construire en tant que sujet, auteur de sa vie, et devenir lui-même, exister par lui-même, autrement dit devenir « quelqu’un ». Mais lui arrive-t-il un jour de n’être plus soumis comme un esclave à ses pulsions qui l’empêche d’entrer dans une vraie relation à l’autre, son prochain ?

Il y a bien sûr une première étape dans la vie, l’enfance, qui permet par le biais de l’éducation des parents dans le cadre d’une culture d’intégrer des valeurs, des interdits, et de bâtir des « digues » face aux premières pulsions anarchiques et perverses. L’enfant n’est pas un ange ! Mais il y a ensuite la seconde étape, l’âge adulte, pendant laquelle c’est l’individu lui-même qui doit s’imposer des limites et poursuivre sa construction, son individualité, comme un artiste accomplit une œuvre. Dans cette bataille se joue le développement (psychique) de sa personne ou, malheureusement sa destruction. Elle suppose qu’il fasse en permanence des choix impliquant sa liberté. Une bataille avec lui-même et ses propres démons le rendant si fragile, mais constituant le chemin même de sa liberté pour devenir lui-même.

Jésus s’exprimait dans un contexte social et culturel où, selon le droit de succession ou le droit de propriété, il était possible d’appartenir à deux maîtres. Les rabbins, de leur côté, développaient l’idée que l’individu avait deux maîtres, l’un humain, l’autre divin. Dans ce contexte, la parole de Jésus est d’autant plus étonnante et surtout tranchante : un individu doit choisir, il ne peut avoir qu’un seul et même maître !

Jésus pointe très justement l’emprise de l’argent. Très vite, les premiers commentaires des Pères de l’Église comme Ambroise, l’évêque de Milan, associeront la sexualité à l’argent, l’argent fonctionnant d’ailleurs souvent comme substitut de la sexualité comme moyen d’assouvir une pulsion. Dans le raisonnement du Nazaréen, l’emprise de l’argent, lorsque celle-ci devient l’axe principal d’une vie, s’oppose à une relation « vraie » à l’autre. L’argent étant alors un outil pour dominer l’autre, dans le fantasme de toute-puissance, dans une volonté d’imposer sa loi à l’autre. Cet « autre » n’existe alors plus ; il est réduit à n’être qu’un objet de satisfaction.

Pour Jésus, le seul chemin pour trouver le bonheur de vivre dans une relation vraie à l’autre, c’est de choisir l’amour non de soi, mais de l’autre. Pas de soumission à cet autre, mais une mise à son « service » pour qu’il trouve son propre bonheur. C’est le choix qui unifie la personne.

Enfin, pour Jésus, c’est dans le choix d’une relation positive à l’autre que s’inscrit la relation à Dieu. L’une et l’autre ne font qu’une. Le « maître » n’est plus alors la pulsion qui, seule, est destructrice, mais le désir se transformant en un véritable amour passant par le don de sa vie à l’autre. L’acte du don est celui de la vraie liberté. Elle suppose l’accord de tout l’être qui entre dans la dynamique de la création.

L’intervention de Jésus ne se limite donc pas à l’énonciation d’une morale. Elle est un appel « à la vie », dans une unité intérieure tournée vers l’autre, qui ne peut se réaliser que dans un acte de foi en un Dieu « Père ». La coupure avec l’être pulsionnel tourné uniquement sur lui-même passe par un saut vers l’autre qui est déjà un acte d’amour, mais qui suppose une connaissance de Dieu, une rencontre qui lui révèle son amour infini et rend crédible Sa promesse, dans une confiance absolue. Seul l’amour de Dieu permet la transformation d’un être et sa « réalisation » (Soren Kierkegaard), le faisant passer de la servitude à la liberté d’aimer.

Daniel Duigou
https://croire.la-croix.com

ARGENT

La société contemporaine de Jesús était très différente de la nôtre. Seules les familles puissantes de Jérusalem et les grands propriétaires terriens de Tibériade pouvaient accumuler des pièces d’or et d’argent. Les paysans, eux, pouvaient à peine acquérir quelques pièces de monnaie, soit en bronze ou en cuivre et de peu de valeur. Ils étaient nombreux ceux qui vivaient sans argent, échangeant des produits dans un régime de pure subsistance.

C’est dans cette société-là que Jésus parle de l’argent avec une fréquence surprenante. Sans terres ni travail fixe, sa vie itinérante de prophète consacré à la cause de Dieu, lui permet d’en parler avec une liberté totale. D’autre part, son amour pour les pauvres et sa passion pour la justice de Dieu, le poussent à toujours défendre les laissés-pour-compte.

Il parle sur l’argent avec un langage très personnel. Il l’appelle spontanément «argent injuste» ou «richesses injustes». Il ne connaît pas, vraisemblablement, «de l’argent propre». La richesse de ces gens puissants est injuste parce qu’elle a été accumulée de manière injuste et parce qu’ils en jouissent sans la partager avec les pauvres et les affamés.

Que peuvent-ils faire ceux qui possèdent ces richesses injustes? Luc a conservé quelques paroles curieuses venant de Jésus. Même si la phrase peut paraître un peu obscure par sa concision, son contenu ne doit pas être oublié. «Je vous dis: faites-vous des amis avec l’argent injuste pour que le jour où il vous manquera, ils vous reçoivent dans les demeures éternelles».

Voici ce que Jesús veut dire aux riches: «Utilisez votre richesse injuste pour aider les pauvres; gagnez leur amitié en partageant vos biens avec eux. Ils deviendront vos amis et, lorsque, au moment de la mort, l’argent ne vous servira plus à rien, ils vous accueilleront dans la maison du Père». Autrement dit: la meilleure façon de «blanchir» l’argent injuste devant Dieu, c’est de le partager avec ses fils les plus pauvres.

Ses paroles ne furent pas bien accueillies. Luc nous dit que «certains pharisiens qui aimaient les richesses étaient en train de l’entendre parler de ces choses-là et ils se moquaient de lui». Ils ne comprennent pas le message de Jésus. Ils ne sont pas intéressés à l’entendre parler d’argent. La seule chose qui les préoccupe c’est de connaître et d’accomplir fidèlement la loi. Ils considèrent la richesse comme un signe indiquant que Dieu bénit leur vie.

Même si elle a été renforcée par une longue tradition biblique, cette vision de la richesse comme signe de bénédiction, n’est pas évangélique. Il faut le dire à haute voix car il y a des personnes riches qui pensent, d’une manière presque spontanée, que leur succès économique et leur prospérité sont le signe, le meilleur, de l’approbation de leur vie par Dieu.

Un disciple de Jésus ne peut faire n’importe quoi avec l’argent: il existe une façon de gagner de l’argent, de le dépenser et d’en jouir, qui est injuste, car elle oublie les plus pauvres.

José Antonio Pagola
Traducteur: Carlos Orduna

https://www.feadulta.com

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 19/09/2019 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

  • 341.851 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 749 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: