COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

Le virus, l’empereur et le médecin chinois


CHINA-HEALTH-VIRUS


Publié le 11/02/2020 
Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction
http://www.lavie.fr/

Toute société repose sur un pacte, une sorte de donnant donnant entre le corps social et la tête gouvernante. La Chine n’échappe pas à la règle, fût-elle non écrite. Cette règle, on peut la formuler simplement : apathie politique contre appétit économique. Le régime confisque la citoyenneté, mais il offre en échange fierté, stabilité et prospérité. Fierté d’un peuple qui met fin au « siècle de l’humiliation » et retrouve sa puissance millénaire. Stabilité d’un régime qui assure l’ordre en n’accordant aucune chance à la dissidence, jusqu’à mener une terrible répression contre les Tibétains, les Ouïghours, les chrétiens…. Prospérité de centaines de millions de personnes sorties de la pauvreté, d’une classe moyenne à l’appétit de consommation insatiable, d’une société admise à se goberger au grand banquet égoïste des pays développés. En un mot, quand le citoyen est surveillé, maltraité ou muselé, le consommateur est choyé, comblé, gavé. Jusqu’au jour où…

De ce pacte, la crise du coronavirus expose les contradictions fondamentales. Un homme a été empêché de faire son devoir de lanceur d’alerte. L’héroïque docteur Li est un martyr de la vérité, du bien commun. N’écoutant que son devoir, il a été sanctionné, jugé coupable de trouble au mensonge public. Le cliché du jeune ophtalmologue mourant de la maladie qu’il avait en vain tenté d’empêcher de se transformer en épidémie fait époque. Son nom fait signe. Soudain le consommateur se souvient qu’il a besoin du citoyen.

Jusque-là, la question de la confiance dans le régime ne se posait pas. Elle ne se pose d’ailleurs dans aucune dictature. La pouvoir est là, point. Il est un mal nécessaire, le prix de conscience que l’on accepte de payer parce qu’on n’a pas le choix, ou parce qu’on y trouve son compte, ou parce qu’il faut bien accepter d’être gouverné. Mais ce que le régime chinois redoute sans doute, c’est que le consommateur se sente trompé sur la marchandise. Or l’affaire du coronavirus intervient après une longue série de scandales sanitaires qui ont eu un profond impact sur l’opinion publique, touchant aussi bien le lait infantile en poudre (300 000 malades en 2008) que le vaccin défectueux contre la rage, les produits sanguins trafiqués ou la sauce soja enrichie à l’huile de vidange. Et plus le consommateur devient riche et âgé, plus il devient exigeant. Surtout quand le prix à payer devient exorbitant en termes de mortalité, mais aussi de fierté, de prospérité et de stabilité. A peine commencé, le « siècle chinois » serait-il un produit défectueux à renvoyer d’urgence au concessionnaire ?

La vertu héroïque de Li, le petit médecin, expose les erreurs politiques de Xi, le grand empereur

Au chaos matériel s’ajoute peut-être un trouble spirituel. Tout marxiste qu’il se prétende, le Parti se veut l’héritier d’une civilisation. Or de ce point de vue, il ne tient pas son mandat du peuple, mais du Ciel, une notion qui ne correspond pas à notre vision d’un Dieu personnel, mais qui a une forme d’évidence dans l’histoire de la pensée politique chinoise, marquant depuis plus de deux millénaires la succession des dynasties. Culturellement, le sage et vertueux empereur tient son mandat du Ciel. Les grandes catastrophes comme les tremblements de terre, les inondations ou les épidémies sont le signe que ce mandat est retiré au souverain corrompu. On n’en est évidemment pas là, et personne ne croit à un effondrement du régime. Mais la vertu héroïque de Li, le petit médecin, expose les erreurs politiques de Xi, le grand empereur. Pour un président qui cumule tous les pouvoirs comme jamais depuis Mao, c’est évidemment l’état d’alerte maximum.

 

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 18/02/2020 da in Actualité, Société, Culture, FRANÇAIS con tag .

  • 407.020 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Segui assieme ad altri 833 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: