COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

Au Nigeria, on massacre les chrétiens avec la complicité de l’armée et des autorités


In questo reportage apparso qualche giorno fa su “Paris Match”, Bernard-Henri Lévy racconta il drammatico massacro dei cristiani in Nigeria. Un genocidio vero e proprio, perpetrato dai fondamentalisti islamici con la complicità dell’esercito. Vogliamo far finta di nulla fino a quando sarà troppo tardi, come in Ruanda o in Darfur?

> Continue à lire l’article…

“Au Nigeria, on massacre les chrétiens”, le SOS de Bernard-Henri Lévy

Paris Match |De l’envoyé spécial au Nigeria, Bernard-Henri Lévy

Dans le pays le plus riche d’Afrique, les Fulanis, bergers musulmans du Nord, s’attaquent aux paysans chrétiens du Sud. Tout est en place pour un nettoyage ethnique. Le philosophe est parti enquêter sur place.


carte_original_backup


Ici quelques titres et extraits...

C’est un Boko Haram élargi, rampant, délocalisé, villagisé, démultiplié.

L’armée est complice. L’état-Major est Fulani.

… L’appel des mosquées radicalisées par les Frères musulmans et qui se multiplient dans l’exacte mesure où les églises brûlent. Le suprématisme peul ancestral chauffé à blanc par de mauvais bergers ? Ou juste la sauvagerie des hommes qui ne demande qu’à ressurgir quand on agite, sous leur nez, les maléfices ?

Abdallah : “Les chrétiens sont des chiens. Ils ont pris la religion des blancs.”

nigeria_original_backup

Après l’attaque du village de Nghar (Etat du Plateau), le corps d’un homme est retrouvé à l’écart d’un charnier qui compte 86 morts

Je réalise, en tout cas, que c’est une vraie guerre que mènent, en fin de compte, les Fulanis. Et je comprends qu’il y a là un Boko Haram élargi ; un Boko Haram en extension et rampant ; un Boko Haram délocalisé, villagisé, démultiplié ; un Boko Haram qui a traversé les frontières où le monde le pensait cantonné et qui sème, partout, les graines de la tuerie ; bref, une forêt de crimes fulanis que cachait l’arbre de Boko Haram… Les deux sont liés, naturellement. Un humanitaire américain me parle même de stages « en brousse », dans l’Etat de Borno, pour volontaires fulanis. Un autre me dit qu’on a repéré, dans l’Etat de Bauchi, des « instructeurs » envoyés par Boko Haram pour initier les meilleurs des Fulanis au maniement des armes de guerre et leur permettre de dépasser l’âge des machettes. Mais les Fulanis, encore une fois, n’ont pas de frontières. Les Fulanis, c’est Boko Haram qui ne serait plus retranché dans un bastion équivalant à 4 ou 5 % du territoire. Les Fulanis, c’est la sauvagerie de Boko Haram étendue à tous les mécréants – chrétiens et musulmans – du Nigeria et, au-delà, du Tchad, du Niger et du Cameroun…

L’état-major de l’armée nigériane est fulani. L’administration tout entière est noyautée par les Fulanis. Et le président Buhari, ce mixte africain d’Erdogan et MBS [Mohammed Ben Salman, prince héritier d’Arabie saoudite] qui a déjà régné, entre 1983 et 1985, à la suite d’un coup d’Etat et qui tient, aujourd’hui, grâce aux subsides d’Ankara, du Qatar et des Chinois, est lui-même un Fulani.

J’ai vu des Fulanis à Lagos, donc dans le sud du pays. Il y a là, à la sortie du dernier quartier, dans une zone où l’on arrive après des heures de marche ou, ce qui revient au même, honnie et promise, infecte et délicieuse – à pied d’œuvre pour, comme le leur ont ordonné leurs émirs, pouvoir enfin « tremper le Coran dans la mer ». Il y a « trop de chrétiens à Lagos », s’emporte Abdallah, le plus loquace, d’un air légèrement menaçant. « Les chrétiens sont des chiens et des fils de chiens. Vous dites les chrétiens. Mais, pour nous, ce sont des traîtres. Ils ont pris la religion des Blancs. Il n’y a pas de place, ici, pour les amis des Blancs, ces impurs. » Les bergers, autour de lui, opinent. Ils ont l’air convaincus, tout comme le marchand de cartes postales venu se joindre au groupe et me proposer des portraits d’Erdogan et de Ben Laden, que les chrétiens finiront par partir et que le Nigeria, alors, si Dieu le veut, sera libre…

On peut toujours, après cela, rapporter cette violence à d’immémoriales guerres interethniques.

Reste le terrible sentiment, au bout de ce voyage, d’être revenu au temps, 2007, où les cavaliers de Khartoum semaient la mort dans les villages du Darfour ; ou, avant cela, au Soudan du Sud, quand la mort de John Garang n’avait pas encore donné le signal de la guerre totale des islamistes contre les chrétiens ; ou, encore avant, au Rwanda, en ces jours du printemps 1994 où nul ne voulait croire qu’était en marche le quatrième génocide du XXe siècle.

 

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 15/12/2019 da in Actualité religieuse, FRANÇAIS con tag , .

  • 406.853 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 833 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: