COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

–– Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA –– Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa A missionary look on the life of the world and the church –– VIDA y MISIÓN – VIE et MISSION – VIDA e MISSÃO ––

4ème Dimanche de l’Avent (A)

Quatrième Dimanche de l’Avent – Année A


Arcabas saint Joseph


Références bibliques

  • Lecture du livre du prophète Isaïe : 7. 10 à 16 : « On l’appellera Emmanuel, c’est-à-dire, Dieu avec nous. »
  • Psaume 23 : « Voici le peuple de ceux qui le cherchent, qui recherchent la face de Dieu.»
  • Lettre de saint Paul aux Romains : 1. 1 à 7 : « La Bonne Nouvelle que Dieu avait déjà promise par ses prophètes dans les saintes Ecritures. »
  • Evangile selon saint Matthieu : 1. 18 à 24 : « L’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit-Saint. Tu lui donneras le nom de Jésus, c’est-à-dire : le Seigneur sauve. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1,18-24.
Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.
Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret.
Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ;
elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : ‘Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel’, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »
Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.

L’AVONS-NOUS PAS BESOIN DE DIEU PARMI NOUS?

Il y a une question que je me pose chaque année au moment où je commence à observer dans les rues les préparatifs qui annoncent l’arrivée de Noël: que peut-il y avoir encore de vrai derrière ces fêtes si gâchées par les intérêts des consommateurs et par notre propre médiocrité? Je ne suis pas le seul. J’entends beaucoup de gens parler de la superficialité de Noël, de la perte de son caractère de fête familiale et intime, de la manipulation honteuse des symboles religieux et de tant d’excès et d’absurdités qui détériorent Noël aujourd’hui.

Mais, à mon avis, le problème est plus profond: Comment une société qui vit pratiquement de dos à Dieu et qui détruit de tant de façons la dignité de l’être humain peut-elle célébrer le mystère d’un «Dieu fait homme»?

Comment «la naissance de Dieu» peut-elle être célébrée dans une société où le fameux professeur français G. Lipovetsky, en décrivant l’indifférence actuelle, a pu dire ces mots: «Dieu est mort, les grandes finalités se sont éteintes, mais tout le monde s’en fiche, voilà la bonne nouvelle»?

Apparemment, beaucoup de gens se fichent de croire ou de ne pas croire, d’entendre que «Dieu est mort» ou que «Dieu est né». Leur vie continue de fonctionner comme d’habitude. Ils ne semblent plus avoir besoin de Dieu.

Pourtant, l’histoire contemporaine nous oblige maintenant à nous poser des questions sérieuses. Il y a quelque temps, on parlait de «la mort de Dieu»; aujourd’hui, nous parlons de «la mort de l’homme». Il y a quelques années, on proclamait «la disparition de Dieu»; aujourd’hui, on annonce «la disparition de l’homme». Ne se pourrait-il pas que ce soit la mort de Dieu qui entraîne inévitablement la mort de l’homme?

Dieu étant expulsé de nos vies, restant enfermés dans un monde créé par nous-mêmes et qui ne reflète que nos propres contradictions et misères, qui peut nous dire qui nous sommes et ce que nous voulons vraiment?

N’avons-nous pas besoin que Dieu naisse de nouveau parmi nous, qu’il jaillisse avec une lumière nouvelle dans nos consciences et qu’il se fraye un chemin à travers nos conflits et nos contradictions?

Pour rencontrer ce Dieu, nous n’avons pas besoin d’aller très loin. Il suffit de nous approcher silencieusement de nous-mêmes. Il suffit de creuser dans nos questions et nos désirs les plus profonds.

C’est le message de Noël : Dieu est proche de toi, de là où tu te trouves, pourvu que tu t’ouvres à son Mystère. Le Dieu inaccessible est devenu humain et sa mystérieuse proximité nous entoure. Dieu peut naître en chacun de nous.

Par José Antonio Pagola
Traducteur: Carlos Orduna
https://www.feadulta.com

Voir au-delà des apparences

Nous sommes tout près de Noël et, comme chaque année en cette liturgie du 4e dimanche, tout devient plus concret, plus charnel, plus physique. Le mystère de la venue de Dieu en notre chair ne peut être que bouleversant. Dieu nous témoigne son amour jusqu’à s’insérer dans notre histoire et nos expériences humaines. Il ne saurait le faire sans nous surprendre, sans déroger à nos lois et habitudes.

Aujourd’hui donc un homme, Joseph, et une jeune femme, Marie, sollicitent notre attention. Ils ont le projet annoncé de s’unir en mariage. Un projet bien légitime, à vivre selon les us et coutumes de leur temps. Or voici qu’avant l’heure et de mystérieuse façon une fécondité s’annonce en Marie. Le fait est déroutant, hors norme, hors mariage, dirions-nous. De quoi mettre tout le monde mal à l’aise et rendre le fiancé inquiet et, pourquoi pas, soupçonneux. Joseph a raison d’en être troublé. Sa réputation est en jeu, celle aussi de sa fiancée. Les commérages iront bon train, c’est certain. L’honneur de Marie et de Joseph sont mis en cause. Il faudrait, à Joseph en particulier, beaucoup d’amour, de maturité et de liberté pour ne pas tout rompre. Il se montre déjà bien modéré avec son intention de renvoyer Marie en secret. En de telles matières la nuit porte conseil. Et il ne faut rien de moins à Joseph qu’un songe pour venir à bout de son inquiétude, de son hésitation, de sa peur; un songe où Dieu va lui dire ce qu’il attend de lui en cette situation délicate.

La tentation pour nous, qui lisons ce récit, c’est d’en rester là, au niveau psychologique, moral, socioculturel. Nous en aurions d’ailleurs assez pour réfléchir sur certaines situations que nous vivons, où nos réputations sont menacées par les placotages et les soupçons. Quand il faut lâcher prise et accepter de ne pas contrôler l’agenda de tout ce qui arrive; accepter de ne pas tout comprendre, de ne pas pouvoir lever telle ambiguïté où nous sommes. La façon dont les choses sont menées par Joseph est édifiante à cet égard. Même s’il souhaite d’abord tirer son épingle du jeu, il se ravise et accepte en silence le rôle que le Seigneur lui confie pour l’accomplissement des promesses. Il y a là une indication pour notre propre gouverne. La volonté de Dieu nous est manifestée en son temps pour que nous arrivions à sortir de certaines impasses où nous sommes parfois piégés. Elle nous donne de recouvrer une liberté intérieure et une marge de manœuvre dans l’obéissance de la foi. De quoi ne pas nous laisser vaincre par la peur, les règlements, les tabous, les qu’en dira-t-on.

Mais il y a encore bien plus à retenir de cet évangile: Dieu est à l’œuvre même en nos situations d’apparente catastrophe. Il nous rejoint au creux de nos interrogations et de nos perplexités. Il est fidèle jusque là. Et s’il y a toujours quelque chose de nous dans l’avancée de ses projets, c’est lui qui prend initiative et qui a le dernier mot. À nous de laisser libre cours à son influence, en acceptant de jouer le rôle qu’il attend de nous. Il saura bien nous le révéler. Rien d’ailleurs ne peut se faire avec Dieu sans quelque surprise. Chacun et chacune de nous sommes appelés à servir dans l’humilité et le silence une présence forcément dérangeante – qui est celle de l’Emmanuel – Dieu d’amour avec nous.

Cette venue merveilleuse, mystérieuse, il nous est possible de la saluer et d’y communier aujourd’hui, dans la foi, en accomplissant les rites de cette eucharistie, où se réalise pour nous – en pleine dérogation à nos lois – cette présence d’amour et de fidélité : Dieu donné, Pain de vie, Emmanuel à jamais.

Par Jacques Marcotte, o.p.
http://www.spiritualite2000.com

La proximité 

La liturgie d’aujourd’hui, qui est le quatrième et dernier dimanche de l’Avent, est caractérisée par le thème de la proximité, la proximité de Dieu à l’humanité. Le passage de l’Évangile (cf. Mt 1, 18-24) nous montre les deux personnes, les deux personnes qui plus que toute autre ont été touchées par ce mystère d’amour : la Vierge Marie et son époux Joseph. Mystère d’amour, mystère de proximité de Dieu avec l’humanité.

Marie est présentée à la lumière de la prophétie qui dit : « Voici que la vierge concevra et enfantera un fils » (v. 23). L’évangéliste Matthieu reconnaît que cela est arrivé en Marie, qui a conçu Jésus par l’opération du Saint Esprit (cf. v. 18). Le Fils de Dieu « vient » en son sein pour devenir homme et Elle l’accueille. Ainsi, de façon unique, Dieu s’est approché de l’être humain en prenant la chair d’une femme : Dieu s’est approché de nous et a pris chair d’une femme. Dieu s’approche aussi de nous, de façon différente, avec sa grâce pour entrer dans notre vie et nous offrir en don son Fils. Et nous que faisons-nous? Est-ce que nous l’accueillons, nous le laissons s’approcher ou bien nous le rejetons, nous l’écartons? Comme Marie, qui en s’offrant librement au Seigneur de l’histoire, lui a permis de changer le destin de l’humanité, ainsi, nous aussi, en accueillant Jésus et en cherchant à le suivre tous les jours, nous pouvons coopérer à son dessein de salut sur nous-mêmes et sur le monde. Marie nous apparaît donc comme le modèle vers lequel se tourner et le soutien sur lequel compter dans notre recherche de Dieu, dans notre proximité à Dieu, pour laisser Dieu s’approcher de nous et dans notre engagement en vue de construire la civilisation de l’amour.

L’autre protagoniste de l’Évangile d’aujourd’hui est saint Joseph. L’évangéliste met en évidence que Joseph seul ne peut s’expliquer l’événement qui est en train de se produire sous ses yeux, c’est-à-dire la grossesse de Marie. Précisément alors, dans ce moment de doute, et aussi d’angoisse, Dieu se fait proche — de lui aussi — à travers un messager et il est éclairé sur la nature de cette maternité : « Ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint » (v. 20). Ainsi, face à l’événement extraordinaire, qui suscite certainement dans son cœur de nombreuses interrogations, il se fie totalement de Dieu qui se fait proche de lui et, suivant son invitation, ne répudie pas son épouse promise, mais la prend chez lui et épouse Marie. En accueillant Marie, Joseph accueille consciemment et avec amour Celui qui a été conçu en elle par l’œuvre admirable de Dieu, auquel rien n’est impossible. Joseph, homme humble et juste (cf. v. 19), nous enseigne à avoir toujours confiance en Dieu, qui se fait proche de nous : quand Dieu s’approche de nous, nous devons avoir confiance. Joseph nous enseigne à nous laisser conduire par Lui avec une obéissance volontaire.

Ces deux figures, Marie et Joseph, qui, les premières, ont accueilli Jésus à travers la foi, nous introduisent au mystère de Noël. Marie nous aide à nous placer dans une attitude de disponibilité pour accueillir le Fils de Dieu dans notre vie concrète, dans notre chair. Joseph nous encourage à toujours rechercher la volonté de Dieu et à la suivre avec une confiance totale. Tous les deux se sont laissés approcher par Dieu.

« Voici que la vierge concevra et enfantera un fils, et on l’appellera du nom d’Emmanuel, ce qui se traduit : “Dieu avec nous” » (Mt 1, 23). L’ange dit : « L’enfant s’appellera Emmanuel, qui signifie Dieu-avec-nous », c’est-à-dire Dieu proche de nous. Et à Dieu qui s’approche, est-ce que j’ouvre la porte — au Seigneur — quand je sens une inspiration intérieure, quand je sens qu’il me demande de faire quelque chose de plus pour les autres, quand il m’appelle à la prière? Dieu-avec-nous, Dieu qui s’approche. Cette annonce d’espérance, qui s’accomplit à Noël, accomplit l’attente de Dieu également en chacun de nous, dans toute l’Église, et dans tant de petits que le monde méprise, mais que Dieu aime et dont Dieu s’approche.

Pape François
Angelus 18.12.2016 

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 18/12/2019 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

  • 382.816 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 805 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: