COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

–– Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA –– Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa A missionary look on the life of the world and the church –– VIDA y MISIÓN – VIE et MISSION – VIDA e MISSÃO ––

30ème Dimanche du Temps Ordinaire (C)

30ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année C
Luc 18,9-14


XXX-C


Références bibliques

  • Lecture du Livre de Ben Sirac le Sage. 35. 12 à 18 : Le Seigneur est un juge qui ne fait pas de différence entre les hommes.”
  • Psaume 33 : “Le Seigneur entend ceux qui l’appellent. »
  • Lecture de la seconde lettre à Timothée : 4. 6 à 18 : “Il m’a rempli de force pour que je puisse jusqu’au bout annoncer l’Evangile. »
  • Evangile selon saint Luc : 18. 9 à 14 : Mon Dieu, prend pitié du pécheur que je suis.”

En ce temps-là, à l’adresse de certains qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres, Jésus dit la parabole que voici :
« Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts).
Le pharisien se tenait debout et priait en lui-même : ‘Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes – ils sont voleurs, injustes, adultères –, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.’
Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : ‘Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis !’
Je vous le déclare : quand ce dernier redescendit dans sa maison, c’est lui qui était devenu un homme juste, plutôt que l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »


QUI SUIS-JE POUR JUGER?

a parabole du pharisien et du publicain éveille souvent chez de nombreux chrétiens un grand rejet envers le pharisien qui se présente devant Dieu arrogant et sûr de soi-même, et une sympathie spontanée envers le publicain qui reconnaît humblement son péché. Paradoxalement, le récit peut éveiller en nous ce sentiment: «Je te remercie, mon Dieu, car je ne suis pas comme ce pharisien».

Pour entendre correctement le message de la parabole, il faut tenir compte du fait que Jésus ne la raconte pas pour critiquer les secteurs pharisiens, mais pour secouer la conscience de «ceux qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient les autres». Nous sommes certainement nombreux, nous catholiques de notre époque, à nous trouver parmi eux.

La prière du pharisien révèle son attitude intérieure: «Oh mon Dieu! Je te remercie car je ne suis pas comme les autres hommes». Quel genre de prière est celle-ci où l’on se croit: meilleur que les autres? Même un pharisien, fidèle observant de la Loi, peut vivre dans une attitude pervertie. Cet homme se sent juste devant Dieu et, précisément à cause de cela, il devient un juge qui méprise et condamne ceux qui ne lui ressemblent pas. Le publicain, par contre, ne réussit qu’à dire: «Oh mon Dieu! Prends pitié du pauvre pécheur que je suis». Cet homme reconnaît humblement son péché. Il ne peut pas se vanter de sa vie. Il se confie à la compassion de Dieu. Il ne se compare à personne. Il ne juge pas les autres. Il vit dans la vérité devant lui-même et devant Dieu.

La parabole est une critique pénétrante qui démasque une attitude religieuse trompeuse, qui nous permet de vivre sûrs de notre innocence, tout en condamnant à partir de notre soit disant supériorité morale, tous ceux qui ne pensent pas ou n’agissent pas comme nous.

Des circonstances historiques et des courants triomphalistes éloignés de l’Évangile nous ont rendus, nous les catholiques, particulièrement enclins à cette tentation. C’est pourquoi, nous devons lire la parabole chacun dans une attitude d’autocritique: pourquoi pensons-nous être meilleurs que les agnostiques? Pourquoi nous sentons-nous plus proches de Dieu que les non-pratiquants? Quel est le fond de certaines prières pour la conversion des pécheurs? Comment réparer les péchés d’autrui en refusant de nous convertir nous-mêmes à Dieu?

À une occasion, face à la question posée par un journaliste, le pape François a fait cette déclaration: «Qui suis-je pour juger une personne gay?». Ses paroles ont surpris presque tout le monde. Apparemment, personne ne s’attendait à une réponse aussi simple et évangélique d’un pape catholique. Cependant, c’est l’attitude de celui qui vit vraiment devant Dieu.

José Antonio Pagola
Traducteur: Carlos Orduna
https://www.feadulta.com

Juste regard et bonne attitude !

Le Seigneur n’arrête pas de nous surprendre. La semaine dernière, nous avions deux deux figures bien contrastées par lesquelles Jésus nous faisait comprendre qu’il faut toujours prier sans jamais se lasser.  Rappelons-nous le juge inique et la veuve; comment tout avait fini par s’arranger tellement la pauvre femme insistait, jusqu’à gagner finalement son point et obtenir justice. De même, et combien plus, nous gagnerons auprès de Dieu, notre Père, si nous persévérons dans la prière.

Aujourd’hui Jésus place encore deux personnages devant nos yeux, qui par leurs démarches contrastantes vont nous instruire sur l’attitude d’un vrai priant. Le meilleur n’est pas celui à qui on aurait pensé d’abord.  Regardons nos deux hommes venus au temple pour prier.

Voici d’abord le pharisien : l’homme juste par excellence. Le parfait. Il a le sentiment d’être correct sur toute la ligne. Il a une réputation d’homme vertueux. Il est honoré, respecté par tout le monde dans la société.

Puis arrive ce publicain : celui à qui on reproche bien des choses; il a mauvaise réputation. On le dit voleur, malhonnête, pécheur. On le méprise volontiers. On s’en écarte pour ne pas être contaminé.

Les voilà donc tous les deux venus au temple pour prier Dieu. Regardons-les faire. Chacun y va d’une façon bien différente. Les deux hommes se montrent dans la prière comme ils sont dans le secret et l’intime de leur être, de leur cœur.

La prière du premier – le pharisien – n’est pas vraiment une prière. On peut même se demander s’il croit en ce Dieu qu’il est venu prier. En fait, il ne prie pas vraiment. Il s’étale et se congratule. Il se compare – avantageusement bien sûr – à ceux qu’il côtoie dans la vie. Il n’a besoin de rien ni de personne. Son attente est celle d’un salarier. Sans le dire, il exige. Comme s’il avait droit. Car il n’est pas conscient de sa dépendance et de son immense pauvreté. Le Seigneur ne peut rien faire pour cet homme qui n’arrive qu’à se complaire en lui-même devant Dieu. Sa prétention lui cache sa profonde misère. Il ne se voit pas tel qu’il est.

Mais le publicain, lui, se tient comme un pauvre devant Dieu. Il se sait pécheur. Il n’a pas de quoi se vanter, il le sait bien. Il reste en arrière comme un quêteux, comme un indigne, comme il est. Il ne vient pas faire parade de lui-même, de ses mérites; au contraire il se tient dans la position de celui qui s’offre à Dieu pour qu’il le prenne en pitié. Il ne demande rien de plus parce qu’il sait que Dieu seul peut guérir son cœur et en faire un vase d’élection, faire de lui un être neuf, qui puisse répondre dans la vie à l’amour de son Dieu et Père. Il ne sera plus ce pécheur, mais le gracié de ce Dieu qu’il venait prier dans le temple. Dieu lui-même va le justifier!

Comment prions-nous? Quels sentiments nous habitent devant Dieu? Sachons que notre prière finit par révéler qui nous sommes. Jésus lui-même dans sa prière comme dans sa relation avec nous a voulu se présenter humblement, sans prétention, comme un serviteur, solidaire de nos faiblesses, comme un fils devant son père. Nous donnant l’exemple de l’attitude qu’il faut avoir devant notre Dieu et Père. Nous ne pouvons vraiment prier que si nous sommes des pauvres devant Dieu. Le suffisant, le prétentieux, l’orgueilleux ne peut pas prier vraiment. C’est là un grand malheur! « Qui s’élève sera abaissé; qui s’abaisse sera élevé. »

Par Jacques Marcotte, o.p.
http://www.spiritualite2000.com

Deux attitudes possibles

Deux attitudes nous sont possibles en parcourant les textes de ce dimanche.

– Nous préoccuper de nous-mêmes, avec humilité, en observant ce que nous sommes et ce que nous faisons, et en rendant grâce à Dieu non de nos réalisations, mais de son attention à notre égard. En étant attentif au risque de ne plus contempler le Christ en plénitude, mais nous -mêmes.

– Ou bien tourner nos regards vers le Christ, ce qui est plus encourageant que de se contempler avec notre péché d’une manière moralisante.

La réponse se trouve dans les lectures de ce jour :
– Ben Sirac : « Il écoute la prière de l’opprimé. »
– Le psaume 33 : “Le pauvre a crié, Dieu l’écoute et le sauve.”
– Saint Paul qui a une confiance totale en la justice de Celui qu’il a servi et dont il a témoigné devant le tribunal de Rome.
– La parabole du publicain qui, saisi par la sainteté de Dieu, en appelle à sa miséricorde et au salut.

SANS SE DECOURAGER

Ces quatre personnes, en qui nous pouvons nous identifier, sont mis devant nos yeux :

– Avec Ben Sirac, qui ne se sent écouté par personne.
– Le psalmiste qui a le cœur brisé et l’esprit abattu.
– Saint Paul, abandonné même par les siens,
– Le publicain, indigne de regarder vers le ciel.

Mais tous les quatre prient sans se décourager.

– Le pauvre inconsolable persévère dans sa supplication.
– Saint Paul garde une confiance sereine et paisible.
– Le publicain implore pitié.

Et tous quatre sont entendus de Dieu qui trouve chacun disposé “à le servir de tout son coeur” (Ben Sirac), « à le bénir » (psaume) “désirant avec amour la manifestation de sa gloire”. (Saint Paul) Car selon la parole de l’Ecriture que chante l’Alleluia :”L’homme regarde à l’apparence, mais Dieu regarde au coeur.” (1 Samuel 16. 7)

Nous sommes souvent déconcertés par le temps qui reste sans réponse en apparence. Nos frères aussi s’impatientent qui s’attendent à une prière exaucée sans délai. Il est alors difficile de leur en parler avec des mots humains comme il est tout autant difficile, pour nous, de nous laisser conduire par le Christ jusqu’à ce détachement que représente l’abandon total à la bonté de Dieu.

Non pas seulement l’abandon à sa volonté, mais l’abandon à sa bonté.

L’ESSENTIEL ET LA JUSTICE

Maintenant, si nous relisons et méditons la parabole du pharisien et du publicain à la lumière de Ben Sirac, nous percevrons quelle doit être la réalité de notre conversion. Ses exigences ne peuvent s’estimer quantitativement au terme d’une addition.

La justice, au sens biblique du terme, signifie en effet l’ajustement de nous-mêmes, de notre volonté et de notre comportement, à Dieu lui-même. Et cela ne peut se réaliser que dans le Christ-Jésus, qui unit notre humanité à sa divinité. C’est en cela qu’il pleinement le Juste.

Etre juste ne provient pas seulement du fait que soyons attentifs et « intègres » sur tous les commandements de Dieu, ni même du fait d’accumuler des pratiques morales et charitables.

Le pharisien s’en prévalait. Il croyait prier. En fait il ne célébrait que lui-même. Il ne célébrait pas les dons de Dieu. Trop satisfait de ses propres réussites. Ce subtil orgueil détruisait en lui toute justice alors qu’il s’estimait en relation avec la volonté de Dieu. Mais était-il en relation avec la bonté, avec l’amour de Dieu à son égard et à l’égard de ses frères ?

Le publicain, saisi par la sainteté de Dieu, aurait voulu disparaître comme saint Pierre après la pêche miraculeuse : « Eloigne-toi de moi, Seigneur, je ne suis qu’un pécheur. » (Luc. 5. 8) Il mesurait la distance entre lui et le Seigneur Trois-Fois-Saint. Il se croyait très éloigné de la justice de Dieu, et en restait à distance. En fait, c’est lui qui était le plus proche, car il implorait l’essentiel de Dieu, c’est-à-dire sa miséricorde et son amour infini.

”Le Seigneur me remettra sa récompense, disait saint Paul, comme à tous ceux qui auront désiré avec amour sa manifestation dans la gloire.” Le pharisien ne manifestait que sa gloriole personnelle, bien fragile et bien minime en regard de l’immensité de l’amour de Dieu…

Le pharisien ne pouvait entrer en possession du mystère puisqu’il se mettait au centre de sa prière. Le publicain s’est élevé jusqu’au mystère du salut parce qu’il ne pensait d’abord qu’à la gloire de Dieu.

Jacques Fournier
https://eglise.catholique.fr

 

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 23/10/2019 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

  • 342.445 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 750 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: