COMBONIANUM – Spiritualità e Missione

Blog di FORMAZIONE PERMANENTE MISSIONARIA – Uno sguardo missionario sulla Vita, il Mondo e la Chiesa MISSIONARY ONGOING FORMATION – A missionary look on the life of the world and the church

2ème Dimanche de Carême (B)

2ème Dimanche de Carême (B) 
Marc 9,2-10

Quaresma 2 - Transfiguration of Christ 2

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 9, 2-10)

En ce temps-là,
Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean,
et les emmena, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne.
Et il fut transfiguré devant eux.
Ses vêtements devinrent resplendissants,
d’une blancheur telle
que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille.
Élie leur apparut avec Moïse,
et tous deux s’entretenaient avec Jésus.
Pierre alors prend la parole
et dit à Jésus :
« Rabbi, il est bon que nous soyons ici !
Dressons donc trois tentes :
une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
De fait, Pierre ne savait que dire,
tant leur frayeur était grande.
Survint une nuée qui les couvrit de son ombre,
et de la nuée une voix se fit entendre :
« Celui-ci
est mon Fils bien-aimé :
écoutez-le ! »
Soudain, regardant tout autour,
ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.
Ils descendirent de la montagne,
et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu,
avant que le Fils de l’homme
soit ressuscité d’entre les morts.
Et ils restèrent fermement attachés à cette parole,
tout en se demandant entre eux ce que voulait dire :
« ressusciter d’entre les morts ».

Sur le sommet de la montagne

Les trois lectures d’aujourd’hui nous amènent sur le sommet d’une montagne. Dans la première lecture c’est celle du pays de Moriah, lieu du sacrifice d’Abraham et dans l’Évangile c’est le Thabor où Jésus est transfiguré devant ses trois disciples les plus proches. La seconde lecture, tirée de la lettre de Paul aux Romains, renvoie au Calvaire sur lequel Jésus a été livré pour nous.

Il y a quelque chose de fascinant dans une montagne qui permet de s’élever au-dessus de la plaine et du commun des mortels et dont les sommets à l’air raréfié provoquent en eux-mêmes une certaine euphorie. On sait l’attrait que ces sommets ont sur les grands alpinistes, alors même qu’ils savent qu’ils y risqueront leur vie. Dans la Bible, cependant, la montagne est aussi et surtout le lieu de la rencontre de Dieu, soit dans les grandes théophanies, soit simplement dans les moments de prière silencieuse loin des foules. C’est sur la montagne que Moïse, au cœur même de la nuée rencontre Dieu qui lui parle face à face comme à un ami. C’est sur le même Sinaï que le prophète Élie, au terme d’un long pèlerinage au delà de ses peurs et de la découverte de sa faiblesse fait l’expérience de Dieu, non pas dans le tonnerre et les éclairs ou les tremblements de terre, mais dans la “brise légère”.

Jésus, lorsqu’il voulait se séparer des disciples qui le suivaient et des foules qui le poursuivaient, pour rencontrer son Père dans une prière silencieuse, allait sur la montagne, de préférence la nuit. Un jour, vers la fin de sa vie, alors qu’il commençait à préparer ses disciples à la perspective de sa mort violente, il amène avec lui sur la montagne ses trois disciples privilégiés: Pierre, Jacques et Jean, pour les associer à sa prière — les mêmes qu’il associera à sa prière douloureuse et déchirante dans le jardin de Gethsémanie.

Tout comme la cime d’une montagne est le point de contact symbolique entre la terre et le ciel, de même la prière est le moment de la rencontre du temps et de l’éternité. Si la prière ne nous fait pas sortir du temps, elle nous libère des limites du temps et nous introduit dans l’éternel présent de Dieu, cet éternel présent auquel se référait Jésus lorsqu’il parlait du “Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob”, qui est le Dieu des vivants et des morts, pour démontrer la résurrection des morts. La prière nous libère aussi des limites géographiques. Et c’est ainsi que la montagne où Jésus amène ses disciples est simultanément le Thabor et le Sinaï; s’y retrouvent simultanément Jésus et ses disciples ainsi que Moïse et Élie. Tous se rejoignent dans l’éternel présent de la Rencontre avec Dieu, dans la nuée qui recouvre momentanément les différences de temps et de lieu.

Pierre est tellement comblé, transporté, qu’il veut y demeurer, sans trop savoir ce qui lui arrive et donc sans savoir quoi dire. La seule chose qu’il sait c’est que c’est bon, et qu’il voudrait faire durer ce moment de bonheur profond. La révélation qui lui est faite par le Père est que Jésus, qui les a introduits dans cette expérience en les associant à sa prière, est son Fils: “Celui-ci est mon fils bien-aimé. Écoutez-le”. Ce qu’il a à leur dire, ce dont il parlait avec Moïse et Élie, c’est sa mort prochaine. De l’expérience même qu’ils viennent de vivre il leur demande de ne parler à personne jusqu’à ce qu’il soit “ressuscité d’entre les morts” — une expression qu’ils n’arrivent pas encore à saisir.

La béatitude ou bénédiction que vivent les disciples durant ces quelques instants privilégiés, c’est celle qui avait été promise à Abraham et à sa descendance comme récompense de son obéissance radicale à ce qu’il considérait la volonté de Dieu (voir la première lecture).

Isaac, le fils d’Abraham, a été épargné et à sa place fut immolé un bélier (événement que les Musulmans célébraient ces derniers jours dans la grande fête de l’Aïn Kebir). Jésus ayant mis fin à l’ère des sacrifices est mort lui-même pour nous, comme nous le rappelle la Lettre aux Romains. Il est désormais assis à la droite du Père, reliant définitivement le temps et l’éternité, et nous permettant de pénétrer avec lui dans l’éternité chaque fois que nous nous approchons de lui dans la prière, qui nous permet d’entrer avec lui en contact avec son Père et avec tous ceux qui sont déjà dans sa gloire, au-delà des limites du lieu et du temps où nous sommes encore.

http://www.scourmont.be

Quand le Père nous donne son Fils

Les disciples qui accompagnent le Seigneur sur la montagne, vivent un moment de pleine lumière, de ravissement. Nous vivons nous aussi parfois de ces moments précieux qui nous aident à tenir le fil d’un quotidien souvent lourd et menaçant. Nos expériences heureuses et significatives, ça peut être la présence de quelqu’un dans notre vie, le bonheur d’une amitié dont nous prenons plus vive conscience, la satisfaction d’une réussite, une parole d’estime, un mot d’encouragement.

Ici, dans l’évangile, Jésus apparaît transfiguré devant Pierre, Jacques et Jean. Tout lumineux, il est soudain en compagnie de personnages fameux d’autrefois : Moïse, le chef et le sauveur, aux origines du peuple juif; Élie, le prophète qui a tenu tête à des rois en Israël au temps d’Acab et de Jézabel. Les deux, Élie et Moïse, sont des hommes de la montagne. C’est là qu’ils ont rencontré le Seigneur, une rencontre déterminante pour chacun et pour le peuple qu’ils avaient mission de servir. Moïse et Élie s’entretiennent donc avec Jésus. Luc, lui, nous laissait entendre qu’ils parlaient du départ prochain de Jésus à Jérusalem.

Les disciples, eux, ils disent n’importe quoi. Leur frayeur était grande, précise S. Marc. Pierre propose de dresser trois tentes. Comme s’il voulait apprivoiser les trois figurants. Comme nous souhaitons éterniser certaines expériences de notre vie, tellement c’est beau et spécial.

Rappelons que cet évènement de la transfiguration du Seigneur survient peu de temps après la 1ère annonce de la passion par Jésus. Les disciples n’ont alors rien compris, ou peut-être qu’ils n’ont rien voulu comprendre. Comme on repousse une mauvaise nouvelle. Comme on dénie une maladie grave, un échec, un accident, un malheur.

Et si cet évènement sur la montagne avait quelque chose à voir avec ce qui va bientôt arriver à Jésus? Si c’était pour que les disciples comprennent mieux le sens de sa mort et en acceptent la nécessité? Pour qu’ils puissent un jour le dire à tous ceux qui voudront suivre Jésus.

Lisons la suite : « Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez le! » C’est le Père qui s’exprime. Il révèle le destin de son fils Jésus qui, tout de suite après, retrouve ses humbles dimensions aux yeux des disciples. « Ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. »

La liturgie ne se trompe pas en nous présentant la transfiguration du Seigneur en perspective sur le sacrifice d’Abraham dans la 1ère lecture. Parvenu sur la montagne où il allait offrir son fils Isaac, Abraham, croyant accomplir par son geste la volonté de Dieu, se fait interpeler par l’ange de Dieu qui lui dit : «  Ne porte pas la main sur l’enfant… Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton fils unique. ». Une heureuse substitution vient alors redonner le fils à son père. Un bélier sera immolé en sacrifice à la place de l’enfant.

Voici que maintenant ce qui n’était que figuré dans l’obéissance d’Abraham, au pays de Moriah, va trouver son accomplissement en Jésus. Il n’y aura pas cette fois de substitution. Le Père donne son Fils. Comme le souligne Paul dans la lettre aux Romains: « Dieu n’a pas refusé son propre Fils, il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il avec lui ne pas nous donner tout? »

Le sacrifice que le Père nous fait de son fils voilà le grand mystère qui nous est rappelé en ce dimanche, pour qu’il soit au cœur de notre Carême, pour qu’il nous remplisse d’amour pour celui qui s’est livré pour nous.

Jacques Marcotte
http://www.spiritualite2000.com

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.

Informazione

Questa voce è stata pubblicata il 25/02/2021 da in FRANÇAIS, Méditation du dimanche con tag .

  • 662.964 visite
Follow COMBONIANUM – Spiritualità e Missione on WordPress.com

Inserisci il tuo indirizzo email per seguire questo blog e ricevere notifiche di nuovi messaggi via e-mail.

Unisciti ad altri 768 follower

San Daniele Comboni (1831-1881)

COMBONIANUM

Combonianum è stato una pubblicazione interna di condivisione sul carisma di Comboni. Assegnando questo nome al blog, ho voluto far rivivere questo titolo, ricco di storia e patrimonio carismatico.
Il sottotitolo Spiritualità e Missione vuole precisare l’obiettivo del blog: promuovere una spiritualità missionaria.

Combonianum was an internal publication of sharing on Comboni’s charism. By assigning this name to the blog, I wanted to revive this title, rich in history and charismatic heritage.
The subtitle
Spirituality and Mission wants to specify the goal of the blog: to promote a missionary spirituality.

Sono un comboniano affetto da Sla. Ho aperto e continuo a curare questo blog (tramite il puntatore oculare), animato dal desiderio di rimanere in contatto con la vita del mondo e della Chiesa, e di proseguire così il mio piccolo servizio alla missione.
I miei interessi: tematiche missionarie, spiritualità (ho lavorato nella formazione) e temi biblici (ho fatto teologia biblica alla PUG di Roma)

I am a Comboni missionary with ALS. I opened and continue to curate this blog (through the eye pointer), animated by the desire to stay in touch with the life of the world and of the Church, and thus continue my small service to the mission.
My interests: missionary themes, spirituality (I was in charge of formation) and biblical themes (I studied biblical theology at the PUG in Rome)

Manuel João Pereira Correia combonianum@gmail.com

Disclaimer

Questo blog non rappresenta una testata giornalistica. Immagini, foto e testi sono spesso scaricati da Internet, pertanto chi si ritenesse leso nel diritto d’autore potrà contattare il curatore del blog, che provvederà all’immediata rimozione del materiale oggetto di controversia. Grazie.

Categorie

<span>%d</span> blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: