COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

–– Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA –– Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa A missionary look on the life of the world and the church –– VIDA y MISIÓN – VIE et MISSION – VIDA e MISSÃO ––

31ème Dimanche du Temps Ordinaire (C)

31ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année C
Luc 19,1-10


Références bibliques

  • Lecture du livre de la Sagesse : 11.23 à 12.2 : « Ils sont à toi, Maître qui aimes la vie. »
  • Psaume 144 : « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant. »
  • Lecture de la lettre de saint Paul aux Thessaloniciens : 1.11 à 2.2 : « Qu’il rende active votre foi, ainsi le Seigneur aura sa gloire en vous. »
  • Evangile selon saint Luc : 19. 1 à 10 : « Aujourd’hui il faut que j’aille demeurer chez toi. »

Zachée

POUR JÉSUS IL N’Y A PAS DES CAS DÉSESPÉRÉS

Jésus nous avertit fréquemment du risque d’être pris au piège par l’attrait irrésistible de l’argent. Le désir insatiable de bien-être matériel peut ruiner la vie d’une personne. On n’a pas besoin d’être très riche. Celui qui vit esclave de l’argent finit par s’enfermer en soi-même. Les autres ne comptent pas pour lui. Selon Jésus, «là où est ton trésor, là sera ton coeur».

Cette vision du danger déshumanisant de l’argent n’est pas une ressource du Prophète indigné de Galilée. Différentes études analysent le pouvoir de l’argent en tant que force liée à de pulsions profondes d’autoprotection, de recherche de sécurité et de peur de la caducité de notre existence.

Pour Jésus, l’attrait de l’argent n’est pas une sorte de maladie incurable. Il est possible de se libérer de son esclavage et de commencer une vie plus saine. L’homme riche n’est pas «un cas perdu». Le récit de Luc sur la rencontre de Jésus avec un homme riche de Jéricho est très éclairant.

En traversant la ville, Jésus se trouve devant une scène curieuse. Un homme de petite taille a escaladé un figuier pour le voir de près. Il n’est pas un inconnu. C’est un riche et puissant chef des collecteurs d’impôts. Pour les gens de Jéricho, un être méprisable, un collecteur d’impôts corrompu et sans scrupule. Pour les secteurs religieux, «un pécheur» sans conversion possible, exclu de toute possibilité de salut.

Cependant, Jésus lui fait une proposition surprenante : «Zachée, descends vite car aujourd’hui je dois rester chez toi». Jésus veut être accueilli dans sa maison de pécheur, dans le monde de l’argent et du pouvoir de cet homme méprisé de tous. Zachée descend immédiatement et le reçoit avec joie. Il n’a pas peur de laisser le défenseur des pauvres entrer dans sa vie.

Lucas n’explique pas ce qui s’est passé dans cette maison. Il dit seulement que le contact avec Jésus transforme radicalement le riche Zachée. Son engagement est ferme. Il pensera désormais aux pauvres: il partagera ses biens avec eux. Il se souviendra également des victimes dont il a abusé : il remboursera au centuple ce qu’il a volé. Jésus a introduit dans sa vie la justice et l’amour solidaire.

Le récit se termine par quelques paroles admirables de Jésus : «Aujourd’hui, le salut est entré dans cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu». Les riches peuvent également se convertir. Avec Jésus, tout est possible. Personne ne doit l’oublier. Il est venu chercher et sauver ce que nous sommes en train de gâcher. Pour Jésus, il n’y a pas de cas désespérés

Par José Antonio Pagola
Traducteur: Carlos Orduna
https://www.feadulta.com

TU AIMES LA VIE

A première vue, pour beaucoup de nos contemporains, vivre en Jésus-Christ, c’est vivre dans un univers de restrictions, de limites imposées à notre humanité. Les commandements sont à leurs yeux, des défenses, des interdits : »Tu ne feras pas…. » au point qu’ils en oublient les premières paroles : « Tu aimeras, le Seigneur ton Dieu, tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Bien des chrétiens ne sont pas loin de le penser, s’ils n’en restent à ne considérer que les fautes possibles, les péchés qu’entraînent nos faiblesses. Or vivre dans le Christ n’est aucunement une rupture de toute vie.

Si la croix est une réalité que tous nous vivons, d’une manière ou d’une autre, au travers des événements quotidiens, il nous faut porter notre regard plus loin. Dieu est le vivant et ne pouvait laisser son Fils mort, même si c’était pour notre salut. Notre salut est en la totalité du mystère rédempteur qui est celui de la mort et de la résurrection du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ.

Dans la joie et la souffrance, dans la séparation et la mort, s’ouvre la Vie dans sa plénitude l’avenir des vivants que nous sommes ne réside pas en notre mort.

« Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils Unique. Tout homme qui croit en lui possède la vie éternelle ». L’alleluià nous fait chanter aujourd’hui cette parole de l’évangile selon saint Jean. (Jean 3. 16)

LA GLOIRE DE DIEU, C’EST L’HOMME VIVANT

Cet avenir se joue dès maintenant et tout autant dans le présent de notre existence. Sa fragilité crie que la réalité n’est pas close un jour où l’autre et que le vouloir divin nous conduit jusque dans l’éternité, dans l’immédiat de cette fragilité.

Lorsque que la femme désespérée de ses inconduites s’adresse au Christ, il ne la condamne pas, il lui ouvre un autre horizon : « Va et ne pèches plus ! » Il est d’ailleurs significatif que parmi celles qui le suivaient et s’étaient mises au service du petit groupe des apôtres, il y avait non seulement Marie de Magdala, mais aussi l’une d’entre elles dont il avait chassé le « démon », le mal. Il les entraîne à partager sa vie sur les chemins de Palestine.

Cette ouverture divine qui redonne sens et vie à notre désir, à notre attente, ne peut se lire que dans la foi. Il est le Dieu de la nouvelle naissance, jusqu’à soixante-dix fois sept fois, par delà toute rupture. Dieu ne se lasse jamais de nous parce qu’il est la vie en plénitude. Il est Père et Fils et Esprit, Amour et Sagesse éternelle, Trinité inséparable de l’Unité qu’il nous a révélée en Jésus-Christ.

LA GRACE DE NOTRE DIEU

La venue de Jésus dans la maison de Zachée peut être commentée selon divers points de vue :

– le curieux qui veut savoir qui est celui qui attire les foules et qui est lui aussi attiré par cet appel direct de Jésus, un appel différent de celui qu’ont entendu les apôtres : « Venez et voyez… » A l’inverse : «  Il faut que j’aille demeurer chez toi. »

– le publicain qui aime l’argent au point que, comme la plupart d’entre eux, il s’est enrichi sans doute en faisant le tort aux administrés qui devaient payer l’impôt par son intermédiaire. Et ce publicain se sent réintroduit dans un autre monde. Il est respecté, aimé par celui qui l’appelle, alors que tous le juge comme un pécheur. L’évangéliste souligne en effet que ce n’étaient pas seulement  les pharisiens qui méprisaient Zachée, il insiste au verset 7 sur « tous récriminaient. »

Jésus réactive sa joie de vivre en lui proposant simplement de l’accueillir et Zachée n’est pas dupe. Il a peut-être entendu que le Christ avait appelé « bienheureux », les pauvres de cœur. C’est désormais aux pauvres qu’il consacrera sa fortune.

Mais il y a aussi, dans le texte de saint Luc, comme une atmosphère de joie amicale : « Descends vite … il reçut Jésus avec joie. » Et cette joie détermine une grande générosité de la part de celui qui amassait se fortune. Bien sûr, il veut réparer les torts. En plus il donnera aux pauvres la moitié de ses biens. « Il y a plus de joie à donner qu’à recevoir », a dit le Christ.

IL RELEVE CEUX QUI TOMBENT

« Le Seigneur soutient ceux qui tombent, il redresse tous les accablés. » Le Christ au moment d’entrer dans la maison du publicain, ne lui demande pas de changer de situation. Il ne lui demande pas de quitter la charge qui est la sienne. Il réintègre Zachée dans sa dignité de fils d’Abraham, de membre du Peuple de Dieu. Il ne modifie pas la personne, il redresse son comportement.

Dans le même temps, il précise la portée personnelle de cette réintégration Il n’appuie pas cette démarche sur le fait qu’il est venu sauver tous les hommes. Il dit clairement qu’il est « venu sauver ce qui était perdu. » (Luc 19. 10)

Et saint Paul connaissant la faiblesse et les égarements des Thessaloniciens entend les soutenir par sa prière continuelle : « Nous prions continuellement pour vous afin que notre Dieu vous trouve dignes de l’appel qu’il vous a adressé. » (2 Thess.1. 11)

***

La prière du début de l’Eucharistie de ce dimanche résume tout cela dans la riche brièveté d’une oraison romaine. Nous avons besoin de la grâce puissante du Seigneur, nous avons tout autant besoin de sa miséricorde, car nous risquons bien souvent d’être arrêtés sur le chemin qui nous conduit à la Vérité et à la Vie qui sont le Christ lui-même.

« Dieu de puissance et de miséricorde, c’est ta grâce qui donne à tes fidèles de pouvoir dignement te servir. Accorde-nous de progresser, sans que rien ne nous arrête… »

Par Jacques Fournier
https://eglise.catholique.fr

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 31/10/2019 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

  • 342.585 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 750 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: