COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

–– Sito di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA –– Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa A missionary look on the life of the world and the church –– VIDA y MISIÓN – VIE et MISSION – VIDA e MISSÃO ––

5ème Dimanche du Temps Ordinaire (A)

5ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année A
Matthieu 5,13-16


sel de la terre et lumière du monde

 


Références bibliques

  • Lecture du prophète Isaïe : 58. 7 à 10 : « Si tu combles les désirs des malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres. »
  • Psaume 111 : « Lumière des coeurs droits, il s’est levé dans les ténèbres ».
  • Lettre de saint Paul aux Corinthiens : 1 Cor. 2. 1 à 5 : « C’est l’Esprit et sa puissance qui se manifestaient. »
  • Evangile selon saint Matthieu.: 5, 13 à 16 : « Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde. »

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel ? Il n’est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent.
Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée.
Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.
De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux.

La lumière des bonnes oeuvres

Nous, les êtres humains, nous avons tendance à paraître devant les autres plus intelligents, meilleurs et plus nobles que nous ne le sommes réellement. Nous passons notre vie à essayer de montrer devant les autres et devant nous-mêmes une perfection que nous ne possédons pas. Les psychologues disent que cette tendance est due, avant tout, au désir de s’affirmer devant soi-même et devant les autres, pour se défendre de leur supériorité éventuelle.

Il nous manque la vérité des «bonnes œuvres», et nous remplissons nos vies de verbiage et de toute sorte de discussions. Nous sommes incapables de donner à nos enfants l’exemple d’une vie digne, et nous passons nos journées à leur demander ce que nous ne vivons pas.

Nous ne sommes pas cohérents avec notre foi chrétienne et nous tentons de nous justifier en critiquant ceux qui ont abandonné la pratique religieuse. Nous ne sommes pas témoins de l’évangile alors que nous prétendons le prêcher aux autres. Peut-être devrions-nous commencer par reconnaître patiemment nos incohérences, afin de ne présenter aux autres que la vérité de notre vie. Si nous avons le courage d’accepter notre médiocrité, nous nous ouvrirons plus facilement à l’action de ce Dieu qui peut encore transformer nos vies.

Jésus parle du danger que «le sel devienne fade». Saint Jean de la Croix le dit différemment: «Que Dieu vous délivre de ce que le sel commence à s’enorgueillir car bien qu’il puisse sembler faire quelque chose à l’extérieur, en substance il ne sera rien, car il est certain que les bonnes actions ne peuvent être faites que par la grâce de Dieu». Pour être «sel de la terre«, l’important n’est pas l’activisme, l’agitation, le protagonisme superficiel, mais les «bonnes œuvres» qui naissent de l’amour et de l’action de l’Esprit en nous.

Combien nous devrions écouter avec attention, aujourd’hui dans l’Église, ces paroles du même Jean de la Croix: «Remarquez donc ceci: ceux qui sont très actifs et qui pensent embraser le monde entier par leurs prédications et leurs oeuvres extérieures, ils seraient beaucoup plus profitables à l’Eglise et beaucoup plus agréables à Dieu s’ils consacraient ne serait-ce que la moitié de leur temps à rester avec Dieu en prière».

Autrement, selon le docteur mystique, «tout se réduit à marteler et à faire un peu plus que rien, et parfois rien, et même parfois du mal». Au milieu de tant d’activité et d’agitation, où sont nos «bonnes œuvres»? Jésus disait à ses disciples: «Que votre lumière brille devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes oeuvres et rendent gloire au Père».

Par José Antonio Pagola
Traducteur: Carlos Orduna
https://www.feadulta.com

Donner le goût de Dieu et de sa clarté

Dimanche dernier, ce n’était pas, cette année, un dimanche ordinaire. C’était la fête de la Présentation de Jésus au Temple. Nous n’avons donc pas eu l’évangile des béatitudes qui précède immédiatement l’évangile d’aujourd’hui, en S. Matthieu. Heureux êtes-vous si vous avez un cœur de pauvre, disait le Christ. Heureux  si vous avez de la compassion, si vous avez le cœur pur, oui, heureux êtes-vous. Car vous aurez le royaume, vous posséderez la terre, vous obtiendrez miséricorde, vous verrez Dieu. Une sorte de rétribution était annoncée, une récompense était promise. Jésus nous invitait à nous engager dans des chemins d’avenir, promis à la vie, menant au vrai bonheur.

Et voilà que, tout de suite après les béatitudes, le ton change. Jésus ne parle plus au conditionnel. Il n’engage plus l’avenir par la promesse d’un accomplissement relié à la pratique de telle béatitude. Il reconnaît d’emblée un statut pour le disciple, qui engage sa responsabilité, qui le charge d’une mission. Cette consécration nous rejoint par delà les siècles dans nos existences de croyant, de croyante.

Les affirmations sont fortes : Vous êtes le sel de la terre. Vous êtes la lumière du monde. Comme si c’était là notre identité, l’essentiel de notre raison d’être, notre vocation. Etre le sel de la terre.  Pas seulement être du sel. Mais être le sel de la terre. Comme si, sans nous, la terre n’avait pas de sel, comme si autrement rien n’y serait salé. Etre la lumière du monde. Pas seulement être lumière. Mais être la lumière du monde. Comme si, sans nous, le monde irait dans les ténèbres, dans l’obscurité tout au moins.

Saler et illuminer. Deux missions qui nous sont assignées en propre. Comme si elles étaient dans notre nature de disciple du Christ. Comme si personne ne pouvait remplir ces fonctions à notre place. Elles sont de notre responsabilité. Est-ce que le Seigneur n’est pas en train de nous en demander trop ? Pour qui nous prend-il ? À moins que cette capacité ne découle tout normalement de notre condition de disciple du Christ, de fidèles engagés à sa suite dans la pratique des béatitudes, dans la mise en valeur de l’évangile sous la poussée de l’Esprit.

Comment pouvons-nous être du sel pour la terre ? Quelle est donc la propriété du sel – sans quoi il n’est plus bon à rien ? Le sel, il sert à donner du goût, il sert à conserver les aliments. Sans lui tout est fade, sans lui les aliments se gâtent. Etre le sel de la terre, ne serait-ce pas conserver au cœur du monde l’Évangile du Christ? Veiller sur sa parole et sur les sacrements de sa présence? Pour que rien ne soit perdu de son témoignage et de sa victoire sur le mal et sur la mort. Être sel de la terre, n’est-ce pas garder vive la conscience de la présence du Christ-Sauveur au milieu de l’humanité ? Cette fonction de saler nous la jouerons nécessairement au cœur du monde, si nous-mêmes sommes pénétrés de la saveur du Christ. Ce sera alors plus fort que nous. Nous n’aurons pas envie de nous esquiver, de fuir, de nous réfugier dans quelque chapelle ou quelque bulle. Nous voudrons donner à la terre le goût du Christ, nous voudrons nous perdre en elle pour lui donner ce goût. Et nous saurons inspirer de partout une montée d’espoirs et de prières. Nous donnerons saveur à l’histoire humaine devant Dieu par notre louange et notre intercession.

Comment allons-nous être lumière du monde ? Sinon en étant nous-mêmes inspirés par les valeurs d’évangile, marchant à la suite du Christ. Vivant à la manière du Christ. Sa lumière remplissant notre vie. Car c’est lui la lumière du monde. C’est en lui que nous rendons gloire à Dieu. Du sel, il en faut peu pour que son effet paraisse. De la lumière, il en faut peu pour illuminer la nuit. Frères et sœurs, que la lumière et le sel soient en nous feu de l’Esprit, énergie de Pâques, sagesse du Royaume, et nous goûterons la saveur de l’amour de Dieu, sa gloire illuminera le monde.

Par Jacques Marcotte, o.p.
http://www.spiritualite2000.com

Sel et lumière… au pluriel

SEL OU LUMIERE

Les images du sel qui se perd dans la masse et de la lampe que l’on place sur un lampadaire, peuvent sembler contradictoires. La première réponse qui vient à l’esprit est que tout disciple du Christ doit se faire tour à tour, selon les circonstances, sel ou lumière.

En fait, ce sont les mêmes « oeuvres bonnes » qui doivent être en même temps sel et lumière. En d’autres termes, elles sont « sel » en ce que nous ne les faisons pas pour nous mettre en évidence, comme le sel n’est pas pour lui-même mais pour le « faire valoir » de ce qu’il assaisonne. Elles sont « lumière » parce que la lumière n’est pas faite pour attirer le regard, mais pour le tourner vers l’objet ou la personne qui, sans elle, serait dans l’ombre où les ténèbres.

Nous mettons en évidence le chemin qui conduit au Père, c’est-à-dire le Christ lui-même, qui se dit « Lumière du monde ». Nous ne pouvons pas être autre que lui qui est « le chemin, la vérité, la vie ».

Isaïe nous suggère les moyens qui reflètent le mieux ce que doit être notre témoignage : »Partage ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable… alors ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera comme la lumière de midi. »(Isaïe 58. 10) Dans ce Royaume où Dieu a pris le pouvoir, tous les aspects de la société sont réglés sur la fraternité qui jaillit de l’amour. Il est riche d’enseignement de faire le lien avec l’évangile de saint Matthieu 25. Quand est-ce que nous avons découvert la lumière de la présence du Christ ? quand nous avons vu les pauvres, les affamés, tous ceux qui sont dans la nuit de la misère.

Il n’y a pas de produit de remplacement. L’amour que Jésus a manifesté, l’amour du Père pour tout homme, est la dernière chance des hommes. Car c’est le coeur qui nous donne l’intelligence que nous avons des êtres et qui les rapproche ainsi les uns des autres jusqu’à les unir.

Il ne s’agit pas d’une justice distributive, mais de cette charité qui est en Dieu et dont il importe, en priorité, que toute personne en ait sa part pour avoir aussi sa part de bonheur. « En ce monde où nous espérons le bonheur que tu nous promets, répète l’Eglise à chaque messe après avoir redit le « Notre Père ». « Délivre-nous de tout mal, de la haine et de la guerre, du péché et des épreuves, en attendant l’avènement de Jésus Christ notre Sauveur. »

AU PLURIEL

Il est un détail qui est essentiel à remarquer dans ces paroles de Jésus. Les petites paraboles du sel et de la lumière sont au pluriel : »Vous êtes … » Il s’adresse aux disciples en tant que communauté. Ce n’est pas seulement chacun qui doit briller dans les ténèbres

ou s’enfouir comme le sel pour donner saveur. C’est aussi l’Eglise que nous sommes parce que elle est le Corps Mystique du Christ que l’Esprit donne au monde.

Alors qu’au chapitre 6 de saint Matthieu, nous lisons : »Quand tu fais l’aumône… » (verset 2) « Pour toi, quand tu veux prier … »(verset 6) « Pour toi, si tu jeûnes… » (verset 17), ici nous entendons que la communauté des disciples doit briller aux yeux des homme, doit se diluer dans le monde comme le sel. Nous n’avons pas à vivre un individualisme spirituel. Nous sommes membres du Corps du Christ : « Accorde-nous d’être un seul corps et un seul esprit dans le Christ… que l’Esprit Saint fasse de nous une éternelle offrande à ta gloire. » selon la prière eucharistique. De l’effort concerté et de la communion de chaque disciple dépendent la totalité du projet de Dieu.

Nous sommes chargés, malgré nos faibles moyens, de réaliser, dans et par le quotidien qui nous entoure, le Royaume. « Nous te rendons grâce car tu nous a choisis pour servir en ta présence. » » (Prière eucharistique II)

***

Il fera de nous le sel de la terre et la lumière du monde si nous voulons seulement nous laisser transformer en Celui qui est la lumière du monde. C’est tout simple à dire, c’est exigeant à vivre au quotidien. « Accorde-nous de vivre tellement unis dans le Christ que nous portions du fruit pour le salut du monde. » (Prière de la communion de ce dimanche)

Par Jacques Fournier
https://eglise.catholique.fr

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 06/02/2020 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

  • 378.935 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 796 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: