COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

La mort des cathédrales

La tragédie des églises
dalla “Revue des deux mondes”

Qualche settimana fa, prima ancora dell’incendio della cattedrale di Nantes, la “Revue des deux mondes” ha pubblicato uno speciale sulle chiese.
(Rivista Vita e Pensiero)


Coupe de France   L'abbaye Sainte-Marie de Longues
L’abbaye Sainte-Marie de Longues 

Stéphane Bern : « Cinq mille églises en souffrance »

Notre histoire, notre âme. Nos églises sont le symbole de notre histoire, de notre civilisation. Elles témoignent de l’excellence des artisans qui ont bâti cathédrales et abbayes mais aussi du génie des artistes dont les toiles, les sculptures, les fresques, les vitraux et objets cultuels constituent un véritable trésor national. Pourtant, il y a péril en la demeure. Et les soins jaloux apportés à la reconstruction de Notre-Dame ne sauraient occulter le délabrement général dont souffrent les églises de France, que la crise du Covid-19, hélas, ne va faire qu’empirer.
9 juillet 2020
https://www.revuedesdeuxmondes.fr

Le 15 avril dernier, le bourdon de la cathédrale Notre-Dame de Paris a sonné à 20 heures pour s’associer à l’hommage des Français rendu tous les soirs au personnel soignant en pleine pandémie du coronavirus. Un symbole d’autant plus fort que, dans les épreuves que traverse notre pays, le triste premier anniversaire de l’incendie qui a ravagé Notre-Dame a montré combien ce monument, à la fois sanctuaire catholique, hymne à l’architecture gothique et livre d’histoire de la France depuis 1163, est porteur d’espérance et de résilience. Il incarne une continuité historique, et une permanence religieuse aussi, qui permettent à une nation de se rassembler tant il est vrai que le lieu crée du lien.

Si nous sommes tous meurtris, Français ou non, croyants ou non, par le drame qui a emporté la charpente et la flèche de Notre-Dame, c’est que les bâtisseurs de cathédrales du Moyen Âge construisaient pour l’éternité et, de ce fait, nous pensions que Notre-Dame de Paris était invulnérable, qu’elle défierait le temps, les siècles… Victor Hugo, le premier, en pleine période romantique, avait volé au secours de Notre-Dame et déclaré la guerre aux démolisseurs de monuments historiques ; grâce à la littérature, il réussit à ancrer la cathédrale dans l’inconscient collectif populaire. Elle devint alors l’héroïne de son roman, « si belle qu’elle se soit conservée en vieillissant, il est difficile de ne pas soupirer, de ne pas s’indigner devant des dégradations, des mutilations sans nombre que simultanément le temps et les hommes ont fait subir au vénérable monument, sans respect pour Charlemagne qui avait posé la première pierre, pour Philippe Auguste qui en avait posé la dernière ».

De fait, si on voulait être plus précis sur le plan historique, Notre-Dame de Paris aura été le témoin muet mais central des grands événements de notre histoire depuis que le roi Louis VII et l’évêque Maurice de Sully posent la première pierre en avril 1163. Assurément, Notre-Dame n’est pas un monument historique comme les autres. L’écrivain Marcel Proust l’affirmait déjà dans un article publié par Le Figaro en 1904 et intitulé « La mort des cathédrales » : « Les cathédrales ne sont pas seulement les plus beaux ornements de notre art, mais les seuls qui vivent encore leur vie intégrale, qui soient restés en rapport avec le but pour lequel ils furent construits ».

« Partout dans nos villages de campagne des clochers tombés, des tuiles arrachées, des charpentes affaissées […] partout la même désolation des habitants et l’impuissance des pouvoirs publics locaux. »

Là est toute l’ambivalence du patrimoine religieux. Sa destination est la foi et le culte dans une République qui s’est quelque peu éloignée de la pratique religieuse. Faut-il pour autant laisser à l’abandon les églises de nos villages, victimes de la désertification et de la déchristianisation ? Les soins jaloux apportés à Notre-Dame de Paris ne doivent pas occulter l’état général de délabrement du patrimoine religieux en France. C’est l’arbre qui cache la forêt. Au point que les maux dont souffrent les églises de France sont symptomatiques des difficultés actuelles du patrimoine national qu’inévitablement la crise sanitaire et économique que nous traversons va douloureusement aggraver.

Lorsque l’on demande à Édouard de Lamaze, le président de l’Observatoire du patrimoine religieux, son diagnostic sur la santé du patrimoine religieux en France, il tire la sonnette d’alarme. Il estime que sur environ 35 000 églises et chapelles en France non subventionnées, 5 000 sont en état de souffrance, et que les collectivités locales, en charge de leur entretien, n’ont pas les moyens de les entretenir. Amer constat devant des églises du XIXe siècle détruites, où faute de travaux d’entretien, il est devenu impossible de réparer des ans l’irréparable outrage, et partout dans nos villages de campagne des clochers tombés, des tuiles arrachées, des charpentes affaissées, ici la mérule qui s’est infiltrée, là c’est l’eau de pluie qui a fait ses ravages, parfois c’est le système électrique qui est défectueux, partout la même désolation des habitants et l’impuissance des pouvoirs publics locaux.

Certes, tous les défenseurs du patrimoine religieux le disent, l’incendie de Notre-Dame de Paris a été une sorte d’électrochoc et aura permis de mettre en lumière la situation dramatique de nombre d’églises à l’abandon ou en danger, de réveiller les consciences sur ce lien à l’héritage et à l’identité culturelle, mais aussi d’alerter le pouvoir politique sur l’importance de ce patrimoine, qui va bien au-delà de sa dimension cultuelle… Pour autant, si les 86 cathédrales de France (plus les deux basiliques de Saint-Denis et Saint-Nazaire de Carcassonne, ainsi que l’église Saint-Julien de Tours) qui appartiennent à l’État depuis la loi de séparation de 1905 bénéficient à la fois de l’attention particulière des DRAC – et le ministre de la Culture a d’ailleurs fait adopter, en novembre 2019, un plan d’action Sécurité cathédrales – et de la vigilance des touristes qui les visitent souvent en grand nombre (Strasbourg, Chartres, Amiens, Metz, Albi…), le contraste est saisissant lorsqu’on observe le sort des innombrables églises des villes, et celui des communes rurales […] > LIRE LA SUITE

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 25/07/2020 da in Actualité, Société, Culture, FRANÇAIS con tag .

  • 506.192 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Unisciti ad altri 913 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stata una pubblicazione interna nata tra gli studenti comboniani nel 1935. Ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e di patrimonio carismatico.
Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
Pereira Manuel João (MJ)
combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: