COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

II Dimanche du Temps Ordinaire (B)

2e dimanche du temps ordinaire – année B
Jean 1, 35-42

evangile_2e-Di-TOB

1 S 3, 3b – 10.19
Ps. 39
1 Co. 6, 13b -20
Jn. 1, 35-42

Comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était. Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté au peuple d’Israël. » Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : ‘L’homme sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est celui-là qui baptise dans l’Esprit Saint.’ Oui, j’ai vu, et je rends ce témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

Un témoin qui réfléchit

Comme dimanche dernier, Jean Baptiste et le baptême de Jésus sont au centre de cet Évangile. Des éléments communs sont présents mais le point de vue, l’angle de vision, de l’évangile de Jean est bien différent de celui de Matthieu. En Matthieu, nous avions un récit; et c’est Jésus qui était témoin de la descente de l’Esprit et de la voix des cieux, citant le prophète Isaïe. Ici nous avons plutôt un témoignage par Jean Baptiste. Comme une sorte de réflexion théologique, qui déploie le sens de l’événement, non raconté mais déjà arrivé. C’est la voix de Jean Baptiste qui confirme, par une révélation, que Jésus est bien l’Élu de Dieu, sur qui l’Esprit est descendu et demeure.

L’approche par témoignage est très présente en Jean. Son évangile ressemble à une sorte de grand procès, à première vue de Jésus mais finalement du monde, où chacun vient apporter son témoignage. Le tout culmine avec la passion et ses dialogues remarquables. Ici, à qui Jean Baptiste adresse-t-il ce témoignage? Juste avant, les Pharisiens étaient présents (Jn 1, 24). Juste après, deux de ses disciples seront là (1,35).

Mais dans ce témoignage si fort, aucun public n’est mentionné. On peu le lire comme une parole adressée à tout le peuple (« pour qu’il soit manifesté au peuple d’Israël »); et aussi à nous qui lisons ou entendons, car c’est un texte écrit pour des lecteurs, ceux d’aujourd’hui comme ceux d’hier.

Ce texte est très dense. Il est riche théologiquement et son langage, ses symboles, proviennent des Écritures de la Première Alliance (l’Ancien Testament). Il proclame l’identité profonde de Jésus. L’agneau pascal évoque l’expérience de l’Exode (Ex 12) et du culte au Temple de Jérusalem. Jean fait des liens explicites, à la Passion, entre Jésus et l’agneau de la pâque immolé au Temple (Jn 19, 14.36). C’est une figure de rédemption. Mais ici, elle est combinée avec celle du Serviteur souffrant, qui provient d’Isaïe (Is 53,4-7), celui qui porte le péché du monde et sur qui l’Esprit de Dieu repose, lui qui est l’Élu ou le Fils de Dieu (Is 42,1). Jésus est aussi celui qui était avant moi, dit Jean Baptiste. Cette expression était déjà présente dans le Prologue de l’Évangile (1,15).

Ainsi, on se retrouve avec une sorte d’annonce du mystère de Jésus, qui met ensemble Écritures, titres et symboles, autour d’un événement, le baptême de Jésus par Jean Baptiste. Et on trouve dans ce texte plusieurs thèmes qui reviennent en Jean : connaître, demeurer, voir, témoigner…. Nous sommes dans un évangile bien différent des Synoptiques (Matthieu, Marc, Luc), même s’il nous parle du même Jésus. Il a ses propres approches, qui ne sont as toujours évidentes pour nous, mais qui font entrer dans un mystère et font réfléchir sur ce mystère.

À quoi une telle annonce peut-elle nous inviter aujourd’hui? Deux pistes, au moins, sont possibles. L’une est de vraiment écouter avec soin le témoin Jean Baptiste, de recevoir son témoignage et de prendre le temps de contempler le visage de Celui qui vient, qui s’approche, le Serviteur, l’Agneau, le Fils, rempli de l’Esprit. Une autre est de prendre le relais de Jean Baptiste pour que son témoignage se poursuive. Nous pouvons nous inspirer de son style en Jean : il est décentré de lui-même et pointe du doigt un Autre qui vient, il fait des liens avec les Écritures, il se promène dans un riche univers symbolique. Nous pouvons devenir à notre tour un témoin qui invite à réfléchir sur le sens profond des événements.

Daniel Cadrin

Accueil


Que cherchez-vous ?

“Le lendemain encore, Jean se trouvait là avec deux de ses disciples. Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu.”
Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus. Jean, qui nous partage cet évènement, ne l’oubliera plus. C’était, dit l’apôtre, vers quatre heures du soir. Il se souvient de cette première rencontre d’amour qui a véritablement touché sa vie. Ces hommes sont des chercheurs de Dieu. Ils ont cherché auprès de Jean-Baptiste quel était le véritable chemin pour rejoindre Dieu. Jean-Baptiste le prophète a indiqué où était le Messie. Ils avaient suivi le prophète Jean-Baptiste, désormais ils cherchent Dieu, à découvrir qui est Jésus. Si le regard de Jean-Baptiste s’est posé sur Jésus, le regard de Jésus se pose sur les deux disciples. Regarder, entendre, suivre, se retourner, chercher, demeurer, venir, accompagner, rester, trouver, amener, appeler, voila qui résume bien ce qui s’est joué à ce commencement de l’histoire dont nous faisons partie par la Foi. L’Église a été marquée par ce mystère. Chaque jour en célébrant l’eucharistie, elle reprend la phrase même de Jean-Baptiste : « Voici l’agneau de Dieu, celui qui enlève le péché du monde. » Désormais tout ce que nous sommes peut rayonner Dieu. Jésus est descendu dans la chair, cette chair humaine peut porter le mystère de Dieu.

“Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi – ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu ? »
Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers la dixième heure  (environ quatre heures de l’après-midi). André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus. La grandeur de Jean-Baptiste était de poser son regard sur Jésus et de le nommer. Le regard du prophète est pénétrant, il plonge véritablement dans le cœur de Jésus et ses deux disciples ne s’y trompent pas. Le voilà l’Agneau de Dieu, celui qui porte le péché du monde. La parole d’une personne qui s’engage, en déclarant le sens de ce qu’elle voit surgir, risque la relation qu’elle a avec ses disciples. En effet, ses proches se mettent en mouvement vers Jésus. Les deux disciples, entendant « Voici l’Agneau de Dieu » suivent Jésus. La question de Jésus : « Qui cherchez-vous ? » ouvre à un dialogue, à une rencontre, à un avenir possible. Elle offre un futur qui s’ouvre en un devenir. C’est la question que s’adressent mutuellement des personnes qui désirent vivre ensemble, proches. C’est la question de celui qui se risque dans la foi. Les disciples s’orientent vers la rencontre d’un autre, ils vont devenir disciples de Jésus.

“André trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ. André amena son frère à Jésus.
Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre. Pierre est amené à Jésus par son frère André, le premier appelé. Jésus posa sur lui son regard et dit : « Tu es Simon, fils de Jean, tu t’appelleras Képhas, ce qui veut dire Pierre. » Jésus lui donne un nom nouveau et il lui donnera aussi une nouvelle mission. A partir de ce qui a été reçu, quelque chose se construit. André a proposé un appel à son frère : « Nous avons trouvé le Messie. » Cette parole conforte Simon qui se risque dans la nouveauté. C’est la parole de la proclamation de la foi dans les communautés chrétiennes. C’est la Parole de notre vrai repos. Les deux disciples qui avaient entendu Jean Baptiste ont vu l’amour de Dieu cohabiter avec la recherche humaine. Jésus est venu annoncer le grand mystère de la miséricorde de Dieu pour nous. Nous voulons demeurer avec Dieu, c’est la finalité de notre vie, nous savons que le bonheur est de demeurer en Dieu et lui en nous. Dieu saint s’est fait tout proche de nous, il est le Dieu intérieur qui rayonne au cœur de l’homme. Le Fils unique de Dieu, celui qui demeure dans le sein du Père, s’est fait connaître dira Jean qui aujourd’hui suit Jésus.

http://www.pere-gilbert-adam.org/

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 14/01/2021 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

  • 586.907 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Unisciti ad altri 942 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stato una pubblicazione interna di condivisione sul carisma di Comboni. Assegnando questo nome al blog, ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e patrimonio carismatico.
Il sottotitolo Spiritualità e Missione vuole precisare l’obiettivo del blog: promuovere una spiritualità missionaria.

Combonianum was an internal publication of sharing on Comboni’s charism. By assigning this name to the blog, I wanted to revive this title, rich in history and charismatic heritage.
The subtitle
Spirituality and Mission wants to specify the goal of the blog: to promote a missionary spirituality.

Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
I miei interessi: tematiche missionarie, spiritualità (ho lavorato nella formazione) e temi biblici (ho fatto teologia biblica alla PUG di Roma)

I am a Comboni missionary with ALS. I opened and continue to curate this blog (through the eye pointer), animated by the desire to stay in touch with the life of the world and of the Church, and thus continue my small service to the mission.
My interests: missionary themes, spirituality (I was in charge of formation) and biblical themes (I studied biblical theology at the PUG in Rome)

Manuel João Pereira Correia combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: