COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

–– Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA –– Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa A missionary look on the life of the world and the church –– VIDA y MISIÓN – VIE et MISSION – VIDA e MISSÃO ––

3ème Dimanche du Temps Ordinaire (A)

3ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année A
Matthieu 4,12-23


Domenico Ghirlandaio


Références bibliques

  • Lecture du prophète Isaïe : 8. 23 à 9. 3 : « Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre, une grande lumière a resplendi. »
  • Psaume 26 : « Le Seigneur est ma lumière et mon salut. »
  • Lecture de saint Paul aux Corinthiens : 1 Cor : 1. 10 à 17 : »Est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés ? »
  • Evangile selon saint Matthieu : 4. 12 à 23 : »Toi le carrefour des païens. »

Quand Jésus apprit l’arrestation de Jean le Baptiste, il se retira en Galilée.
Il quitta Nazareth et vint habiter à Capharnaüm, ville située au bord de la mer de Galilée, dans les territoires de Zabulon et de Nephtali.
C’était pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète Isaïe :
‘Pays de Zabulon et pays de Nephtali, route de la mer et pays au-delà du Jourdain, Galilée des nations ! Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays et l’ombre de la mort, une lumière s’est levée.’
À partir de ce moment, Jésus commença à proclamer : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. »
Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans la mer ; car c’étaient des pêcheurs. Jésus leur dit : « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.
De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de réparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant la barque et leur père, ils le suivirent.
Jésus parcourait toute la Galilée ; il enseignait dans leurs synagogues, proclamait l’Évangile du Royaume, guérissait toute maladie et toute infirmité dans le peuple.

EN QUOI DEVONS-NOUS CHANGER?

Il n’est pas difficile de résumer le message de Jésus: Dieu n’est pas un être indifférent et distant, qui évolue dans son monde, intéressé seulement par son honneur et ses droits. C’est quelqu’un qui cherche le meilleur pour tous. Son pouvoir salvifique est à l’oeuvre au plus profond de la vie. Il ne veut que la collaboration de ses créatures pour conduire le monde à sa plénitude: «Le royaume de Dieu est proche. Changez. Convertissez-vous».

Mais que signifie collaborer au projet de Dieu? En quoi devons-nous changer? L’appel de Jésus ne s’adresse pas seulement aux «pécheurs» pour qu’ils changent leur conduite et deviennent un peu plus semblables à ceux qui observent déjà la loi de Dieu. Ce n’est pas ce qui l’inquiète. Jésus s’adresse à tous, parce que c’est chacun qui doit apprendre à agir d’une façon différente. Son but n’est pas de faire vivre en Israël une religion plus fidèle à Dieu mais plutôt que ses disciples introduisent dans le monde une nouvelle dynamique: celle qui répond au projet de Dieu. J’en soulignerai les points essentiels:

La compassion doit toujours être le principe de toute action

La compassion pour ceux qui souffrent doit être introduite dans le monde: «Soyez compatissants comme votre Père l’est». Les grands discours qui parlent de justice, d’égalité ou de démocratie sont de trop. Sans compassion pour les derniers, tous ces mots ne servent à rien. Sans une aide pratique aux miséreux de la terre, il n’y a pas de progrès humain.

La dignité des derniers doit être le premier objectif

«Les derniers seront les premiers». Il faut donner une nouvelle direction à l’histoire. La culture, l’économie, les démocraties et les Églises doivent tourner leur regard vers ceux qui ne peuvent vivre d’une manière digne.

Nous devons promouvoir un processus de guérison qui libère l’humanité de ce qui la détruit et la dégrade: «Allez et guérissez»

Jésus n’a pas trouvé de meilleur langage. L’essentiel est de guérir, d’alléger la souffrance, de prendre soin de la vie, de construire une coexistence orientée vers une vie plus saine, plus digne et plus heureuse pour tous.

C’est l’héritage de Jésus. Jamais, nulle part la vie ne sera construite comme Dieu le veut, si ce n’est pas en libérant les derniers de leur humiliation et de leur souffrance. Aucune religion ne sera jamais bénie par Dieu si elle ne cherche pas la justice pour eux.

Par José Antonio Pagola
Traducteur: Carlos Orduna
https://www.feadulta.com

Ce n’est pas fini! Ça commence!

S. Matthieu nous présente ce matin les débuts de l’action évangélique de Jésus. Son coup d’envoi. Depuis le moment où Jean-Baptiste quitte la scène, Jésus s’avance. Plein d’Esprit Saint, de confiance et de force, il prend la route pour l’aventure de l’Évangile. Il se positionne au cœur du monde. « Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ». Jésus paraît et, reprenant à son compte les mots de Jean le Baptiste, il proclame à son tour: « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche ».

Le voici marchant sur le bord du lac. Jésus s’intéresse à 4 pêcheurs. D’un mot il les arrache à leur barque, à leur père, à leur métier. Sans dire un mot, ceux-ci le suivent. Savent-ils bien ce qu’ils font et ce qui les attend? Ne sont-ils pas imprudents ou naïfs pour aller comme cela derrière lui ? Sait-il bien lui-même où il va ?

Qu’est-il advenu de leur mission? À voir comment vont les choses aujourd’hui on peut se demander à quoi cette embauche a servi. Bien sûr, il y a eu tout ce que nous savons : le témoignage extrême de Jésus et l’événement de Pâques. La grande poussée missionnaire des disciples, et tout au long des siècles leur service de la foi. Jusque partout sur la terre. Jusqu’en ces temps où nous sommes. Mais qu’en est-il maintenant? Où en sommes-nous?

Un jour, je donnais quelque part l’homélie de ce dimanche. J’abordais avec enthousiasme et conviction cette entrée en scène de Jésus telle que racontée par S. Matthieu. J’expliquais la signification de ce beau texte pour nous. Je rappelais en conclusion la responsabilité missionnaire qui nous est confiée à chacun et chacune aujourd’hui. Mais voilà qu’un bon monsieur m’interpelle à la fin en me demandant tristement : Qu’est-ce que cela donne? Ne sommes-nous pas en présence d’un échec total? N’est-ce pas aujourd’hui la fin de cette aventure de la foi chrétienne? N’y a-t-il pas autour de nous une baisse importante de la pratique religieuse? N’est-il pas de plus en plus difficile d’intéresser les gens à la foi, de recruter des gens pour les Églises? Que dire de la suspicion et du mépris ambiants pour tout ce qui est religieux, pour les prêtres, pour la messe? Nous-mêmes nous n’osons plus dire notre foi.

Ce monsieur avait-il raison? Ne nous faisons-nous pas l’illusion de penser que tout va bien, que tout va se replacer? Comment allons-nous faire tourner les choses autrement pour la foi et pour l’Évangile? Où puiser les chances d’un avenir? Que pouvons-nous attendre de neuf dans ce chantier? Ne sommes-nous pas condamnés à un constat de décroissance, à une vision pessimiste et négative de la vie de foi aujourd’hui et demain?

Moi je dis qu’il nous faut revenir à la source. Pour revoir et nous redire comment l’Église est née. Voir d’où elle vient et par où elle est passée. Il nous faut comprendre la brûlante actualité du passage d’évangile que nous avons lu. Que oui, Jésus se tient au carrefour des païens. Qu’il nous presse encore et toujours de nous convertir. Que de nouveau il nous interpelle chacun dans nos familles, chacun dans notre barque. Qu’il nous presse de marcher derrière lui. Pour une mission d’évangile qui jamais ne se termine, qui en est toujours à ses débuts, qui est toujours à recommencer. « Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. Sur ceux qui habitaient dans le pays de l’ombre et de la mort, une lumière s’est levée. » Frères et sœurs, entrons dans l’espérance du Christ. Sa lumière brille en nous et sur le monde. Jamais elle ne pourra s’éteindre. Elle a traversée la mort. C’est la lumière de Pâques. A jamais victorieuse!

Par Jacques Marcotte, o.p.
http://www.spiritualite2000.com

Le Seigneur passe sur la place

L’Évangile de ce dimanche raconte les débuts de la vie publique de Jésus dans les villes et dans les villages de Galilée. Sa mission ne part pas de Jérusalem, c’est-à-dire du centre religieux, centre également social et politique, mais elle part d’une zone périphérique, une zone méprisée par les juifs les plus observants, en raison de la présence dans cette région de différentes populations étrangères : c’est pourquoi le prophète Isaïe la désigne comme « Galilée des nations » (Is 8, 23).

C’est une terre de frontière, une zone de transit où l’on rencontre des personnes de races, de cultures et de religions différentes. La Galilée devient ainsi le lieu symbolique de l’ouverture de l’Évangile à tous les peuples. De ce point de vue, la Galilée ressemble au monde d’aujourd’hui: présence simultanée de différentes cultures, nécessité de confrontation et nécessité de rencontre. Nous aussi nous sommes immergés chaque jour dans une « Galilée des nations », et dans ce type de contexte, nous pouvons nous effrayer et céder à la tentation de construire des enclos pour être plus en sécurité, plus protégés. Mais Jésus nous enseigne que la Bonne nouvelle qu’Il apporte n’est pas réservée à une partie de l’humanité, mais est à communiquer à tous. C’est une annonce joyeuse destinée à ceux qui l’attendent mais aussi à ceux qui, peut-être, n’attendent plus rien et n’ont pas même la force de chercher et de demander.

En partant de la Galilée, Jésus nous enseigne que personne n’est exclu du salut de Dieu, au contraire, que Dieu préfère partir de la périphérie, des laissés-pour-compte, pour rejoindre chacun. Il nous enseigne une méthode, sa méthode, qui exprime le contenu, à savoir la miséricorde du Père. « Tout chrétien et toute communauté chrétienne discernera quel est le chemin que le Seigneur lui demande, mais nous sommes tous appelés à accepter cet appel : sortir de son confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile » (Evangelii gaudium, n. 20).

Non seulement Jésus commence sa mission depuis un lieu excentré, mais aussi par des hommes que l’on dirait de « basse extraction », en quelque sorte. Pour choisir ses premiers disciples, et futurs apôtres, il ne s’adresse pas aux écoles des scribes et des docteurs de la Loi, mais aux personnes humbles, aux personnes simples, qui se préparent avec zèle à la venue du Royaume de Dieu. Jésus va les appeler là où ils travaillent, sur la rive du lac : ce sont des pêcheurs. Il les appelle et eux le suivent immédiatement. Ils laissent les filets et ils partent avec lui : leur vie deviendra une aventure extraordinaire et fascinante.

Chers amies et amis, le Seigneur appelle aujourd’hui aussi ! Le Seigneur passe sur les routes de notre vie quotidienne. Aujourd’hui aussi, en ce moment, le Seigneur passe sur la place. Il nous appelle à aller avec Lui, à travailler avec Lui pour le Royaume de Dieu, dans les « Galilées » de notre époque. Que chacun de vous y pense: le Seigneur passe aujourd’hui, le Seigneur me regarde, il est en train de me regarder ! Que me dit le Seigneur ? Et si l’un d’entre vous entend le Seigneur lui dire : « Suis-moi ! », qu’il soit courageux, qu’il aille avec le Seigneur ! Le Seigneur ne déçoit jamais. Écoutez dans votre cœur si le Seigneur vous appelle à le suivre. Laissons-nous rejoindre par son regard, par sa voix, et suivons-le ! « Afin que la joie de l’Évangile parvienne jusqu’aux extrémités de la terre et qu’aucune périphérie ne soit privée de sa lumière » (ibid., n. 288).

Par le Pape François
Angélus 26/01/2014

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 21/01/2020 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

  • 382.565 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 805 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: