COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

Ascension du Seigneur (A)

Ascension du Seigneur – Année A
Matthieu 28,16-20

Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »


zundel-ascension-1-1005x585

Devenir témoin du Christ monté aux cieux
Maurice Zundel

Billet de Maurice Zundel, paru dans Témoin d’une espérance, p. 186-188.
Illustration: N. Semitecolo, La sainte Trinité, Musée diocésain, Padoue (Italie)

 «Tu es Simon, fils de Jean: tu t’appelleras Pierre.» C’est ainsi que l’Evangile nous présente la première rencontre de Jésus avec saint Pierre. Ce changement de nom annonce la mission de l’Apôtre et dessine déjà la figure de l’Eglise, bâtie sur cette pierre vivante. La première pensée du Seigneur, au commencement de sa carrière publique, vise donc cet organisme dont tout homme est appelé à être membre: l’Eglise.

“NOUS AVONS CONSTRUIT L’ÉGLISE-MAISON AVEC LES PIERRES DE NOS COLLINES. MAINTENANT COMMENCE LE VRAI TRAVAIL QUI EST DE CONSTRUIRE L’ÉGLISE-CORPS-DU-CHRIST AVEC LES PIERRES VIVANTES QUE NOUS AVONS À DEVENIR.”

Pour saisir la primauté de cette intention, il faut se rendre compte du caractère propre de la Révélation chrétienne. Le Christ n’apporte pas une doctrine, un enseignement, un système. Des mots par eux-mêmes, en effet, nous laissent aussi étrangers à la Vérité et à l’Amour qu’ils nous laissent extérieurs à nous-mêmes. Des tonnes de discours n’ont jamais rien changé à rien. Ce que l’Evangile nous apporte, c’est le jour de l’intimité divine.

Mais la lumière d’une intimité, nous le savons, ne peut se faire jour que dans une autre intimité que l’amour identifie avec elle. Il était donc impossible que le jour de l’Intimité divine nous devant réellement et totalement présent autrement qu’en transparaissant dans un être humain, dont la personnalité s’enracinerait dans cette Intimité au point de se confondre avec elle et le rendrait apte, par là même, à nous la communiquer sans ombre ni limite.

Tel est le secret de l’lncarnation, qui fait de Jésus, tout ensemble, le Révélateur et la Révélation. Mais, s’il en est ainsi, il est clair que la Révélation chrétienne n’est pas séparable de la Personne de Jésus, puisqu’elle coïncide rigoureusement avec elle.

Il s’ensuit que cette Révélation ne restera au niveau d’elle-même à travers l’histoire que si Jésus en Personne demeure avec nous. Tout le mystère de l’Eglise est là: Jésus présent, en Personne, dans la communauté qui est le signe visible et le corps sacramentel de sa Présence réelle.

Mais il est de toute évidence que l’Eglise ne peut être le signe visible du Christ toujours présent comme est visible un caillou, mais comme le sourire d’un visage peut être le signe visible d’une intimité dont il nous communique le rayonnement. C’est le sens profond du divin jeu de mots: “Tu es Simon, fils de Jean; tu t’appelleras Pierre… et sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise.”

Car justement, l’Eglise ne pourra être construite que de pierres vivantes, capables de laisser transparaître le jour de l’Intimité divine en qui tout devient Vie.

Depuis l’Ascension, le Christ invisible, quoique toujours présent, ne peut être visible qu’à travers l’Eglise, c’est-à-dire à travers nous. C’est à chacun de nous qu’il appartient d’être, pour les autres, son Visage.

Tout est là: nous avons construit l’église-maison avec les pierres de nos collines, avec le ciment et le fer. Nous en sommes heureux et humblement fiers.

Maintenant commence le vrai travail qui est de construire l’Église-Corps-du-Christ avec les pierres vivantes que nous avons à devenir.

https://www.mauricezundel.com

L’Ascension, une Fête !

Il m’est déjà arrivé de penser que l’Ascension n’était pas un jour de fête. N’était-ce pas plutôt un temps de tristesse et de deuil, une brisure dans la belle relation établie par Jésus avec les siens ?  L’Ascension, c’était la disparition du Seigneur. On éteignait le cierge pascal pour dire son départ. Élevé au ciel, il n’était plus accessible, il nous était enlevé. Cela  ne pouvait être que triste. C’était comme si Jésus nous abandonnait.  Est-ce bien de cela qu’il s’agit vraiment?

De fait je n’ai pas vu dans les textes liturgiques, autant dans la messe que dans la Prière des heures, de quoi être triste, au contraire. On souligne partout le caractère festif de cet événement. Même qu’autrefois on en faisait un jour férié, le jeudi de la 6e semaine de Pâques, dix jours avant la Pentecôte. C’est d’une fête de joie et d’espérance qu’il s’agit.

D’abord il faut nous dire que la grande tristesse que nous rappelle chaque année la liturgie chrétienne, c’est la passion et la mort du Christ : son agonie, son arrestation, sa condamnation, sa mort en croix et sa mise au tombeau. C’était nos souffrances qu’il portait, nos blessures dont il était affligé. Dieu a voulu en venir jusque là pour épouser notre humaine condition.  Ces mystères douloureux nous émerveillent pourtant, tellement ils nous révèlent le grand amour dont Dieu nous a aimés dans le Christ.

Ce parcours de souffrance et de mort ne pouvait pas être le dernier mot. Depuis le matin de Pâques, le soleil du ressuscité a paru dans le monde. La clarté d’une espérance illumine le ciel des croyants. Quoiqu’il arrive nous savons que nous sommes du côté de Pâques. Le Christ ressuscité des morts ne meurt plus. Sur lui la mort n’a plus aucun pouvoir. Le ressuscité a vaincu la mort, notre mort. Il est apparu aux disciples en homme nouveau et libre.  Il fait d’eux des hommes et des femmes libres et sauvés.  D’où notre joie, une joie rien ni personne ne peut nous enlever.

La fête de l’Ascension – ce matin – nous permet de le souligner avec force : Pâques a marqué à jamais un changement dans nos rapports avec Dieu.  Certes le Christ ressuscité n’est plus là physiquement à nos côtés, mais il nous est présent d’une façon toute spirituelle et surnaturelle. Si le Christ s’élève dans le ciel, ce n’est pas pour fuir ni pour s’évader. Ce mouvement nous dit que sa victoire est totale et définitive. Il ne se cache pas, il nous emporte avec lui en quelque sorte, il vient vers nous et nous allons vers lui, par la foi, dans la joie de l’espérance et la force de l’amour. C’est ainsi que notre relation au Christ peut désormais se vivre au plan le plus intérieur et le plus personnel de nos vies. Alors que tous ensemble nous composons avec lui son Corps qui est l’Église, dont il est la tête. Il est le chef glorieux et sauveur. Sa puissance de vie rejoint tous ses membres.

Et si Jésus donne rendez-vous aux disciples en Galilée, l’évangile nous dit que c’est pour leur confier une mission. L’événement rapporté ce matin est d’une grand importance. Se retrouver en Galilée c’est se retrouver chacun chez nous en quelque sorte. C’est partir de notre terrain familier, le milieu ordinaire et très fréquenté de nos labeurs, de nos joies, de nos rencontres, de nos amours. C’est là que le Seigneur ressuscité nous donne rendez-vous. Il nous convie pour nous dire qu’il nous aime. C’est de là qu’il souhaite nous voir partir pour aller vers les autres et leur annoncer l’amour du Père et la joie du salut. C’est là qu’il nous fait confiance et nous communique déjà de son énergie spirituelle, qui fait notre joie constante, notre élan renouvelé, notre bonheur d’aimer comme lui, de rayonner sa présence et de dire son pardon au cœur du monde.

Par Jacques Marcotte, o.p.
http://www.spiritualite2000.com

Vous serez mes témoins

Quarante jours après Pâques, nous fêtons l’Ascension de Jésus ressuscité. C’est le jour où il disparaît au regard de ses apôtres. Comme eux, nous avons notre regard tourné vers le ciel. Mais en même temps, nous ne devons pas oublier de regarder vers la terre ; c’est le message de l’ange aux apôtres : « Pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ? » En d’autres termes, nous chrétiens, nous sommes « citoyens du ciel » ; nous marchons ici-bas vers notre patrie définitive. Oublier notre foi au Christ ressuscité serait pour nous un aveuglement mortel. Mais cela ne doit pas nous faire négliger la mission confiée par le Christ : « Allez donc, de toutes les nations, faites des disciples… »

Pour cette mission, ils ne seront pas seuls : « Vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui viendra sur vous. Alors, vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre » (Actes 1. 9). Puis il disparaît à leur regard. C’est ainsi que l’Ascension ouvre le temps de l’absence. Jésus n’est plus visible. Pour les apôtres, c’est le commencement de la mission, c’est l’annonce de la bonne nouvelle à tous.

C’est important pour nous aujourd’hui. L’Ascension nous renvoie à notre mission sur la terre. En tant que chrétiens baptisés et confirmés, nous avons à témoigner de notre foi en Jésus ressuscité. Certains le font au péril de leur vie. Il ne se passe pas un jour sans qu’un chrétien ne soit persécuté. On veut les obliger à renier leur foi. Mais ils préfèrent mourir plutôt que de trahir le Christ. Leur témoignage nous interpelle : où en sommes-nous de notre attachement au Seigneur Jésus ? N’oublions jamais qu’en entrant le premier dans le monde de Dieu, il nous ouvre un passage. Il est le premier de cordée. Mais rien ne se passera si nous ne le suivons pas.

Cette bonne nouvelle est pour tous, pas seulement pour les plus proches, les plus réceptifs et les plus accueillants ; nous sommes envoyés pour porter le Christ en tout milieu, jusqu’aux « périphéries ». Nous ne devons pas laisser de côté celui qui semble le plus loin ou le plus indifférent. Le Seigneur est à la recherche de tous. Il veut que tous ressentent la chaleur de son amour et de sa miséricorde. Il désire vraiment les rassembler tous auprès de lui. Sa grande priorité va vers ceux et celles qui sont très loin et très bas.

L’Évangile de saint Matthieu ne parle pas directement de l’Ascension. Mais en y regardant de près, nous constatons que son message rejoint celui des Actes des Apôtres. L’événement se passe en Galilée. Cette région dont on disait qu’il ne pouvait rien sortir de bon était un lieu de passage pour les caravanes qui venaient de partout. Toutes les croyances et même l’incroyance s’y affrontaient. Or c’est à cet endroit méprisé que Jésus commence son ministère. Et c’est de là que les apôtres vont partir pour annoncer la bonne nouvelle de l’Évangile. Celle-ci doit être proclamée dans le monde entier. Le Seigneur est à la recherche de ceux qui sont loin, ceux qui se sont égarés, ceux qui vivent dans le vice et le péché. Il les appelle tous à accueillir la bonne nouvelle de l’Évangile.

Cette bonne nouvelle n’est pas seulement pour les plus proches, les plus réceptifs, les plus accueillants. Allez, portez le Christ en tout milieu, jusqu’aux « périphéries ». Ne laissez pas de côté celui qui semble le plus loin et le plus indifférent. Le Seigneur est à la recherche de tous. Il veut que tous ressentent la chaleur de sa miséricorde et de son amour. Son grand projet, c’est de rassembler toute l’humanité dans son Royaume, y compris ceux qui sont très loin et très bas.

Quand nous allons l’église, nous nous imprégnons de l’amour qui est en Dieu ; puis nous sommes envoyés pour le communiquer autour de nous. Le monde doit pouvoir découvrir en nous quelque chose de l’amour passionné de Dieu pour tous les hommes. Il est important que notre cœur soit de plus en plus accordé à son infinie tendresse pour l’humanité. Alors, ne perdons pas une minute. C’est à chaque instant que nous avons à rayonner de cette lumière qui vient de lui.

Cette fête vient donc nous rappeler le but de notre vie. Nous avons pris l’habitude de parler du « pont de l’Ascension ». Quatre jours de congé, c’est très apprécié. Mais en parlant de pont, on ne croyait pas si bien dire. Avec Jésus, l’Ascension est un pont qui nous permet de passer d’une rive à l’autre ; nous sommes en marche vers ce monde nouveau qu’il appelle le Royaume des cieux ; c’est là qu’il veut rassembler tous les hommes. C’est cette bonne nouvelle que nous avons à annoncer aux hommes et aux femmes de notre temps. Rien ne doit l’arrêter. Les violences, les guerres, les catastrophes n’auront pas le dernier mot. Le Christ ressuscité veut nous associer tous à sa victoire sur la mort et le péché.

Nous sommes à dix jours de la Pentecôte. Les apôtres en ont profité pour faire une retraite. Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière. Le livre des Actes des Apôtres nous parle de la présence de avec Marie la mère de Jésus. Avec elle et avec toute l’Église, nous te supplions, Seigneur : « Envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre. »

Abbé Jean Compazieu
http://www.dimancheprochain.org

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 19/05/2020 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

  • 489.885 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Unisciti ad altri 896 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: