COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

Dimanche de la Pentecôte (A)

Dimanche de la Pentecôte – Année A


Références bibliques

  • Lecture des Actes des Apôtres. 2. 1 à 11 : « Nous entendons dans nos langues proclamer les merveilles de Dieu. »
  • Psaume 103 : « Tu envoies ton souffle. Ils sont créés; tu renouvelles la face de la terre.»
  • Première lettre de saint Paul aux Corinthiens : 12. 3 à 13 : « Les dons de la grâce sont variés, mais c’est toujours le même Esprit. »
  • Evangile selon saint Jean : 20. 19 à 23 :  » Il répandit sur eux son souffle et il leur dit : recevez l’Esprit-Saint. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 20,19-23. 
C‘était après la mort de Jésus, le soir du premier jour de la semaine. Les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs. Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. 
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » 
Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. 
Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus. »


Pentecote

Pentecôte: Tout commence aujourd’hui
Homélie de Maurice Zundel

Homélie de la messe de Pentecôte, 21 mai 1972, au Carmel de Matarieh, Le Caire. Illustration: Yoki, Pentecôte, Vitrail, Eglise Ste Thérèse, Fribourg (CH)


Vous vous rappelez la dernière question posée par les apôtres au jour de l’Ascension. Tandis que Jésus les invite à se recueillir et à attendre l’Esprit saint qu’il doit leur envoyer, la dernière question qu’ils lui posent, c’est: “Est-ce en ces temps-là que tu rétabliras le règne en faveur d’Israël?”

Et voilà la réponse aujourd’hui, la réponse inattendue et merveilleuse: le règne de Dieu, le royaume dans lequel Jésus veut nous introduire, il ne peut se construire, il ne peut advenir qu’au-dedans de nous. Le ciel, auquel nous sommes appelés, est justement un ciel intérieur à nous-mêmes, comme nous le dit le pape saint Grégoire: “Le ciel, c’est l’âme du juste”.

Et cette lumière est inépuisable; cette lumière est à suivre qui nous conduit du dehors au-dedans. Nous sommes tous esclaves du dehors. Nous voulons jouer un rôle, nous portons un masque, nous désirons exercer une influence, jouir d’une primauté, être loués et admirés et, tandis que nous poursuivons toutes ces exhibitions de nous-mêmes, nous perdons notre substance, nous devenons toujours plus extérieurs à nous-mêmes et nous finissons par n’être plus qu’une apparence d’existence.

Et voilà justement que la lumière de la Pentecôte nous ramène à l’essentiel, nous révèle notre dignité, notre vocation, notre grandeur, notre immortalité, nous révèle notre égalité, notre égalité dans les hauteurs, notre égalité dans l’amour, notre égalité dans le dépouillement, notre égalité dans la pauvreté, notre égalité dans le don de nous-mêmes.

Toute âme – l’âme d’un enfant qui vient de naître -, tout esprit humain est capable de cette immensité, est appelé à cette grandeur et doit devenir le Royaume de Dieu. Chacun de nous est appelé à avoir et à devenir un dedans… un dedans. Ce petit mot de rien du tout, comme il est merveilleux!

Quand Augustin dit à Dieu: “Tu étais dedans et moi j’étais dehors”, il nous fait sentir toute la grandeur de ce petit mot, être dedans, c’est-à-dire être soi-même une source, être soi-même une origine, être soi-même une valeur, un trésor, être soi-même un créateur, être soi-même tout un univers.

Pasternak l’a admirablement compris. Il a une page extraordinaire, bouleversante et magnifique, où il nous montre que les temps nouveaux sont arrivés, les temps de la grandeur. Là où l’on parle, comme dit Tagore, “de l’ivresse pour être”, les temps nouveaux sont advenus.

Jusqu’ici, on voyait des foules, on voyait des armées. Jusqu’ici, on assistait à la migration des peuples, on comptait par le nombre et par la multitude. Et maintenant, qu’est-ce qui se passe? Voilà l’Ange qui s’adresse à Marie, voilà le dialogue de l’Annonciation, voilà une toute jeune fille dont le “oui” est attendu, dont le “oui” est indispensable à l’accomplissement de la création et c’est dans le secret de son cœur que se décide le sort du monde.

Désormais, il ne s’agit plus de multitudes, il ne s’agit plus d’assemblées où l’homme est tumultueux. Il s’agit, maintenant, de ce secret d’amour qui se murmure au fond du coeur. Il s’agit maintenant de ce dedans où chacun est libéré du dehors, où chacun porte en lui son éternité, où chacun peut devenir, pour les autres, un espace illimité, un ferment de libération et de grandeur.

Rien n’est plus merveilleux, rien ne nous atteint plus profondément, parce que rien ne nous libère davantage. Être libre de soi…, mais c’est totalement impossible si on n’a pas trouvé, au fond de son cœur, cette Présence infinie qui est seule capable de nous combler, qui est le seul chemin vers nous-mêmes, le seul chemin vers les autres, la seule signification de tout l’univers. Nous avons donc à recueillir ce merveilleux héritage, à découvrir ce matin ce don infini de l’amour éternel.

Tout commence aujourd’hui. Comme les apôtres sont radicalement transformés quand ils cessent de se regarder, quand ils ne voient plus que le visage du Christ imprimé dans leur cœur!

Comme ils vont partir maintenant jusqu’au martyre, partir à la conquête du monde, nous aussi, nous pouvons aujourd’hui naître de nouveau et entrer dans cette immense aventure qui est de donner le monde à la lumière infinie et à l’amour éternel et de consacrer le monde au Christ qui a donné sa vie et qui la donne éternellement aujourd’hui.

Aujourd’hui, nous pouvons entrer dans cet immense amour dans la mesure, justement, où nous commençons par nous recueillir, où nous commençons par entrer dans ce silence infini où naissent toutes les vies. C’est ce silence qui est l’origine de toute grandeur, c’est dans ce silence que l’on découvre la Présence infinie, c’est dans ce silence que l’on naît à soi, c’est dans ce silence que l’on rencontre toutes les présences, c’est dans ce silence que l’on atteint jusqu’à la racine de soi et jusqu’à la racine des autres.

C’est donc dans ce silence que nous allons nous enfoncer, en demandant au Seigneur de nous communiquer la plénitude de son Esprit et de nous délivrer, enfin, de ce vieux moi qui est usé jusqu’à la corde, de nous donner un point de vue neuf qui soit simplement un regard d’amour vers lui.

Qu’il nous envoie pour donner simplement par notre présence, pour donner au monde cette joie, cette joie de Dieu, cette joie de l’éternel amour, cette joie du visage du Christ après laquelle toute la terre soupire.

https://www.mauricezundel.com

Esprit d’amour et de paix !

La fête de la Pentecôte frappe d’abord notre imagination : elle nous rappelle le coup d’éclat du Saint Esprit qui, au tout début de l’ère apostolique, décide de la mise en route de l’Église du Christ. La venue de l’Esprit se fait remarquer; elle est déterminante auprès des apôtres rassemblés à Jérusalem. L’événement fait du bruit. Un pareil coup de vent ne passe pas inaperçu. Les disciples ont vu du feu, des langues de feu, qui se posèrent sur chacun d’eux pour produire aussitôt des effets étonnants de communication en diverses langues.

L’événement de la Pentecôte sonne le coup d’envoi. Il est le signal de départ du grand voyage de la Parole. La mission confiée d’abord aux disciples, se doit d’être portée chez tous les peuples, partout dans le monde. C’est bien là le sens de la demande exprimée par le Christ à ses disciples et apôtres au jour de son ascension.

Nous comprenon que cette mission universelle, ce voyage de la Parole nous concerne tous. Le Seigneur s’étant engagé auprès des disciples à leur envoyer de l’aide, celle de l’Esprit Saint, cet Esprit nous est encore donné à tous et à chacun, chacune, pour l’annonce de la Bonne nouvelle à tout homme et toute femme de bonne volonté.  Oui, les merveilles de Dieu se doivent d’être proclamées dans toutes les langues. À chacun et chacune des croyants de se laisser remplir de l’Esprit Saint, à chacun, à chacune de s’exprimer selon le don de l’Esprit.

Les récits, autant celui de l’Évangile du jour que celui des Actes des Apôtres, nous parlent d’un Esprit qui s’introduit dans les lieux verrouillés; il nous rejoint dans nos prisons intérieures. Voici qu’il touche chacun dans sa propre réalité : Juifs ou étrangers, esclaves ou hommes libres, hommes ou femmes, vieux ou jeunes. Tous sont abordés personnellement; à tous le pardon est offert, en vue d’une totale réconciliation. Nous sommes tous invités à constituer sous l’influence de l’Esprit, le Corps du Christ ressuscité.

Aujourd’hui encore le Ressuscité souffle sur nous pour que nous soyons recréés de l’intérieur par le pardon et la paix. Le sacrement du Pardon et de la Réconciliation en témoigne sensiblement auprès du croyant. Voici que le souffle de Pâques se répercute dans nos vies pour accomplir une guérison.en nous personnellement. Mais ce pardon appelle de notre part un engagement. Le Christ lui-même nous envoie vers les autres. Comme autrefois pour les apôtres, il n’a pas soufflé sur nous pour rien : « Je vous envoie ». C’est bien ce qu’il nous dit à chacun Nous sommes devant lui et grâce à lui responsables de porter cette lumière du pardon dans tous les espaces enténébrés, dans tous les lieux fermés, là où l’espérance est en manque et où le cœur est en panne d’amour.

C’est à une bien grande aventure, toute intérieure d’abord, que nous sommes invités de participer dans l’unique Esprit, l’Esprit de Pentecôte.

Par Jacques Marcotte, o.p.
http://www.spiritualite2000.com

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 27/05/2020 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

  • 487.796 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Unisciti ad altri 896 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: